Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

La poésie chinoise des débuts de l’âge d’or des Song : le passage du temps et les mouvements de l’âme

Dynastie chinoise des Song du Nord 北宋 (960 – 1127) – deuxième partie

宋祁   Sòng Qí (998 – 1061)
Sur l’air d’« Une fleur de magnolia »
Ci-gisent les fleurs

Note sur le poète

Song Qi 宋祁 se distingua par son immense érudition. Il compila avec Ouyang Xiu 歐陽修 une considérable « Histoire des Tang Postérieurs » en vingt-cinq volumes. Il rédigea aussi le Biji 筆記, un recueil de notes sur les sujets les plus divers : l'histoire, la géographie, l'écriture, les us et coutumes du temps, la politique.


葉清臣   Yè Qīng Chén (mandarin en 1024)
Sur l’air de « Louange à notre sage Dynastie »

梅堯臣   Méi Yáo Chén (1002 – 1060)
Sur l’air de « Dérobé sous un rideau de plumes »
Sans titre (Des souris bruyantes)
En offrande pour le chat
Au retour du Dragon-Vert, mon rapport à Xié Shizhi

歐陽修   Oū Yáng Xiū (1007 – 1072)
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »
Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »
Sur l’air d’« Une fleur de magnolia »
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »
Sur l’air de « Cueillir des mûres »
Sur le Torrent Jaune accostant pour la nuit
Sur l’air d’« Un chant du Sud »

Note sur le poète

Ouyang Xiu 歐陽修, issu d’une famille modeste du sud de la Chine, réussit le concours du mandarinat à vingt-deux ans et mena une carrière politique active. Très proche de Fan Zhongyan 范仲淹, il s’associa au mouvement de réformes de 1043, mais s’opposa par la suite fermement à celles imposées par Wang Anshi 王安石. Sa carrière connut alternativement, au gré de la lutte des factions à la cour des Song, des périodes favorables, notamment au début des années 1060, où il détint des pouvoirs importants, et des périodes où il se vit relégué dans des postes éloignés. Son œuvre littéraire est considérable : essais, dissertations, travaux d’historien, poésie ; il est surtout reconnu comme un grand maître de la prose littéraire pour laquelle il fut très admiré.


蘇舜欽   Sū Shùn Qīn (1008 – 1048)
Passage à Suzhou

Note sur le poète

Su Shunqin 蘇舜欽 mandarin en 1035, participa à partir de 1043 au mouvement de réforme de l’époque Qingli 慶曆新政 engagé par Fan Zhongyan 范仲淹, mais dut abandonner ses fonctions à la suite d’une calomnie du clan conservateur. Il se retira à Suzhou 蘇州 où il fit bâtir le « Pavillon des vagues virides » 滄浪亭 Canglang Ting (dont le parc semble pouvoir se visiter encore aujourd’hui) pour se consacrer à la littérature. Il fut toutefois nommé grand historien à Huzhou 湖州 mais mourut prématurément de maladie. Il affectionnait la prose en style ancien guwen 文古 et participa avec Ou Yangxiu 歐陽修 à sa rénovation. On rapprochait à l’époque son style poétique, caractérisé par un vocabulaire recherché et des images étranges, de celui de Mei Yaochen 梅堯臣 dont il n’avait peut-être pas la subtilité. Il laissa seize volumes d’œuvres.


李覯   Lĭ Gòu (1009 – 1059)
Le mal du pays

Note sur le poète

D’origine très modeste, écrivain prolifique, Li Gou 李覯 compte parmi les penseurs du confucianisme, philosophes et pédagogues importants de l’époque de la dynastie des Song ; en particulier, il critiqua avec vigueur l’influence, néfaste selon lui, du bouddhisme et du taoïsme sur la conduite des affaires d’État. N’ayant pu d’abord parvenir à un poste officiel, il se consacra à l’écriture et à l’enseignement et fonda en 1043 l’académie de Xujiang 盱江書院, dans laquelle il eu l’occasion de former de futurs collaborateurs de Wang Anshi 王安石 ; ainsi ses réflexions influèrent-elles sur le mouvement de réforme. Sur la recommandation de Fan Zhongyan 范仲淹, il devint par la suite professeur assistant au Collège Impérial 太學. Il fut un grand ami de Yan Shu 晏殊 en compagnie duquel il composa des 詞.


文同   Wén Tóng (1018–1079)
Point de vue sur la Tour du Nuage
Après la pluie éclaircie de lune sur les collines

Note sur le poète

Wén Tóng 文同 (1018–1079) est surtout connu comme remarquable peintre de bambous, dont il sait rendre les touffes de feuillage en profondeur à grands coups de pinceau en jouant sur l’épaisseur de l’encre : voir en particulier ses Bambous à l’encre 墨竹圖 conservés au Musée du Palais de Taipei. Le caractère paysager de ce court poème n’a donc rien de surprenant.


晏幾道   Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106)
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »
Sur l’air de « La saison des perdrix »
Sur l’air de « La croissance d’un coing »
Sur l’air de « Pensée pour quelqu’un au loin »
Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »
Sur l’air de « L’allégresse du retour aux champs »
Sur l’air d’« En marche sur la Voie Impériale »
Sur l’air de « La saison des perdrix »

Note sur le poète

Fils de Yan Shu 晏殊, Yan Jidao 晏幾道 connut une enfance heureuse mais ne mena qu’une carrière modeste et vécut la fin de sa vie dans la pauvreté. Ceci contribua sans doute à teinter de nostalgie sa délicate poésie. Il laissa plus de deux cent soixante 詞.


Sòng Qí (998 – 1061) :
Sur l’air d’« Une fleur de magnolia »

             au             jade Face                                                          Sur                  le                                              Des        verts    brouillard s’échappe,                     s’allègent,                                     des         inspirés    printemps      la         Existence sans consistance          dépits, rares                                     d’affection, mille                        en    sourire.                              main,           le            décline                            milieu     fleurs                       éclat.

Le printemps    pavillon              au         est, en son lent réveil le         s’apprête,     le crêpe plissé,          des                  rame                  saules                                les       aurorales                 abricotiers rouges, les pousses                                   font                                       en longs               plaisirs                cette                                 d’or s’allègent                          Seigneur, verre                              qui         Un instant encore jusqu’au        des           laisser    soir un       

                         de              rempart                            paysage                                    motif     vagues épouse la      du voyageur.                  le                           nuées                       Aux                                     rameaux          de                   course.                                                            d’amitié, Dans       quête                    livres                    un          Pour vous                 en       j’exhorte    soleil                                                          de         ce               

木蘭花



lán

huā
玉樓春

lóu
chūn
東城漸覺風光好
Dōng
chéng
jiàn
jué
fēng
guāng
hăo
縠皺波紋迎客棹

zhòu

wèn
yíng

zhào
綠楊煙外曉雲輕

yáng
yān
wài
xiăo
yún
qīng
紅杏枝頭春意鬧
Hóng
xìng
zhī
tóu
chūn

nào
浮生長恨歡娛少

shēng
cháng
hèn
huān

shăo
肯愛千金輕一笑
Kĕn

qiān
jīn
qīng

xiào
為君持酒勸斜陽
Wèi
jūn
chí
jiŭ
quàn
xié
yáng
且向花間留晚照
Qiĕ
xiàng
huā
jiān
liú
wăn
zhào
宋祁

Sòng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : paysage soir solitude

Sòng Qí (998 – 1061) :
Ci-gisent les fleurs

          qui        rouge              chacun                          verts, brouillard                    endurer                  Elles               puis faire             du vent                          tombées et encore                        -        Quand                                    est retourné,                       larmes                    du       -   -                 allées,       os ont                         -     sera-t-il           par      papillons                                                                                   soins de    ruche.

              tombe,                                                                         pluie   il faut                                vont voler et            la                                                             devenues         à     -              sur        viride    voyageur                              tombent les        ;              rue    Balcon-des-       s’en sont         leurs        laissé                  -être     - -                                                 tout entier            le      fragrant                 aux bons                   

Blancheur                  qui voltige,        s’afflige. Aux pavillons                   et       :                 d’être oubliées.                                   Danseuse         qui tournoie, Elles sont                            la Dame   demi-fardée.           la mer        le          s’en               en perles                      Quand celles              -   -Œuvres                                       leur parfum. Peut-         - -   recueilli     deux           insouciants, Qui             remettront    cœur          des Demoiselles                   la       

落花

Luò

huā
墜素翻紅各自傷
Zhuì

fān
hóng


shāng
青樓煙雨忍相忘
Qīng
lóu
yān

rĕn
xiāng
wàng
將飛更作迴風舞
Jiāng
fēi
gèng
zuò
huí
fēng

已落猶成半面妝

luò
yóu
chéng
bàn
miàn
zhuāng
滄海客歸珠有淚
Cāng
hăi

guī
zhū
yŏu
lèi
章臺人去骨遺香
Zhāng
tái
rén



xiāng
可能無意傳雙蝶

néng


chuán
shuāng
dié
盡付芳心與蜜房
Jìn

fāng
xīn


fáng
宋祁

Sòng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

La vieillesse et la disparition de courtisanes autrefois célébrées constituent le sujet de ce poème nostalgique. Des récits légendaires évoquent aussi la « Dame à demi-fardée » 半面妝et la « Danseuse du vent qui tournoie » 迴風舞. La rue du Balcon-des-Œuvres 章臺 était une rue de Chang'An 長安, la capitale des Tang, où résidaient les courtisanes.

Mots-clefs : demoiselles mort souvenir

Yè Qīng Chén (mandarin en 1024) :
Sur l’air de « Louange à notre sage Dynastie »

                  Resservons-nous          vert      vous       rester, N’allez                                                 du                     tristesse,                            Les        s’ouvrent,                                                          ?              donc et        de vous               sait l’année                                            coin             nous               

   cadeau d’adieu           -                                                   pas    vite vous en             Des       faces                   sont            La dernière         pluie.                           fleurs          À               combien                Chantez haut         cessez         plaindre,                  prochaine au moment     pivoines      quel             nous                   !

En                          -     d’alcool      pour      faire                     si              retourner !     trois          printemps deux                             vent et            fleurs            les        tombent,   elles toutes,         sont passées                                                 Qui                                  des          Dans           encore           retrouverons  

賀聖朝



shèng

cháo
留別
Liú
bié
滿斟綠醑留君住
Măn
zhēn


liú
jūn
zhù
莫悤悤歸去

cōng
cōng
guī

三分春色二分愁
Sān
fēn
chūn

èr
fēn
chóu
更一分風雨
Gèng

fēn
fēng

花開花謝
Huā
kāi
huā
xiè
都來幾許
Dōu
lái


且高歌休訴
Qiĕ
gāo

xiū

不知來歲牡丹時

zhī
lái
suì

dān
shí
再相逢何處
Zài
xiāng
féng

chù
葉清臣



Qīng

Chén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : tristesse printemps exil

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) :
Sur l’air de « Dérobé sous un rideau de plumes »

                    revêtues,                                                          luxuriant,       la                  et    ciel           Solitaire,    y        seigneur Yu en                 années, Subitement le                                                           vont bien            son reflet.    passe      relais   l’autre, On                                    C’est              la                                    Pour si     avoir              devait                 tombées               poirier,                         passé ; Le sol     jonché d’un soleil              jadéite mêlée    brouillard dépérit.

De rosée                                    les masures estompées,                luxe            Après                                                     il   eut                   ses      jeunes                       printemps          sa robe, Dont les                  lui                                  On                                             les        lointaines,                             aux             des princes,                   oublié              revenir. Toutes             fleurs                          encore                    est                    moribond, La               au                    

         les digues           De brouillard                        Fouillis jaspé                          pluie, au fleuve    au      l’aurore.                     le                    plus                                        a enfilé                   tendres couleurs               pour mirer                      d’un        à             s’égare sur     routes                   bien mériter    haine     descendants                      tôt              qu’on                                les        de          le printemps        est                                                                                        

蘇幕遮





zhē
露堤平


píng
煙墅杳
Yān
shù
yăo
亂碧萋萋
Luàn



雨後江天曉

hòu
jiāng
tiān
xiăo
獨有庾郎年最少

yŏu

láng
nián
zuì
shăo
窣地春袍


chūn
páo
嫩色宜相照
Nèn


xiāng
zhào
接長亭
Jiē
cháng
tíng
迷遠道

yuăn
dào
堪怨王孫
Kān
yuàn
wáng
sūn
不記歸期早


guī

zăo
落盡梨花春又了
Luò
jìn

huā
chūn
yòu
liăo
滿地殘陽
Măn

cán
yáng
翠色和煙老
Cuì


yān
lăo
梅堯臣

Méi

Yáo

Chén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : printemps aurore exil

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) :
Sans titre (Des souris bruyantes)

Hébergé                 compagnie        Shihou dans                    la         Xu,                souris     me                                       dormait             des souris affamées           leur trou                   et renversent la                             sursaute, abasourdi,                                                                      l’encrier du                            qu’elles               les            les                 de garçon                           Ce           -là est               

             la nuit                 Xié             la                    famille     j’entendis                                 La       blêmissait,                  Voici                                                                                        grand bruit.                               et                    Soucieux                  ne                          guéridon,                                             livres         rayons…                         un                               -       si            

        pour         en           de                    bibliothèque de                           des        qui    tracassèrent.    lampe             on         déjà,                           sortir de           ! Elles soulèvent                  vaisselle à              Je                      rêves    sommeil suspendus,          d’abord qu’elles    précipitent                        Craignant encore          ne grignotent            sur             Mon sot           imite    chat qui miaule,    subterfuge-          maladroit !

同謝師厚宿胥氏書齋
Tóng
xiè
shī
hòu


shì
shū
zhāi
聞鼠其患之
wén
shŭ

huàn
zhī
燈青人已眠
Dēng
qīng
rén

mián
饑鼠稍出穴

shŭ
shāo
chū
xué
掀翻盤盂響
Xiān
fān
pán

xiăng
驚聒夢寐輟
Jīng
guō
mèng
mèi
chuò
唯愁几硯撲
Wéi
chóu

yàn

又恐架書齧
Yòu
kŏng
jià
shū
niè
癡兒效貓鳴
Chī
ér
xiào
māo
míng
此計誠已拙


chéng

zhuó
梅堯臣

Méi

Yáo

Chén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nuit souris vacarme

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) :
En offrande pour le chat

        mon chat            y                                         livres.      Blanc est mort    matin,        consacre    riz      et    poisson.                                                      : « Tu n’es          es           Auparavant, si    attrapais     souris,         gueule tu    serrais            tout autour de         perron. Tu                        toute la troupe     souris, Dans                                                              nous prîmes                                fîmes logis                                                       eut        Tu m’évitas           les                ou         Ainsi                                    que                                   Les            siècle prisent            équipages,                           vaut                                                     encore,       toi                        soupirer            

                 Cinq         fut,     souris n’ont plus assailli mes                                       Je lui          du             du          Je                                     Je    lamente             plus,       passé…                   tu                            la                                                     et                          effrayer                                  l’intention d’en débarrasser ma                      lorsque             le bateau, Dans le        nous                         grains             secs,           n’y en     guère,                                  pollués                  tu sus                     Un                       poulets, ni              gens    ce                fort leurs            Et prétendent que      ne                   un              N’allons                       Après        vais pour                    et pleurer.

Dès que               Blanc        Les                                        Cinq                ce                               cuit                   le raccompagne au milieu du fleuve,    me                           tu           ».                             une         Dans              la         couinante,                cour               voulais ainsi                          des                                              chaumière. Une fois,                                        bateau                  commun. Des        et biscuits       quoiqu’il                               de manger     restes            rongés.              démontrer ton zèle,    zèle     n’égalent ni             cochons.          de                                                           rien         un cheval ou    âne. Assez !          pas discourir                   je           un moment                     

祭貓



māo
自有五白貓

yŏu

bái
māo
鼠不侵我書
Shŭ

qīn

shū
今朝五白死
Jīn
cháo

bái

祭與飯與魚


fàn


送之於中河
Sòng
zhī

zhōng

咒爾非爾疏
Zhòu
ĕr
fēi
ĕr
shū
昔爾齧一鼠

ĕr
niè

shŭ
銜鳴遶庭除
Xián
míng
răo
tíng
chú
欲使眾鼠驚

shĭ
zhòng
shŭ
jīng
意將清我廬

jiāng
qīng


一從登舟來
Yīcóng
dēng
zhōu
lái
舟中同屋居
Zhōu
zhōng
tóng


糗糧雖其薄
Qiŭ
liáng
suī


免食漏竊餘
Miăn
shí
lòu
qiè

此實爾有勤

shí
ĕr
yŏu
qín
有勤勝雞豬
Yŏu
qín
shèng

zhū
世人重驅駕
Shì
rén
zhòng

jià
謂不如馬驢
Wèi




已矣莫復論




lùn
為爾聊郗歔
Wèi
ĕr
liáo
chī

梅堯臣

Méi

Yáo

Chén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : mort chat affection

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) :
Au retour du Dragon-Vert, mon rapport à Xié Shizhi

                               de l’autre       ou quatre          un roc,          charpenté,                                      la             qu’avant fournie            Quant à l’art d’étudier,                                                      ne                      qui    sert plus         Les cheveux blancs                m’envahir           Mes                                         Mon épouse   faim,     enfants           sans    liard. Par                              dissipent                                                          pour                du                                je bois,               reviens           Sans m’être        resservi,      les entrailles    feu.                   lorsqu’avec           plaisanté        À                                               assoupi. Les poules                                   comme pour           sourd,                      tête,    demeure,                s’est mis à                levais      ajuster                 y           Les                          droit    côté     mers virides   Mieux   je                                                            Sans avoir                                              souffle        le courage défaillant,    m’ingéniai                            je pensais atteindre       tout           marsillées…    votre compagnie       demeurerais pas davantage                       : Car qui         mourir      comme            banni  

Nous                                                           Tel                             vous       comme toujours, Sauf         barbe,                       et noire ;                                 longtemps         passez             Las                    vieillard     ne                                      peu   peu vont                         œuvres            sont passées                     a                   geignent,      un                    les livres                        longueur            Que          richesse et               gratter                ! Mais                                   que                     ;                              j’ai                en              dernière,                  j’ai           et       peine                        que j’étais                          caquetaient, les                             me               Lorsque je                 la             pièce, tout             tourner.              pour         mon turban sans   parvenir,     voiles                                                  !            voulais chevaucher     baleine pour franchir mille lieues,            emprunté                        tonnerre. Le         court,                                      à         dormir      rêve                                 l’île                 En                 je                                                                             ivre                        ?

     nous sommes éloignés l’un            trois           ans,             mince et                 voici                      pour           plus                                                      depuis           vous me        d’une tête.     ! je    suis qu’un                            à rien,                        à                    le crâne,            dorénavant              de mode,                    mes                                      bonheur            de poésie           la          des jours,     me chaud             noblesse              l’azur    ciel        aujourd’hui, quand          voilà     j’y         à peine               dûment                                       La nuit                       vous                   bu,         quelques coupes vidées             déjà                                      chiens hurlaient               rendre                   levais la                   la                                  Je me                                                            hissées, j’allais       du      des                      :                       une                                                         ni éclair, ni fouet de                                                    je              vouloir        ; En                           avant            aux                                   ne                           pour encore m’enivrer           saurait                   l’Immortel        

迴自青龍呈謝師直

Huí



qīng

lóng

chéng

Xiè

Shī

Zhí
共君相別三四年
Gòng
jūn
xiāng
bié
sān

nián
巖巖瘦骨還依然
Yán
yán
shòu

hái

rán
唯髭比舊多且黑
Wéi


jiù
duō
qiě
hēi
學術久已不可肩
Xué
shù
jiŭ



jiān
嗟余老大無所用
Jiē

lăo


suŏ
yòng
白髮冉冉將侵顛
Bái

răn
răn
jiāng
qīn
diān
文章自是與時背
Wén
zhāng

shì

shí
bèi
妻餓兒啼無一錢

è
ér



qián
幸得詩書銷白日
Xìng

shī
shū
xiāo
bái

豈顧富貴摩青天



guì

qīng
tiān
而今飲酒亦復少
Ér
jīn
yǐn
jiŭ


shăo
未及再酌腸如煎
Wèi

zài
zhuó
cháng

jiān
前夕與君歡且飲
Qián


jūn
huān
qiě
yǐn
飲纔數盞我已眠
Yǐn
cái
shù
zhăn


mián
雞鳴犬吠似聒耳

míng
quăn
fèi

guā
ěr
舉頭屋室皆左旋

tóu

shì
jiē
zuŏ
xuán
起來整巾不稱意

lái
zhěng
jīn

chēng

挂帆直走滄海邊
Guà
fān
zhí
zŏu
cāng
hăi
biān
便欲騎鯨去萬里
Biàn


jīng

wàn

列缺不借霹靂鞭
Liè
quē

jiè


biān
氣沮心衰計欲睡


xīn
shuāi


shuì
夢想先到蘋渚前
Mèng
xiăng
xiān
dào
píng
zhŭ
qián
與君無復更留醉

jūn


gèng
liú
zuì
醉死誰能如謫僊
Zuì

shuí
néng

zhé
xiān
梅堯臣

Méi

Yáo

Chén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : vieillesse ami ivresse

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

                                                si                                                                                                                             Jade     brides    selles gravées fréquentent les lieux            Du plus                  vois               Balcon-   -Œuvres.               et vent                      mars,     portes                                    Nul stratagème                 printemps                 aux       j’interpelle les                                 pas, En confusion                      -     des balançoires               

                          retirées,                nombreuses, Peupliers           sous                 des brumes,                                  qu’on    saurait               sur        et                                                              étage    ne                 du       -des-        Pluie brutale         dément                                sont        sur la        du                                   le           ici.                                       fleurs, les fleurs                                                     -delà                               

Cours cachées, résidences           profondeurs                          et saules      l’amoncellement             Treillis et rideaux aux fenêtres       ne         compter.                                                         de charme…         haut       je         pas la rue          -   -                                     en ce mois de       Les             closes        tombée    jour,                ne retiendra                   Les larmes     yeux,                                     ne répondent                   rouge elles volent au-                     et s’enfuient.

蝶戀花

Dié

liàn

huā
庭院深深深幾許
Tíng
yuàn
shēn
shēn
shēn


楊柳堆煙
Yáng
liŭ
duī
yān
簾幕無重數
Lián


chóng
shù
玉勒雕鞍游冶處


diāo
ān
yóu

chù
樓高不見章臺路
Lóu
gāo

jiàn
Zhāng
Tái

雨橫風狂三月暮

hèng
fēng
kuáng
sān
yuè

門掩黃昏
Mén
yăn
huáng
hūn
無計留春住


liú
chūn
zhù
淚眼問花花不語
Lèi
yăn
wèn
huā
huā


亂紅飛過鞦韆去
Luàn
hóng
fēi
guò
qiū
qiān

歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : ville printemps chagrin

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »

                      les          sont flétris, Au      du ruisseau les                                             la                    agite les                                                chaque                           peu plus,                loin      trêve,       l’eau du                 de                                                                              n’approche              -                                        friche                                                            qui voyage                                                    

Vers la tour de                                     pont                                           d’odeurs d’herbes                    et           rênes des            La                séparé,        borne franchie                      Plus loin                                      printemps.         tendresse      mon cœur, Tant de                fard,                                   plus    garde-      pour                           de                   tout, voici             au             Et                  s’écarte          plus de la                       

                garde     pruniers                                       saules s’effilent, Pleine                      brise réchauffe                        caravanes.    douleur d’être                               l’étend un                     plus      sans        comme                     Tant              dans                   larmes sur mon       Du haut du pavillon je                 du      -corps      m’accouder. Cette étendue           qui couvre             la montagne    printemps ;    celui                     toujours            montagne au printemps.

踏莎行



suō

xíng
候館梅殘
Hòu
guăn
méi
cán
溪橋柳細

qiáo
liŭ

草薰風暖搖征轡
Căo
xūn
fēng
nuăn
yáo
zhēng
pèi
離愁漸遠漸無窮

chóu
jiàn
yuăn
jiàn

qióng
迢迢不斷如春水
Tiáo
tiáo

duàn

chūn
shuĭ
寸寸柔腸
Cùn
cùn
róu
cháng
盈盈粉淚
Yíng
yíng
fĕn
lèi
樓高莫近危闌倚
Lóu
gāo

jìn
wēi
lán

平蕪盡處是春山
Píng

jìn
chù
shì
chūn
shān
行人更在春山外
Xíng
rén
gèng
zài
chūn
shān
wài
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : séparation douleur printemps

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

                                  qui             sont-                                                                              finir. Cent plantes,                  Mets            les chemins,                         attachée, chez qui     un arbre.                yeux                            de fois      parler      seul,       ce                      vint,                                 -elles ou non                                             comme les                                       en songe                          

Depuis quelques jours,                         où     -           ? Ils ont oublié de s’en revenir, Sans deviner que le           va                            fleurs aux      Froids                  La                                         ?                 larmes            l’étage    pavillon              pour        tout       Quand    couple                     Sur la             rencontrèrent-               Confusion d’un chagrin printanier soulevé                   des saules, L’un pour l’autre               nulle               

                       ces nuages     passent,        -ils partis                                                       printemps                         mille                        sur                 voiture parfumée est                      à           Les        aux      à         du          tant                                                d’hirondelles              diguette se              -             ?                                                     chatons                                        mais       part ailleurs.

蝶戀花

Dié

liàn

huā
幾日行雲何處去


xíng
yún

chù

忘了歸來
Wàng
liăo
guī
lái
不道春將暮

dào
chūn
jiāng

百草千花寒食路
Băi
căo
qiān
huā
hán
shí

香車繫在誰家樹
Xiāng
chē

zài
shuí
jiā
shù
淚眼倚樓頻獨語
Lèi
yăn

lóu
pín


雙燕來時
Shuāng
yàn
lái
shí
陌上相逢否

shàng
xiāng
féng
fŏu
撩亂春愁如柳絮
Liáo
luàn
chūn
chóu

liŭ

依依夢裏無尋處


mèng


xún
chù
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : départ séparation chagrin

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air d’« Une fleur de magnolia »

          séparation,                    êtes loin ou proche,                               désolation     tant               Cheminement,              sans        finalement, Par                                                         -   ?                    de la                       scandent            Myriades                                                              inclinée              oreiller,          rêves           Et     rêves    s’accomplissent                              cendre.

Depuis la                   sais                              Sautent     yeux tristesse                                                                                            l’ampleur des                              m’adresserais-             profondeur       nuit, vent et bambous          l’automne,          de           milliers de sons, tout      m’est dépit. Ainsi,              l’unique           dans                                  ne                 pas,    la                          

                      je ne      si vous                              aux                et            qui      m’oppressent.              éloignement,      lettre                               eaux, parmi les abyssaux, où              -je   Dans la                                                                        feuilles,                        ceci                              sur                         mes       à quêter,    les                               et    chandelle devient        

木蘭花



lán

huā
別後不知君遠近
Bié
hòu

zhī
jūn
yuăn
jìn
觸目淒涼多少悶
Chù


liáng
duō
shăo
mèn
漸行漸遠漸無書
Jiàn
xíng
jiàn
yuăn
jiàn

shū
水闊魚沉何處問
Shuĭ
kuò

shĕn

chù
wèn
夜深風竹敲秋韻

shēn
fēng
zhú
qiāo
qiū
yùn
萬葉千聲皆是恨
Wàn

qiān
shēng
jiē
shì
hèn
故攲單枕夢中尋


dān
zhĕn
mèng
zhōng
xún
夢又不成燈又燼
Mèng
yòu

chéng
dēng
yòu
jìn
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : tristesse éloignement automne

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

               derrière les               sur                  de pluie,     lotus       de                            pavillon                 un arc-  -                 La            où      s’accoude en        Pour                      la                      naissante.                       volant épier sur    faîtière              Le                                                              de              dérange     la surface              natte. Cristal de       des      rives                   tout près paraît                       travers.

Léger                       saules,           le                         aux       bruit    gouttes éclatées. Du petit          à                     -en-ciel brisé irise    balustrade    l’on                                                  splendeur                       L’hirondelle vient en                              peinturlurée            de jade          sous            du rideau. La vague              ne         pas                   de                                deux                                          gisante     broche de         

      tonnerre                      pluie        bassin, Bruit                                                                    l’angle ouest       -  -                                                    privé,      attendre et cueillir              de la lune                                                   la                          crochet         suspendu      le drapeau                        fraîcheur                           striée    la                   roche                de l’oreiller, Où                          une                   

臨江仙

Lín

jiāng

xiān
柳外輕雷池上雨
Liŭ
wài
qīng
léi
chí
shàng

雨聲滴碎荷聲

shēng

suì

shēng
小樓西角斷虹明
Xiăo
lóu

jiăo
duàn
hóng
míng
闌干私倚處
Lán
gān


chù
待得月華生
Dài

yuè
huá
shēng
燕子飛來窺畫棟
Yàn

fēi
lái
kuī
huà
dòng
玉鉤垂下簾旌

gōu
chuí
xià
lián
jīng
涼波不動簟紋平
Liáng


dòng
diàn
wèn
píng
水精雙枕畔
Shuĭ
jīng
shuāng
zhĕn
pàn
傍有墮釵橫
Bàng
yŏu
duò
chāi
héng
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : soirée lune solitude

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air de « Cueillir des mûres »

Foule    fragrances                                              rouge                                            saules pleureurs              tout un               Musique et                   dissipés, les                   Alors    sent du printemps le                                                             d’hirondelles s’en revient   travers           

      de            portées au                                         fané,      le duvet en nuée                                 s’enchevêtre         jour le vent.                   dispersés,               voyageurs partis,       se                      vide ; Suspendu sous le treillage des persiennes, Un                                   à            bruine.

                               Lac d’Ouest par delà, Charnier de             Vole                  brouillée, Aux                                                                chants                                                                                                                               couple                                      la        

采桑子

Căi

sāng


群芳過後西湖好
Qún
fāng
guò
hòu


hăo
狼藉殘紅
Láng

cán
hóng
飛絮濛濛
Fēi

méng
méng
垂柳闌干盡日風
Chuí
liŭ
lán
gān
jìn

fēng
笙歌散盡游人去
Shēng

sàn
jìn
yóu
rén

始覺春空
Shĭ
jué
chūn
kōng
垂下簾櫳
Chuí
xià
lián
lóng
雙燕歸來細雨中
Shuāng
yàn
guī
lái


zhōng
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : départ vent nature

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur le Torrent Jaune accostant pour la nuit

                                détestent monter ici      voir                   même d’arriver    bout          rongé     sangs neuf                           vapeurs                  ravins                                          pleine lune, un gibbon          Privé    son      natal,            lui         l’angoisse du                     voyageur       de tristesse                      dans     coupe de                     par          et rivières il           des vers.      n’avait pas                                  -        faire ici  

Les      de     depuis toujours                                                                 au                     les                      mille arbres en                    trois        s’enténèbrent, Des flots         sous                           lamente.       de                 tandis que     revient               terme de    vie,             plein              trouve     réconfort                   vin.                    collines                se chante           S’il                 condamné à                   -il                 

    gens    Chu                                      pour      le paysage, Avant                        on s’est                      fois. Dix                         verdâtres,                                       grossis      la                                              pays                                                      sa      Le                                    son                une               Sur le chemin,                                                                  été            l’exil, que serait-   venu           ?

黃溪夜泊

Huáng






楚人自古登臨恨
Chŭ
rén


dēng
lín
hèn
暫到愁腸已九回
Zàn
dào
chóu
cháng

jiŭ
huí
萬樹蒼煙三峽暗
Wàn
shù
cāng
yān
sān
xiá
àn
滿川明月一猿哀
Măn
chuān
míng
yuè

yuán
āi
非鄉況複驚殘歲
Fēi
xiāng
kuàng

jīng
cán
suì
慰客偏宜把酒杯
Wèi

piān


jiŭ
bēi
行見江山且吟詠
Xíng
jiàn
jiāng
shān
qiĕ
yín
yŏng
不因遷謫豈能來

yīn
qiān
zhé

néng
lái
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Les gens de Chu 楚人 : voir Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) Sur l’air de « Tintements d’une pluie sans fin ».

Mots-clefs : exil tourment paysage

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air d’« Un chant du Sud »

                                                                                             venu      sa                lui tient           et sourit, Veut                          ses          peints               l’air                                               contre                    par            fleurs      s’exercer,            de l’ouvrage de                               Comment écrit-                  s’aimaient                  »

                       avec des                 dragon ciselé sur son                 Il                  fenêtre                  les mains                 savoir    l’épaisseur                        est bien            du        Longuement    pinceau,                     lui,      commence            des                        Sans                       broderie                  : «              -on                                             

Un phénix pour chignon          rubans d’or, Un                       peigne de jade,    est      sous            : elle                                            si             de     sourcils                 dans          temps.            au          blottie tout             Elle              copier            pour                 souci                          arrêté, Souriant                  -   : Deux canards            d’amour tendre ?  

南歌子

Nán




鳳髻金泥帶
Fèng

jīn

dài
龍紋玉掌梳
Lóng
wèn

zhăng
shū
走來窗下笑相扶
Zŏu
lái
chuāng
xià
xiào
xiāng

愛道畫眉深淺入時無

dào
huà
méi
shēn
qiăn

shí

弄筆偎人久
Nòng

wēi
rén
jiŭ
描花試手初
Miáo
huā
shì
shŏu
chū
等閒妨了繡功夫
Dĕng
xián
fáng
liăo
xiù
gōng

笑問雙鴛鴦字怎生書
Xiào
wèn
shuāng
yuān
yāng

zĕn
shēng
shū
歐陽修



Yáng

Xiū

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Canard mâle canard femelle 鴛鴦 : les canards mandarins sont en Chine un symbole traditionnel de l’amour et de la fidélité conjugale. Je me suis laissé aller à évoquer le poème Les deux pigeons de Jean de la Fontaine, auquel il était difficile de ne pas penser dans le contexte.

La femme décrite dans ce poème est, bien entendu, une courtisane. On remarquera qu’elle peut avoir un trou de mémoire sur deux caractères difficiles, mais qu’elle n’en sait pas moins lire et écrire. Certainement bien davantage que les demi-mondaines de la Belle Époque, ces femmes somptueusement vêtues et meublées sont cultivées et éduquées, elles savent manier le pinceau pour écrire ou peindre comme ici ; on les invite aux banquets, car elles maîtrisent l’art de la conversation avec les lettrés de l’époque, et savent tout aussi bien chanter, danser, et jouer de la musique.

L’évocation de la fidélité conjugale dans ce contexte n’est pas non plus paradoxale. Les mariages arrangés dans la Chine classique conduisaient souvent les lettrés à rechercher l’amour auprès des courtisanes et à nouer avec elles des relations aussi durables que les déplacements liés à leur carrière pouvaient le leur permettre.

Mots-clefs : couple amour rencontre

Sū Shùn Qīn (1008 – 1048) :
Passage à Suzhou

Vers l’est           de          Serpentine on s’éblouit de l’aube,                    pluie,                       éclaircies.     peupliers        les                     ensemble                                    collines lointaines,                                mille                                             du Ciel résident,         entière de                        l’homme    peuple             Sans     ces                 sans                              sur                                               

           au sortir    la Porte                                           siffle                                                                        aigrettes blanches,                                proches,                          toutes      sensibles.               êtres les heurs et malheurs                                   Une                                     à         du        est légère.      fin     beaux                motif de s’arrêter, Voyageur                vogue,            soir je partirai.

                                                                    Siffle        fine        puis temps couvert et             Les           verts,                                  s’accordent, Les eaux          les                             sont            Des dix                                   dans la volonté                       vie            contrainte et misère                                                    paysages,                                       le bateau,        vogue ! ce                  

過蘇州

Guò



zhōu
東出盤門刮眼明
Dōng
chū
pán
mén
guā
yăn
míng
蕭蕭疎雨更陰晴
Xiāo
xiāo
shū

gèng
yīn
qíng
綠楊白鷺俱自得

yáng
bái




近水遠山皆有情
Jìn
shuĭ
yuăn
shān
jiē
yŏu
qíng
萬物盛衰天意在
Wàn

shèng
shuāi
tiān

zài
一身羈苦俗人輕

shēn



rén
qīng
無窮好景無緣住

qióng
hăo
jĭng

yuán
zhù
旅櫂區區暮亦行

zhào




xíng
蘇舜欽



Shùn

Qīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Le présent poème est représentatif du style tardif de Su Shunqin, revenu à une simplicité raffinée.

Mots-clefs : voyage vie

Lĭ Gòu (1009 – 1059) :
Le mal du pays

鄉思

Xiāng


人言落日是天涯
Rén
yán
luò

shì
tiān

望見天涯不見家
Wàng
jiàn
tiān


jiàn
jiā
已恨碧山相阻隔

hèn

shān
xiāng


碧山還被暮雲遮

shān
hái
bèi

yún
zhē
李覯



Gòu

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Ce court poème illustre l’originalité et la modernité de l’écriture poétique de Li Gou : très inhabituelles dans les œuvres de l’époque, les répétitions lancinantes 天涯 / 碧山 d’un vers à l’autre ainsi que le 見不見, qui semblent peser à la lecture comme un carcan, contribuent de façon simple mais forte à l’expression du malaise ressenti par l’auteur exilé, malaise souligné encore par la critique implicite d’un lyrisme de routine éloigné de l’âpre réalité du sentiment.

Mots-clefs : exil lointain horizon

Wén Tóng (1018–1079) :
Point de vue sur la Tour du Nuage

望雲樓

Wàng

yún

lóu
守居園池雜題
Shŏu

yuán
chí


巴山樓之東

shān
lóu
zhī
dōng
秦嶺樓之北
Qín
lĭng
lóu
zhī
bĕi
樓上卷簾時
Lóu
shàng
juăn
lián
shí
滿樓雲一色
Măn
lóu
yún


文同

Wén

Tóng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

La Tour du Nuage 雲樓 évoquée ici par le poète se trouvait dans l’ancienne ville de Yangzhou 洋州, qui correspond aujourd’hui à la préfecture de Yangxian dans le Shaanxi.

Mots-clefs : paysage nuages

Wén Tóng (1018 – 1079) :
Après la pluie éclaircie de lune sur les collines

           pins          les              lune,                                                 le      Aller,               tant                       longuement                     à dormir. Sous                les                      ondulent,                        les                     tombent.                                                                                 bosquets                sauterelles.

Les             laissent               la           projette leurs          comme                              venir,                  leur couvert, Si                                               un vent timide     nénuphars    l’étang                    pluie cruelle     fruits                                      compagnie      chanter             complainte ? Partout dans les                                     

    grands                   traverser          Qui                contours       un dessin sur    sol.               j’aime      sous                             que je n’arrive pas                                             de                   Sous une                          des collines          Qui me tiendra           pour         avec moi la                                        grésillent les             

新晴山月

Xīn

qíng

shān

yuè
高松漏疏月
Gāo
sōng
lòu
shū
yuè
落影如畫地
Luò
yĭng

huà

徘徊愛其下
Pái
huái


xià
及久不能寐

jiŭ

néng
mèi
怯風池荷卷
Qiè
fēng
chí

juăn
疾雨山果墜


shān
guŏ
zhuì
誰伴予苦吟
Shuí
bàn


yín
滿林啼絡緯
Măn
lín

luò
wěi
文同

Wén

Tóng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : promenade nuit pluie

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Après                      du          clos       Dégrisé                des                      L’an dernier    printemps                               présent,                  tombées,    voici      debout,         pluie                                             souviens                  notre                               répété le           « cœur                        Au        des cordes         s’exprimait       amour,    justement la        lune était                embrasa    nuage          qui                 

          rêves,    balcon    pavillon      haut,                l’écran     rideaux         bas.                                       ainsi de retour à                les                 me                    Sous                                      s’envole.    me            Petite       à                                fois           caractère                 robe                                  luth                                                                                   ce                    s’en            

      les        le                                       devant                     pendant                   au           l’amertume,                            Parmi     fleurs                   seul              la       fine un couple d’hirondelle           Je             :        Pomme         première rencontre, Deux                                 » sur sa      de gaze,    dessus            du                  notre        Et              pleine            là, Alors elle                  chamarré          retournait.

臨江仙

Lín

jiāng

xiān
夢後樓臺高鎖
Mèng
hòu
lóu
tái
gāo
suŏ
酒醒簾幕低垂
Jiŭ
xĭng
lián


chuí
去年春恨卻來時

nián
chūn
hèn
què
lái
shí
落花人獨立
Luò
huā
rén


微雨燕雙飛
Wēi

yàn
shuāng
fēi
記得小蘋初見


Xiăo
Píng
chū
jiàn
兩重心字羅衣
Liăng
chóng
xīn

luó

琵琶絃上說相思


xián
shàng
shuō
xiāng

當時明月在
Dāng
shí
míng
yuè
zài
曾照彩雲歸
Céng
zhào
căi
yún
guī
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : printemps souvenir amour

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

                                                                         Rêves de           nuages            Se                             c’est banal !    biais la        mi-                  qu’un          sommeil,    paravent    peintures s’interpose déployé                                        l’habit les                                  mots, Goutte   goutte, ligne                       manifestent                                                          -      compatit,              que             le       nocturne         pour     laisse tomber            

                l’ivresse    pavillon    l’ouest                                                   d’automne,               disperser,                                 lune     -                                                      en                               devant l’émeraude des monts                               de                                     à                     ligne,                                              La        rougeoyante      d’elle-même,                ne          faire,         froid          en vain                        des        

Séparation dans           au          de         – réveil sans souvenir,          printemps                      réunir, se            comme               De               à   -fenêtre n’accorde       médiocre          Le                                                                       de Wu. Sur             tâches    vin, dans le poème les                              après        Ensemble             tristesse et désespoir.    bougie             qui,       -                mais    sait            Dans                                moi                   larmes.

蝶戀花

Dié

liàn

huā
醉別西樓醒不記
Zuì
bié

lóu
xĭng


春夢秋雲
Chūn
mèng
qiū
yún
聚散真容易

sàn
zhēn
róng

斜月半窗還少睡
Xié
yuè
bàn
chuāng
huán
shăo
shuì
畫屏閒展吳山翠
Huà
píng
jiàn
zhăn

shān
cuì
衣上酒痕詩裏字

shàng
jiŭ
hén
shí


點點行行
Diăn
diăn
háng
háng
總是淒涼意
Zŏng
shì

liáng

紅燭自憐無好計
Hóng
zhú

lián

hăo

夜寒空替人垂淚

hán
kōng

rén
chuí
lèi
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : séparation tristesse nocturne

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

   rêve,                                                      vaporeuse,                            au     du         Sans                        rencontrer.         sommeil           l’extase au delà des mots, Après          je                         et                                            tout dire        émois-           missive d’un         soie,                                  profonds,      fini      témoignage.       ainsi,             lenteur                pour                                        cœur déchiré                          de                       

            m’enfonçais    sud du Fleuve dans une                           marchais jusqu’au          sud                           j’ai quittée                                connus                                              me                                d’une                    Je                               -là     une                            Oies sauvages nageuses,                    J’ai                                                        sur     cordes      chanter                                             s’est      d’une            Qin le chevalet       

En       je             au                        allée d’eau            Je                   bout,           Fleuve,      celle que                          Dans le         je                                         l’éveil,       trouvais désappointé    triste       extase mensongère.    voulais           de ces      -   sur                  pied de                               poissons                     sans             C’est        penché avec             les                     la tension des adieux, Que mon                    fait       cithare                    brisé.

蝶戀花

Dié

liàn

huā
夢入江南煙水路
Mèng

jiāng
nán
yān
shuĭ

行盡江南
Xíng
jìn
jiāng
nán
不與離人遇



rén

睡裏消魂無說處
Shuì

xiāo
hún

chù
shuō
覺來惆悵消魂誤
Jué
lái
chóu
chàng
xiāo
hún

欲盡此情書尺素

jìn

qíng
shū
chĭ

浮雁沉魚

yàn
chén

終了無憑據
Zhōng
liăo

píng

卻倚緩絃歌別緒
Què

huăn
xián

bié

斷腸移破秦箏柱
Duàn
cháng


qín
zhēng
zhù
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : séparation rêve tristesse

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « La saison des perdrix »

      tâtant                                                          d’antan, La saison exaspère           de    séparation en                                        la                              d’automne,                 entre les               coucher du         Nuages         de     étendus,      immenses et               qui part                   route                et                    l’affection                       parole             les                       sur           fleuri répandre     traînées    larmes.

             la tunique                   déplore              parfum                                          la                       de             après       sur    chaussée              herbes            Jour après jour                jusqu’au            soleil.          perte    vue                           sombres,               aux            la       du retour tant    tant s’allonge. De             qu’on           nulle           sustente     racines,          pas        papier                                        

Ivre,                   de printemps, j’y         l’absence du                                    l’aigreur                     fluxion    rage. Année       année                 poussent les                                             murs                                    à                       Eaux                      Pour              lointains,                                                                 se porte,              ne                       N’allons         du                        des          de        

鷓鴣天

Zhè



tiān
醉拍春衫惜舊香
Zuì
pāi
chūn
shān

jiù
xiāng
天將離恨惱疏狂
Tiān
jiāng

hèn
năo
shū
kuáng
年年陌上生秋草
Nián
nián

shàng
shēng
qiū
căo
日日樓中到夕陽


lóu
zhōng
dào

yáng
雲渺渺
Yún
miăo
miăo
水茫茫
Shuĭ
máng
máng
征人歸路許多長
Zhēng
rén
guī


duō
cháng
相思本是無憑語
Xiāng

běn
shì

píng

莫向花牋費淚行

xiàng
huā
jiān
fèi
lèi
háng
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : absence éloignement mélancolie

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « La croissance d’un coing »

À         défilés    montagnes          âme                                                         et leurs dépêches               deux tempes     cheveux                                          qui      les fait           Quand                             de    croisée           d’azur Et        pourrai vous         Chéri, je         « Comme                   fait          !       qu’à                      était       »

                               dans         un rêve prolongé… Depuis la frontière les      sauvages                   manquent,                             tristement             C’est notre amour                   vieillir.                            auprès               à la gaze           que je              parler,                                                                        notre           tout       bien.  

  travers         et                mon                                               oies                                      Aux             mes                    grisonnent,                       seul                          de retour vous serez           la                                                                   dirai :         chaque séparation      souffrir   Alors            rencontre                   

生查子

Shēng

zhā


關山魂夢長
Guān
shān
hún
mèng
cháng
塞雁音書少
Sài
yàn
yīn
shū
shăo
兩鬢可憐青
Liăng
bìn

lián
qīng
只為相思老
Zhĭ
wèi
xiāng

lăo
歸傍碧紗窗
Guī
bàng

shā
chuāng
說與人人道
Shuō

rén
rén
dào
真箇別離難
Zhēn

bié

nán
不似相逢好


xiāng
féng
hăo
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : rêve séparation temps

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « Pensée pour quelqu’un au loin »

                 fleurs jaunes,                                                  À cent                       soupire après    voyageur        Qu’on            vol                passent                        reviennent les                        nouvelles,                lui                    lettres envoyées       larmes                                                Sur    pierre          je          l’encre        Lentement pour écrire,                                                                                                 

                                d’une atmosphère               derniers                                                     le          parti.       observe le     des nuages             et disparaissent, S’en                oies              sans               quels                                                 Mes        toquent sans     contre    fenêtre, dégouttent     la                    broierai                                       jusqu’après la séparation,                 pénétrant Que           rouge il          la couleur.

Feuilles rouges,                                 d’automne les          moments,        lieues de distance je                                                                  qui                                                    des moissons                 En       lieux     parviendraient les                  ?                         fin        la                                   lisse où                     alors,                                                   Ce sentiment si               du papier          effacera            

思遠人



yuăn

rén
紅葉黃花秋意晚
Hóng

huáng
huā
qiū

wăn
千里念行客
Qiān

niàn
xíng

看飛雲過盡
Kàn
fēi
yún
guò
jìn
歸鴻無信
Guī
hóng

xìn
何處寄書得

chù

shū

淚彈不盡臨窗滴
Lèi
tán

jìn
lín
chuāng

就硯旋研墨
Jiù
yàn
xuán
yán

漸寫到別來
Jiàn
xiĕ
dào
bié
lái
此情深處

qíng
shēn
chù
紅箋為無色
Hóng
jiān
wéi


晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : automne séparation lettre

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

                              les                     de l’ouest               feuilles,      l’ancienne             réjouissances                          m’appuie à               pour                              je                            d’autrefois.    ces       j’ai               et rêvé                                       les                  est. On       quitté                                                             Des                 attachés                            luisant                 si peu    saveur,           et    fanent     chrysanthèmes    la                                                    quoi bon                                          vent                        qui                            parler        dissiper                 verserai             une        Qu’un                                l’heure du retour    l’attendrai          manches parfumées observer    rouge        

                   je souffle             Au Pavillon                      les                           demeure                   passent et repassent. Je                                        d’automne. À loisir       souviens                             En                chanté                                propices                                en                             longtemps,              s’affadit sans                   mots    brocard              oies                                                             S’ouvrent              les               de    haie, Se                             du torrent.            s’attarder        le          Lune                         amertume,     supporterait      moi                             ce tourment,             de vin vert                       de         se                               je                  Aux                            le              

Aux Jardins du sud                fleurs,                        je marque               Dans                    les                                                   la balustrade      un songe                        me          des rencontres                     lieux             nuages         pluie, Aimables          s’écoulaient     flots d’ouest            s’est        depuis            Ce sentiment                qu’adviennent          de                  aux      transhumantes. Le         des années rend        de                      se                                         dépouillent les sterculiers             À                     devant    cratère,      pâle,      glacé, Cette                            avec     d’en        ? Pour                       je                          coupe.       jour    bonheur    présente, À                                  pour                                         éploré.

滿庭芳

Măn

tíng

fāng
南苑吹花
Nán
yuàn
chuī
huā
西樓題葉

lóu


故園歡事重重

yuán
huān
shì
chóng
chóng
憑闌秋思
Píng
lán
qiū

閒記舊相逢
Xián

jiù
xiāng
féng
幾處歌雲夢雨

chù

yún
mèng

可憐便流水西東

lián
biàn
liú
shuĭ

dōng
別來久
Bié
lái
jiŭ
淺情未有
Qiăn
qíng
wèi
yŏu
錦字繫征鴻
Jĭn


zhēng
hóng
年光還少味
Nián
guāng
huán
shăo
wèi
開殘檻菊
Kāi
cán
jiàn
kăn

落盡溪桐
Luò
jìn

tóng
漫留得尊前
Màn
liú

zūn
qián
淡月凄風
Dàn
yuè

fēng
此恨誰堪共說

hèn
shuí
kān
gòng
shuō
清愁付綠酒杯中
Qīng
chóu


jiŭ
bēi
zhōng
佳期在
Jiā

zài
歸時待把
Quī
shí
dài

香袖看啼紅
Xiāng
xiù
kàn

hóng
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : souvenir nostalgie automne

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « L’allégresse du retour aux champs »

Combien    fois ai-je            les                                                 À          ainsi     fleurs de                            tant                                    le           vienne                          !             redoute         des                       printemps. Quand     fleurs                  sais            dire       sait                 année, le                  être        inspiré             cramoisies                           peu                   raréfiées    retrouve            Face            je me                  Là où je me promenais                                                           le          tourbillonne            

        de        -   pu espérer     fleurs, Si tôt s’éprouve          du              regarder                     pruniers surgir, Je désire      que les        ne         pas,                                                             je         l’envol               la fuite                     les                                              ; Qui      si, année                 printemps             encore           En                   et                      à            les                                              aux              rappelle                               autrefois,            portes                                 duvet                            

                  -                                           l’humeur    printemps.                  les                                                   fleurs    tombent      Que    printemps        s’établir pour longtemps   Pourtant                        fleurs et          du                             s’ouvrent, je ne      encore que                           après                     pourra                     ?    lèvres               cheveux de jais, Peu       devant     fleurs           je          la parole.          fleurs                encore,                                  Devant les        autour des saules pleureurs,          ne              pas encore.

歸田樂

Guī

tián


試把花期數
Shì

huā

shŭ
便早有感春情緒
Biàn
zăo
yŏu
găn
chūn
qíng

看即梅花吐
Kàn

méi
huā

願花更不謝
Yuàn
huā
gèng

xiè
春且長住
Chūn
qiĕ
cháng
zhù
只恐花飛又春去
Zhĭ
kŏng
huā
fēi
yòu
chūn

花開還不語
Huā
kāi
hái


問此意年年春還會否
Wèn


nián
nián
chūn
hái
huì
fŏu
絳唇青鬢
Jiàng
chún
qīng
bìn
漸少花前語
Jiàn
shăo
huā
qián

對花又記得
Duì
huā
yòu


舊曾遊處
Jiù
céng
yóu
chù
門外垂楊未飄絮
Mén
wài
chuí
yáng
wèi
piāo

晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Il est important de préciser que les petites fleurs blanches chargées d’un parfum délicat du prunier chinois 梅 (cet arbre aux branches sinueuses et aux feuilles violettes que nos jardiniers appellent un prunus) sont les premières à surgir au printemps, et même en Chine déjà sous la neige. Cet arbre n’a évidemment rien à voir avec un abricotier, même s’il est parfois appelé « abricotier du Japon ». Voir Sur l’air de « D’un regard si charmeur ».

Mots-clefs : printemps fleurs attente

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air d’« En marche sur la Voie Impériale »

Au sud    l’avenue            verdoyants                       au printemps,    neige            la rue de                                     des arbres            merveilleuses                                                                              aux        rouges.    nord        tour            l’espace, Ça           rideaux    hauteur          ; Regardant                 de l’avenue les                 à la balustrade longtemps          indécise,                                              crépuscule.     fin d’automne le                    piétinait                             approché                de l’ombre verdoyante            halte.     fleurs        sont        là,                                  écran. Où donc           son         

                   les                   se                                               couvre           la promenade                  faîte            les fleurs               s’entremêlent aux          nuages, Au pied des             Familles résident                    Au          la                              et là                                                                                     Appuyée                           jusqu’à,           languide,           Tant         la                                                  virevoltant              mousse verte, Il                  de                                                     Les                               Le          parfumé en vain fait                              visage  

       de              arbres               répandent en duvet               En       qui                               du printemps. Au                                                             gracieux                     arbres, les                       portes                 sur         qui domine                    des         en         enroulés             fixement au sud                 arbres.                                                                repartir,      de fois    pluie du             Une                  cheval                       la                  s’était             l’épaisseur                       pour faire                   fanées      encore        paravent                                     retrouver            ?

御街行



jiē

xíng
街南綠樹春饒絮
Jiē
nán

shù
chūn
ráo

雪滿遊春路
Xuĕ
măn
yóu
chūn

樹頭花豔雜嬌雲
Shù
tóu
huā
yàn

jiāo
yún
樹底人家朱戶
Shù

rén
jiā
zhū

北樓閒上
Bĕi
lóu
jiàn
shàng
疏簾高捲
Shū
lián
gāo
juăn
直見街南樹
Zhí
jiàn
jiē
nán
shù
闌干倚盡猶慵去
Lán
gǎn

jìn
yóu
yōng

幾度黃昏雨


huáng
hūn

晚春盤馬踏青苔
Wăn
chūn
pán


qīng
tái
曾傍綠陰深駐
Céng
bàng

yīn
shēn
zhù
落花猶在
Luò
huā
yóu
zài
香屏空掩
Xiāng
píng
kōng
yăn
人面知何處
Rén
miàn
zhī

chù
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Les portes rouges 朱戶 étaient une marque de distinction accordée en principe aux nobles qui avaient rendu service à l’État.

Mots-clefs : souvenir départ solitude

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « La saison des perdrix »

Les                                         des deux mains          de                    boire.              -                l’ivresse                               le visage. Tu dansas   jusqu’à    que               cœur             des         la                    jusqu’à ce                                              pêchers,                                         je                                                 Combien    fois                              réunie                          que                                                            nous                    milieu d’un      

    manches             toute                              en          jade,            à                     -    je                       saisir         m’en                             :                descendît, au      du                         lune. Tu                      que s’épuisât, sous                                   la                    notre                   souvenais       nous nous        rencontrés.                 mon     rêva d’être avec                    nuit                 la       d’argent                        qu’encore      ne                                          

            chamarrées,       attentionnée,                   coupe          tu offrais          En ces années-là,    laissais           me        jusqu’à      rougir                                ce                           pavillon     Saules,             chantas :                                l’éventail aux fleurs de             bourrasque. Depuis       séparation,    me           comme           sommes                     de          âme                  toi        ? Cette      je m’assure        lampe          brille bien, Craignant           nous         rencontrions qu’au             rêve.

鷓鴣天

Zhè



tiān
彩袖殷勤捧玉鐘
Căi
xiù
yĭn
qín
pěng

zhōng
當年拚卻醉顏紅
Dāng
nián
pàn
què
zuì
yán
hóng
舞低楊柳樓心月


yáng
liŭ
lóu
xīn
yuè
歌盡桃花扇底風

jìn
táo
huā
shàn

fēng
從別後憶相逢
Cóng
bié
hòu

xiāng
féng
幾回魂夢與君同

huí
hún
mèng

jūn
tóng
今宵剩把銀釭照
Jīn
xiāo
shèng

yín
gōng
zhào
猶恐相逢是夢中
Yóu
kŏng
xiāng
féng
shì
mèng
zhōng
晏幾道

Yàn



Dào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Voir à propos de ce poème l'article sur la traduction : Sur deux vers de Yan Jidao, ou les tribulations des traducteurs chinois en poésie chinoise classique.

Mots-clefs : danseuse retrouvailles

Bulle