Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Notes sur l'auteur et les poèmes

L'auteur

Un fu 賦 en faveur des réformateurs fit obtenir tout jeune à Zhou Bangyan 周邦彥 la faveur impériale et on lui confia différents postes administratifs. En 1116, l’empereur Huizong 宋徽宗 lui attribua la direction du Bureau de la Musique, chargé de recueillir et de conserver les airs anciens. Contrairement à Su Dongpo 蘇東坡, Zhou Bangyan limite le 詞 aux thèmes galants traditionnels, mais il lui rend toute sa valeur musicale en composant sur des airs élaborés dont il créa lui-même un grand nombre et il recourt à un langage raffiné. Il est donc considéré, eu égard aux caractéristiques du genre, comme l’auteur de 詞 le plus classique.


Sur l’air de « Les jeux du jeune âge »

Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Sur l’air d’« Au froid d’une fenêtre verrouillée »

Sur l’air de « Le prince de la colline aux orchidées »

La digue des Sui 隋堤 désigne la portion du grand canal construit par les Sui entre 587 et 608 qui permettait de relier le Fleuve Jaune 黄河 au Yangzi 长江 et se prolongeait jusqu’à Hangzhou 杭州. Les berges, plantées de saules pour en renforcer la solidité, étaient très appréciées de beaucoup de poètes.


Vers 9 : voir Kòu Zhŭn (961 – 1023).


Les Mets froids 寒食 sont une fête traditionnelle qui prend place un ou deux jours avant Pure Lumière 清明. Ce jour-là, l’on n’allumait pas de feu et l’on prenait donc les repas froids.

Sur l’air de « Les lotus loin des rives »

Le 4ème vers de la seconde strophe « En bonnet de soie et éventail de plume » 綸巾羽扇 est une réminiscence du 4ème vers du poème 17 de Su Dongpo 蘇東坡 et cette expression est l’indication poétique d’une attitude décontractée et sereine.


Bulle
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2017 - Bertrand Goujard