Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lù Yóu (1125 – 1210) :
Sur l’air d’« Un maître en divination »

          d’«                                               À l’écart                                                               il                     Voici      le                seul               Il               le                     Sans intention    s’acharner                           Seul                        de fragrances la           Que                                                et                       toujours    parfum comme avant.

    l’air     Un        en                 chant au prunier           de                 près                                          fleurit à                 déjà    crépuscule, et        son chagrin                     vent      la pluie.                de                 gagner le printemps,        soutenir d’une volée                  jalousie.         fleurs        et tombent,             boue                                   ce                    

Sur              maître    divination » Un                               la grand-route,      du pont rompu, Silencieux, solitaire,              sa guise.                                   à                subira encore         avec                                        pour                           à                                                     ses        fanent             réduites en         poussière, Subsistera                                

卜算子



suàn



詠梅
Yŏng
méi
驛外斷橋邊

wài
duàn
qiáo
biān
寂寞開無主


kāi

zhŭ
已是黃昏獨自愁

shì
huáng
hūn


chóu
更著風和雨
Gèng
zhuó
fēng


無意苦爭春



zhēng
chūn
一任群芳妒

rèn
qún
fāng

零落成泥碾作塵
Líng
luò
chéng

niăn
zuò
chén
只有香如故
Zhĭ
yŏu
xiāng


陸游



Yóu

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard