Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

La poésie chinoise sous les Yuan : un genre renouvelé, de multiples talents

Dynastie mongole des Yuan (1277 – 1367)

劉因   Liú Yīn (1249 – 1293)
Ballade des oies blanches
Le gîte montagnard
Soir lunaire dans la montagne
À la vue d’un prunier une pensée m’est venue

薛昂夫   Xuē Áng Fū (1267 — 1359)
Double ton – Sur l’air de « Le ciel de Chu au loin » suivi de « La rivière pure s’étend »

王和卿   Wáng Hé Qīng (vers 1260)
Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Sable lavé de ciel »
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »
Tube sonore magique – Sur l’air d’« Une journée plongée dans l’ivresse »
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »

Note sur le poète

On ne connaît presque rien de la vie de Wang Heqing 王和卿, si ce n'est sa ville d'origine, Daming 大名 dans le Hebei, et son amitié supposée avec le poète Guan Hanqing 關漢卿 son contemporain. Ses poèmes satiriques, en particulier l'Éloge du grand papillon, lui valurent le succès.


馬致遠   Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324)
Sur l’air de « Sable clair du jour »
Double ton – « Chant du versant sud de l’âge »
Double ton – « Chant du versant sud de l’âge »
Double ton – « Chant du versant au soleil de l’âge »
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »

Note sur le poète

Ma Zhiyuan 馬致遠 fut un natif de Dadu 大都, la grande Capitale, c'est-à-dire Pékin sous les Yuan 元 . Il se lança dans sa jeunesse une carrière officielle qui le déçut et à laquelle il renonça vers sa quarantième année pour se consacrer à la littérature. Il fut reconnu comme l'un des plus grands auteurs d'opéras 雜劇 de l'époque avec l' «Automne au Palais des Han» 漢宮秋, que l'on cite comme l'opéra le plus remarquable de la dynastie, et l'un des meilleurs poètes de sanqu 散曲, où il mêle paysages et sentiments avec un intense créativité verbale. Le surnom qu'il adopta sur le tard « Haie orientale » 東籬, en hommage à Tao Yuanming 陶淵明 et par allusion au poème célèbre 1007 dont il rejoint les aspirations taoïstes, exprime son désir de retraite à l'écart du monde. Cette attitude est typique de beaucoup de lettrés chinois dans les temps obscurs de la dynastie mongole des Yuan : les conquérants nomades intrépides, souverains des immenses espaces de la steppe, ne sont pas de bons administrateurs des pays segmentés par les limites des champs cultivés, où chaque mètre carré compte, dans l'économie comme dans les coutumes et la mémoire du peuple.

Les quatre poèmes présentés ici montrent à quel point, parfois de façon explicite, le monde n'est qu'un tableau que l'on regarde avec attention mais détachement.


趙孟頫   Zhào Mèng Fŭ (1254 – 1322)
Chronique d’un voyage ancien
Quatrain
Quatrain

王清惠   Wáng Qīng Huì (~1265 – ~1294)
Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Note sur le poète

Concubine impériale, Wang Qinghui 王清惠 après la chute de Lin’An 臨安 (l’actuelle Hangzhou) en 1276, la capitale des Song du sud, fut déportée avec trois mille autres personnes jusqu’à Shangdu 上都, capitale d’été de l’empire des Yuan dans l’actuelle province de Mongolie intérieure. C’est sur la route de l’exil qu’elle aurait gravé ce 詞 sur le mur d’un relais de poste à proximité de Bianliang 汴梁, l’ancienne capitale des Song du nord. Elle se fit par la suite nonne taoïste jusqu’à la fin de sa vie.


張養浩   Zhāng Yăng Hào (1270 – 1329)
Note médiane - Sur l’air d’ « Un mouton sur un flanc de montagne »
Note médiane – Sur l’air de « Chanson du ciel matinal »
Note médiane – Sur l’air de « Le douzième mois » suivi de « Le chant du peuple Yao »

Note sur le poète

Enfant passionné par la lecture, Zhāng Yăng Hào 張養浩 occupa d'importantes responsabilités comme chef de district, censeur métropolitain (chargé notamment de collecter les plaintes du peuples et de réprimer les abus des fonctionnaires), puis finalement président du Ministère des Rites et conseiller au Secrétariat impérial ; cette carrière connut toutefois une interruption temporaire à la suite de ses critiques envers la politique gouvernementale. Il finit par se retirer en refusant toute sollicitations officielles, mais accepta finalement de partir au Shaanxi pour prendre des mesures d'urgence face à une sécheresse désastreuse et mourut d'épuisement à la tâche.


張可久   Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348)
Sur l’air de « Sable purifié de ciel »
Sur l’air de « Ballade sur le fleuve limpide »
Sur l’air de « Le cri du marchant de fleurs »
Sur l’air de « Des chaussures brodées de rouge »
Sur l’air de « Ballade sur le fleuve limpide »
Sur l’air d’« Une odelette pour le lauréat »
« Odelette du village fortifié »
Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Note sur le poète

Zhang Kejiu 張可久 consacra tout ses soins à son œuvre et mena une vie instable dans les régions au sud du Yangzi, en y assumant pour subsister des postes de petit fonctionnaire itinérant jusqu'à l'âge de 70 ans ; il se retira Hangzhou 杭州. Auteur d'opéra et de sanqu 散曲, il est reconnu comme le maître du xiaoling 小令 : il en composa plus de huit cent cinquante et amena ce genre à un haut degré de raffinement littéraire. Comme les autres poètes des Yuan, parmi bien d'autres thèmes il décrit les paysages, exprime le sentiment d'exil du voyageur et l'attente de l'épouse au foyer, évoque son aspiration à une vie retirée, commémore avec nostalgie les époques passées. Sa poésie reflète les difficultés du peuple de l'époque comme les siennes propres, son désenchantement, son errance et son attrait pour la vie érémitique.


Liú Yīn (1249 – 1293) :
Ballade des oies blanches

Le vent               levé              fois :             l’eau           Le vent               levé une                    a     le fleuve           vent                       fois expire   voici venir                       souffle glacial                     montagne    la                                     hélas, ce souffle                                 vent balaye                    - -      ciel        ?     mille         fleuves                    leur prestance                         debout                        printanières la course des oies          

        du                 une                                   en                   Nord s’est          deuxième fois                             Le      du Nord                                         les oies blanches.                                     la                falaise rouge. Dans                                   pour                   Quand                la            reste-t-il         mutilé   Sur                          lacs                           d’autrefois. Longtemps,        j’observe sur les                                      sauvages.

           Nord s’est          première        il a changé          glace,         du                                   : il   mis           à sec.                 une troisième             ;                                Un                 sans cesse érode             de                        tous l’univers,                        trois cents ans ;       le                terre, que      - -   au                         lieues,         et      regrettent                                                                 eaux                                          

白雁行

Bái

yàn

xíng
北風初起易水寒
Bĕi
fēng
chū


shuĭ
hán
北風再起吹江乾
Bĕi
fēng
zài

chuī
jiāng
gān
北風三吹白雁來
Bĕi
fēng
sān
chuī
bái
yàn
lái
寒氣直薄朱崖山
Hán

zhí

zhū

shān
乾坤噫氣三百年
Qián
kūn


sān
băi
nián
一風掃地天留殘

fēng
săo

tiān
liú
cán
萬里江湖想瀟灑
Wàn

jiāng

xiăng
xiāo

佇看春水雁來還
Zhù
kàn
chūn
shuĭ
yàn
lái
huán
劉因

Liú

Yīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : occupation mongole évocation

Liú Yīn (1249 – 1293) :
Le gîte montagnard

山家

Shān

jiā
馬蹄踏水亂明霞



shuĭ
luàn
míng
xiá
醉袖迎風受落花
Zuì
xiù
yíng
fēng
shòu
luò
huā
怪見溪童出門望
Guài
jiàn

tóng
chū
mén
wàng
鵲聲先我到山家
Què
shēng
xiān

dào
shān
jiā
劉因

Liú

Yīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Ce poème figure dans le recueil Quinze poèmes chinois pour les enfants disponible sous format pdf.

Mots-clefs : montagne soir randonnée

Liú Yīn (1249 – 1293) :
Soir lunaire dans la montagne

                                 s’attriste, Tel, face à la montagne            la                loin. Les                       teintent                          De tout un      d’eau        la      fait           rosée. Les chants propagés                rocheuse retentissent              s’attarde, Dans          répandu le reflet           d’étoiles          Voici l’ivresse            entendre    voix     singes    des         Cent années                  aujourd’hui          

Mon cœur        plein                                                      dans          vraiment           alentours          se          du beau givre d’automne,                       claire                     la                            dans la                                                                                      du                                           :                                      et     grues !             bornent l’homme,                     !

         retiré       de pensées                                     vide,         nuit,                              escarpés                                                 ciel                 lune      naître                                       vallée                       : l’héroïsme                 l’alcool                      fleuve           vacille.                   on croit          la      des                                                                demeure  

山中月夕

Shān

zhōng

yuè


滿懷幽思自蕭蕭
Măn
huái
yōu


xiāo
xiāo
況對空山夜正遙
Kuàng
duì
kōng
shān

zhèng
yáo
四壁晴秋霜著色


qíng
qiū
shuāng
zhuō

一天明水月生潮

tiān
míng
shuĭ
yuè
shēng
cháo
歌傳岩谷聲豪宕

chuán
yán

shēng
háo
dàng
酒泛星河影動搖
Jiŭ
fàn
xīng

yĭng
dòng
yáo
醉裡似聞猿鶴語
Zuì


wén
yuán


百年人境有今朝
Băi
nián
rén
jìng
yŏu
jīn
zhāo
劉因

Liú

Yīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : montagne automne soir

Liú Yīn (1249 – 1293) :
À la vue d’un prunier une pensée m’est venue

觀梅有感

Guān

méi

yŏu

găn
東風吹落戰塵沙
Dōng
fēng
chuī
luò
zhàn
chén
shā
夢想西湖處士家
Mèng
xiăng


chŭ
shì
jiā
祇恐江南春意減
Zhĭ
kŏng
jiāng
nán
chūn

jiăn
此心元不為梅花

xīn
yuán

wéi
méi
huā
劉因

Liú

Yīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : fleurs prunier patriotisme

Xuē Áng Fū (1267 — 1359) :
Double ton – Sur l’air de « Le ciel de Chu au loin » suivi de « La rivière pure s’étend »

                             est    joie,           fleurs        le                        Le printemps de l’ivresse         s’éveille,      la            on                 joie                            d’eaux              s’écoule,                  de                                     qu’il                       de                              les                                                                                    Vaste                sans                            marée          arrivé, Quand la marée descend,                  retire qu’à             :                                        vent                     

Quand                            en       Quand les        fanent    printemps semble ivre.                           parfois                                  ne                        peine. Tout un fleuve                               Dix       fleurs    saule            pluie.     prétend                   de fleurs    saule ?                          larmes       l’on    quitte.    se                       sur mille lieues de             vaste,    ciel                 chagrin avec                                                   le chagrin                   peine.                supporter le            que le                  encore  

      les fleurs éclosent on                                                                                                             Dans    vieillesse       rencontre la      qu’à                              printanières               mille                 tombent en        Qui               s’agit bien                      Cette pluie, ce sont            quand      se         On    retourne avec émotion                     vent,              le           bornes. La              la       montante                                            ne se                    Pire   comment              soir tombé             se déchaîne        !

雙調-楚天遙帶清江引

Shuāng

diào



Chŭ

tiān

yáo

dài

Qīng

jiāng

yĭn
花開人正歡
Huā
kāi
rén
zhèng
huān
花落春如醉
Huā
luò
chūn

zuì
春醉有時醒
Chūn
zuì
yŏu
shí
xĭng
人老歡難會
Rén
lăo
huān
nán
huì
一江春水流

jiāng
chūn
shuĭ
liú
萬點楊花墜
Wàn
diăn
yáng
huā
zhuì
誰道是楊花
Shuí
dào
shì
yáng
huā
點點離人淚
Diăn
diăn

rén
lèi
回首有情風萬里
Huí
shŏu
yŏu
qíng
fēng
wàn

渺渺天無際
Miăo
miăo
tiān


愁共海潮來
Chóu
gòng
hăi
cháo
lái
潮去愁難退
Cháo

chóu
nán
tuì
更那堪晚來風又急
Gèng

kān
wăn
lái
fēng
yòu

薛昂夫

Xuē

Áng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : printemps séparation chagrin

Wáng Hé Qīng (vers 1260) :
Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Sable lavé de ciel »

越調–天淨沙

Yuè

diào



Tiān

jìng

shā
詠禿
Yŏng

笠兒深掩過雙肩

ér
shēn
yăn
guò
shuāng
jiān
頭巾牢抹到眉邊
Tóu
jīn
láo

dào
méi
biān
款款的把笠簷兒試掀
Kuăn
kuăn
de


yán
ér
shì
xiān
連荒道一句
Lián
huāng
dào



君子人不見頭面
Jūn

rén

jiàn
tóu
miàn
王和卿

Wáng



Qīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

頭面 désigne une perruque décorée pour les rôles féminins de l'opéra chinois, mais 頭面人物 (« personnage à perruque ») est une locution populaire qui évoque une personnalité important, l'équivalent, pour rester dans la même veine, de « gros bonnet »...

Mots-clefs : humour portrait

Wáng Hé Qīng (vers 1260) :
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »

La tortue    pelage vert      ton        vert si                                  promènes, De    gueule l’haleine                                                                                 portent    carapace                    Dix                                                                     de              

                                                                    de         tu                                              un                           messieurs     disent    bonne aventure         ta          aux nues, Pour les     Éternités tu             fidèlement    grue                                   Li Bo.

          au             Sous     pelage         dense, tout autour    l’étang                 ta                  s’exhale en    brouillard pénétrant. Ces           qui        la                                                                        accompagnes            la      immortelle Comme bagage    Maître       

雙調–撥不斷

Shuāng

diào







duàn
綠毛龜

máo
guī
綠毛稠繞池遊

máo
chóu
rào
chí
yóu
口中氣吐香煙透
Kŏu
zhōng


xiāng
yān
tòu
賣卦的先生把你脊骨颺
Mài
guà
de
xiān
shēng




yáng
十長生裏伴定個仙鶴走
Shí
cháng
shēng

bàn
dìng

xiān

zŏu
白大夫的行頭
Bái


de
xíng
tóu
王和卿

Wáng



Qīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : tortue humour loufoque

Wáng Hé Qīng (vers 1260) :
Tube sonore magique – Sur l’air d’« Une journée plongée dans l’ivresse »

Éloge du grand                                          de        Zi,          ailes             le                        Des                     célèbres,             il   fait                -           la race     libertins À                         abeilles     poursuivent    parfum                 doux                d’ailes,              de            les balaie   -     du pont      l’est.

                                      pulvérise                           deux                           d’est printanier.           cents                   D’une                 le             -   donc de                         frapper d’épouvante              qui                          vertu ? Tout      d’un                    Les                                     -delà                    

               papillon Stridulant il           le rêve    Zhuang     Les            portées par    vent                       trois       jardins                 rafle    a         vide. Serait-il                 des                                 les                          un        de                        battement              vendeurs    fleurs, il            au-             vers       

仙呂–醉中天

Xiān





Zuì

zhōng

tiān
詠大蝴蝶
Yŏng


dié
蟬破莊周夢
Chán

zhuāng
zhōu
mèng
兩翅架東風
Liăng
chì
jià
dōng
fēng
三百座名園
Sān
băi
zuò
míng
yuán
一采個空

căi

kōng
難道風流種
Nán
dào
fēng
liú
zhŏng
唬殺尋芳的蜜蜂

shā
xún
fāng
de

fēng
輕輕的飛動
Qīng
qīng
de
fēi
dòng
把賣花人搧過橋東

mài
huā
rén
shān
guò
qiáo
dōng
王和卿

Wáng



Qīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Je retraduis ici ce célèbre poème après la version donnée par Rainier Lanselle dans l'anthologie de la Pléiade, dans laquelle je ne trouve pas de trace du vers 5.

Mots-clefs : papillon humour grotesque

Wáng Hé Qīng (vers 1260) :
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »

雙調–撥不斷

Shuāng

diào







duàn
自歎

tàn
恰春朝又秋宵
Qià
chūn
zhāo
yòu
qiū
xiāo
春花秋月何時了
Chūn
huā
qiū
yuè

shí
liăo
花到三春顏色消
Huā
dào
sān
chūn
yán

xiāo
月過十五光明少
Yuè
guò
shí

guāng
míng
shăo
月殘花落
Yuè
cán
huā
luò
王和卿

Wáng



Qīng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Comme le montre ce poème, Wang Heqing peut aussi s'écarter de la verve satirique ou comique pour évoquer le passage du temps avec une simplicité poignante.

Mots-clefs : passage-du-temps

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324) :
Sur l’air de « Sable clair du jour »

天淨沙

Tiān

jìng

shā
枯藤老樹昏鴉

téng
lăo
shù
hūn

小橋流水人家
Xiăo
qiáo
liú
shuĭ
rén
jiā
古道西風瘦馬

dào

fēng
shòu

夕陽西下

yáng

xià
斷腸人在天涯
Duàn
cháng
rén
zài
tiān

馬致遠



Zhì

Yuăn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Ce poème figure dans le recueil Quinze poèmes chinois pour les enfants disponible sous format pdf.

Mots-clefs : paysage crépuscule tristesse

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324) :
Double ton – « Chant du versant sud de l’âge »

雙調–壽陽曲

Shuāng

diào



Shòu

yáng


煙寺晚鐘
Yān

wăn
zhōng
寒煙細
Hán
yān

古寺清


qīng
近黃昏禮佛人靜
Jìn
huáng
hūn


rén
jìng
順西風晚鐘三四聲
Shùn

fēng
wăn
zhōng
sān

shēng
怎生教老僧禪定
Zĕn
shēng
jiāo
lăo
sēng
chán
dìng
馬致遠



Zhì

Yuăn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : temple bouddhisme soir

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324) :
Double ton – « Chant du versant sud de l’âge »

          couchant sur               pêcheurs                                         reflets                          Sur la                               croisent les                                                                           maisons sèchent des filets,                       dans     peinture          

Lueurs du              le         de                                   ont cessé, Les         du couchant scintillent,        digue     peupliers                        appels des                                  de branchages entre plusieurs                                  ceci prend place      une             genre.

                          village             Les coups des rabatteurs                                                              aux           verts, se                         pêcheurs. Suspendus aux portails                                                           Tout                                    de       

雙調–壽陽曲

Shuāng

diào



Shòu

yáng


漁村夕照

cūn

zhào
鳴榔罷
Míng
láng

閃暮光
Shăn

guāng
綠楊堤數聲漁唱

yáng

shù
shēng

chàng
掛柴門幾家閒曬網
Guà
chái
mén

jiā
jiàn
shài
wăng
都撮在捕魚圖上
Dōu
cuō
zài



shàng
馬致遠



Zhì

Yuăn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : pêcheurs soir paysage

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324) :
Double ton – « Chant du versant au soleil de l’âge »

雙調–壽陽曲

Shuāng

diào



Shòu

yáng


江天暮雪
Jiāng
tiān

xuĕ
天將暮
Tiān
jiāng

雪亂舞
Xuĕ
luàn

半梅花半飄柳絮
Bàn
méi
huā
bàn
piāo
liŭ

江上晚來堪畫處
Jiāng
shàng
wăn
lái
kān
huà
chù
鉤魚人一蓑歸去
Gōu

rén

suō
guī

馬致遠



Zhì

Yuăn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : peinture paysage soir

Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324) :
Double ton – Sur l’air d’« Inamovible »

雙調-撥不斷

Shuāng

diào







duàn
布衣中


zhōng
問英雄
Wèn
yīng
xión
王圖霸業成何用
Wáng



chéng

yòng
禾黎高低六代宮


gāo

liù
dài
gōng
楸梧遠近千官冢
Qiū

yuăn
jìn
qiān
guān
zhŏng
一場惡夢

chăng
è
mèng
馬致遠



Zhì

Yuăn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : décadence ruines

Zhào Mèng Fŭ (1254 – 1322) :
Chronique d’un voyage ancien

C’était         ;                      volées de         s’égaillent, Des                   s’ouvrent et se                         si                   des pétales                     inspirent                   Tandis que         tendre                                                      canard            du parfum ; sur la               le crépuscule.                          les          résonnent               de                  esseulé,            dans    vent              en                     je demeure                             

        en mars      sud du                      loriots                  corolles blanches                                  saules             Il tombe             rouges,                           airs éperdus,            le vert        si          jalouse les           d’un midi… Dans le        doré                          rivière                         bateau           dont                                         lune. À présent,          silencieux      le      d’est,                sans                                     du          

                  au        fleuve les                                                                      flétrissent, les           souples,                              tant qu’ils           des                                            sensible             toilettes                                brûle                            tombe                Le        d’apparat          tambours           revient nimbé                                                             Coupe    main,      paroles,            face aux lueurs    couchant.

紀舊游



jiù

yóu
三月江南鶯亂飛
Sān
yuè
jiāng
nán
yīng
luàn
fēi
白花開謝柳依依
Bái
huā
kāi
xiè
liŭ


落紅無數迷歌扇
Luò
hóng

shù


shān
嫩綠多情妒午衣
Nèn

duō
qíng



金鴨焚香川上暝
Jīn

fén
xiāng
chuān
shàng
míng
畫船撾鼓月中歸
Huà
chuán
zhuā

yuè
zhōng
guī
如今寂寞東風裡

jīn


dōng
fēng

把酒無言對夕暉

jiŭ

yán
duì

huī
趙孟頫

Zhào

Mèng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : voyage fleuve crépuscule

Zhào Mèng Fŭ (1254 – 1322) :
Quatrain

絕句

Jué


溪頭月色白如沙

tóu
yuè

bái

shā
近水樓臺一萬家
Jìn
shuĭ
lóu
tái

wàn
jiā
誰向夜深吹玉笛
Shuí
xiàng

shēn
chuī


傷心莫聽後庭花
Shāng
xīn

tīng
hòu
tíng
huā
趙孟頫

Zhào

Mèng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nuit musique solitude

Zhào Mèng Fŭ (1254 – 1322) :
Quatrain

絕句

Jué


春寒惻惻掩重門
Chūn
hán


yăn
zhòng
mén
金鴨香殘火尚溫
Jīn

xiāng
cán
huŏ
shàng
wēn
燕子不來花又落
Yàn


lái
huā
yòu
luò
一庭風雨自黃昏

tíng
fēng


huáng
hūn
趙孟頫

Zhào

Mèng


Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nuit printemps tristesse

Wáng Qīng Huì (~1265 – ~1294) :
Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

    Trois Lacs                                          Sur l’eau           n’ont                                        je me                   à    pluie, à                                   Jade    les                                 Mon nom                                dans le pavillon             impériales,                      nénuphar                    aux      de l’Empereur                               un coup                      déchira          alors, Opulence                                tigres sont            Vent                                                                   -              cent      monts et                   larmes     le sang de ma robe. Par                       nuit, je tressaille de                     et                          impériale          tourne   travers monts                         Je         à Huang                     l’imiter,                         pleines ou croissants.

                  Fluidité Suprême,            de                 bourbeuse       plus les                                              au vent,   la          la       de            La Tour de      et     Portes      du        impérial.         répandait un        d’orchidée                  des                                                              moiteur     côté               et                      quand            tambour de guerre         le ciel,                 et        finirent. Dragons et             dispersés,      et                                    infinie,   qui    confierais-   ?      aux      deux          rivières,      de        sur                                et          la                                                             La                     l’aube                           passes                  demande                   me                                   soyons                       

Aux            de                   les fleurs    lotus                                    couleurs d’autrefois. D’alors       remémore                           rosée    printemps,                               d’or    palais                                parfum                                 épouses             Je faisais figure de          étourdi de                                   des princes. Soudain               de                                                       gloire                                                     nuages sont disparus. Une amertume          À     la           -je   Face                                  Tant                                       relais    auberges                           cauchemars de terre    de poussière,    voiture           à               à               et        sous la lune.                    É qu’elle    laisse           Qu’ensemble nous                              

滿江紅

Măn

jiāng

hóng
太液芙蓉
Tài


róng
渾不似舊時顏色
Hún


jiù
shí
yán

曾記得春風雨露
Céng

de
chūn
fēng


玉樓金闕

lóu
jīn
què
名播蘭馨妃后里
Míng

lán
xīn
fēi
hòu

暈潮蓮臉君王側
Yūn
cháo
lián
liăn
jūn
wáng

忽一聲鼙鼓揭天來


shēng


jiē
tiān
lái
繁華歇
Fán
huá
xiē
龍虎散
Lóng

sàn
風雲滅
Fēng
yún
miè
千古恨
Qiān

hèn
憑誰說
Píng
shuí
shuō
對山河百二
Duì
shān

băi
èr
淚盈襟血
Lèi
yíng
jīn
xuè
驛館夜驚塵土夢

guăn

jīng
chén

mèng
宮車曉輾關山月
Gōng
chē
xiăo
zhăn
guān
shān
yuè
問姮娥于我肯從容
Wèn
Héng
É


kĕn
cóng
róng
同圓缺
Tóng
yuán
quē
王清惠

Wáng

Qīng

Huì

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : courtisane chute exil

Zhāng Yăng Hào (1270 – 1329) :
Note médiane - Sur l’air d’ « Un mouton sur un flanc de montagne »

     la              évocation             anciennes      et        comme en            Houles et                en                   ceint    monts,                                              Passe.         la capitale                                   et        Le             marcher                    Qin        Han.                                 palais impériaux, les           pièces                      terre.                       Le        souffre.                     Le peuple souffre.

        Haute                  des                                                                rouleaux          colère, Au      «                 coupé de              la route      la Haute        Au loin             de l’Ouest,                                    cœur gros           sur les traces des     et                        passées, De leurs                       dix mille             toutes                                          peuple          Qu’elles périssent,                   

Dans          Passe,               époques           Pics    crêtes          assemblée,                    comme               pays         de                 ruisseaux »,          vers                                                 À l’esprit perplexité    doute.              à                                   des      Ces dynasties                                                          sont        devenues        Qu’elles fleurissent,                                                          

中呂–山坡羊

Zhōng





Shān



Yáng
潼關懷古
Tóng
Guān
huái

峰巒如聚
Fēng
luán


波濤如怒

tāo


山河表裏潼關路
Shān

biăo

tóng
guān

望西都
Wàng


意躊躕

chóu
chú
傷心秦漢經行處
Shāng
xīn
qín
hàn
jīng
xíng
chù
宮闕萬間都做了土
Gōng
què
wàn
jiān
dōu
zuò
liăo

Xīng
百姓苦
Băi
Xìng

Wáng
百姓苦
Băi
Xìng

張養浩

Zhāng

Yăng

Hào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Ce poème célèbre exprime l'empathie de Zhang Yanghao envers le peuple et son scepticisme envers le sens de l'histoire.

Mots-clefs : histoire peuple

Zhāng Yăng Hào (1270 – 1329) :
Note médiane – Sur l’air de « Chanson du ciel matinal »

       ma                              pays natal,    n’ai      besoin du         pour                                            je                       maladresse                  Et    n’est                                         me         par                    Libre de                       de                                  Bleu    vert,            des             des                 enchanteur         Est témoin de     désir    vivre à loisir.

          condamnation, En                         Je      plus                                 vent                  et             m’étais       dans la                  stupidité,    ce       qu’aujourd’hui     je      aperçois.       ballade              par                                Voici    ces trente           conclusion.      et                      collines et     ruisseaux,                 encore,               mon                         

Depuis                     retraite au                                    souffle      soulever      et nuages. Égaré    insensé,            perdu                    et la                                       que    m’en           Je                monts et     vaux,          toute attache :                     années la                           ce paysage                                Plus                                            de                

中呂-朝天曲

Zhōng





Cháo

tiān


自劾


退歸
Tuì
guī
用不著風雲氣
Yòng

zháo
fēng
yún

疏狂迂闊拙又癡
Shū
kuáng

kuò
zhuó
yòu
chī
今日才回味
Jīn

cái
huí
wèi
玩水游山
Wán
shuĭ
yóu
shān
身無拘系
Shēn



這的是三十年落的
Zhè
de
shì
sān
shí
nián
luò
de
翠微
Cuì
wēi
更奇
Gèng

知道我閒居意
Zhī
dào

xián


張養浩

Zhāng

Yăng

Hào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : retraite liberté nature

Zhāng Yăng Hào (1270 – 1329) :
Note médiane – Sur l’air de « Le douzième mois » suivi de « Le chant du peuple Yao »

           je    suis                       mérite et                            ce                        la lune. Je             à                       de                                                                               cultiver. Au                 m’en                     du                 jours                         traite                                   Rivière-  -      la          coqs et     chiens s’élever en paix,      autour des         les                       croître      un                                   n’est                                            remplir les                        monts qu’on                   en peinture. Le bruit    la        quand                                    je           Puis                  goûter                    ma chaumière.

Depuis que            échappé    l’enfer du              la         J’ai rejoint    paradis    fleurs sous             me            ces quelques hectares          champs,               mon temps à regarder pluie et            semer et              demeurant    ne                    moins                les       chez      je dors                       lever du jour. Je vois à        -  -         joie                                                          maisons                   chanvre         dans               vert. Avec ma                nul endroit où    ne puisse aller, Pour me                      nuages    des                saurait rendre                                          ses                      attention                                           la                              

              me              de                      de    gloire,                         de                            consacre                            beaux         Je passe tout                               brouillard                                 je         soucie pas le          monde, Tous                moi,         d’une        jusqu’au                                 -en-pente         des         des                          Tout                        mûriers et le                         brouillard               canne il                      je                                      yeux des        et                 ne                                      de    source           échos résonnent avec              l’écoute,      je m’en retourne           tranquillité de              

中呂-十二月帶堯民歌

Zhōng





Shí

èr

yuè

dài

Yáo

mín


從跳出功名火坑
Cóng
tiào
chū
gōng
míng
huŏ
kāng
來到這花月蓬瀛
Lái
dào
zhè
huā
yuè
péng
yíng
守著這良田數頃
Shŏu
zhe
zhè
liáng
tián
shù
qĭng
看一會雨種煙耕
Kàn

huì

zhòng
yān
gēng
倒大來心頭不驚
Dào

lái
xīn
tóu

jīng
每日家直睡到天明
Měi

jiā
zhí
shuì
dào
tiān
míng
見斜川雞犬樂昇平
Jiàn
xié
chuān

quăn

shēng
píng
繞屋桑麻翠煙生
Rào

sāng

cuì
yān
shēng
杖藜無處不堪行
Zhàng


chù

kān
xíng
滿目雲山畫難成
Măn

yún
shān
huà
nán
chéng
泉聲響時仔細聽
Quán
shēng
xiăng
shí


tīng
轉覺柴門靜
Zhuăn
jué
chái
mén
jìng
張養浩

Zhāng

Yăng

Hào

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : retraite tranquillité

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Sable purifié de ciel »

天淨沙 

Tiān

jìng

shā
閨怨
Guī
yuàn
檀郎何處忘歸
Tán
láng

chù
wàng
guī
玉樓小樣別離

lóu
xiăo
yàng
bié

十二闌干遍倚
shí
èr
lán
gān
biàn

犬兒空吠
quăn
ér
kōng
fèi
看看月上荼蘼
kàn
kàn
yuè
shàng


張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : attente retour

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Ballade sur le fleuve limpide »

清江引

Qīng

jiāng

yĭn
秋思
Qiū

自從玉關人去也

cóng

guān
rén


寂寞銀屏夜


yín
píng

風寒白藕花
Fēng
hán
bái
ŏu
huā
露冷青桐葉

lĕng
qīng
tóng

雁兒未來書再寫
Yàn
ér
wèi
lái
shū
zài
xiĕ
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : solitude froid attente

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Le cri du marchant de fleurs »

   condition                                          au      vers          je       à      l’Excellent,        à l’écart          sur                       je                    le            Quand       peser la                              confiance,                                       En          -   on tirait    tigre.    est                  ?           mélancoliques,          glace sur                 Anciens.

La              voyageur Du      de la      regardant    loin         nord,    pense                                                                            me souviens           Fondateur,                      tristesse,           gardant                    le pommeau    l’épée             ces temps-             le        Où                        Glacials,                givre et                                   

             du             haut       tour                        le                  Wang              Vivant           du monde     la colline orientale,                de Xié                     vient                     pour qui,                    frapper            de        longue ?             -là                            passé le général                                               les rivages des         

賣花聲 

Mài

huā

shēng
客況

kuàng
登樓北望思王粲
Dēng
lóu
bĕi
wàng

Wáng
Càn
高臥東山憶謝安
Gāo

dōng
shān

Xiè
Ān
悶來長鋏為誰彈
Mèn
lái
cháng
jiá
wèi
shuí
tán
當年射虎
Dāng
nián
shè

將軍何在
Jiàng
jūn

zài
冷淒淒霜凌古岸
Lĕng


shuāng
líng

àn
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nostalgie désarroi

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Des chaussures brodées de rouge »

                cascade de    Terrasse-  -                                                  épées                       les falaises les                 des rideaux de                                       plaintifs        avec           des nuages. Les        de sang des               furent crachées       chantèrent les                      obscures                                                         au                                n’ont                   !

Le        de                          -  -         les       et     crêtes s’accumulent           de        En dévalant                       suspendent                glace, Grimpés aux arbres des gibbons                       la                        fleurs             rhododendrons                 quand                             grottes          furent          quand       l’Esprit    vent.              cœur    l’homme,     montagnes       rien de périlleux  

   temple    la            la         -du-Ciel Sur     cimes    les                     les          neige,                              eaux                                                                           jouent         pointe                                                                                       coucous, Les                         creusées       rugit          du       Comparées         de          les                                    

紅繡鞋

Hóng

xiù

xié
天台瀑布寺
Tiān
tái



絕頂峰攢雪劍
Jué
dĭng
fēng
zăn
xuĕ
jiàn
懸崖水掛冰簾
Xuán

shuĭ
guà
bīng
lián
倚樹哀猿弄雲尖

shù
āi
yuán
nòng/lòng
yún
jiān
血華啼杜宇
Xuè
huá



陰洞吼飛廉
Yīn
dòng
hŏu
fēi
lián
比人心山未險

rén
xīn
shān
wèi
xiăn
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : montagne terreurs

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air de « Ballade sur le fleuve limpide »

清江引

Qīng

jiāng

yĭn
幽居
Yōu

紅塵是非不到我
Hóng
chén
shì
fēi

dào

茅屋秋風破
máo

qiū
fēng

山村小過活
shān
cūn
xiăo
guò
huŏ
老硯閒功課
lăo
yàn
xián
gōng

疏籬外玉梅三四朵
shū

wài

méi
sān

duŏ
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : retraite loisir

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air d’« Une odelette pour le lauréat »

Trinquer               sur    lac À         saule           la barque                        Une tranche                               arpents         lumière du                  les          des                                       loin des oies sauvages              Parmi                bataille             du froid.                      dans les épreuves      ensemble                 cheveux, Qui    sont            en       étrangère. Sans                  pas                  encore,          ressemble    Yang Redoublé.            finissent     les       d’azur,            fois               à vin     coupe,                                        

         et                                       pleureur,           enluminée    et                    de piété d’automne, Dix               dans                    dégagé.                                         Sous les                                  rapetissées,           roseaux                                             solidaires                   dont              blanchi les              se                                                               de chrysanthèmes         Rien                                 Les chants           sur                   Encore une      tirer du vase       une        Faire                           fleuve.

            se séparer     le       côté du                                     va    vient,                                     mille              la            ciel         Sur     pelouses     goélands flâneurs,          nuages au                                           les         en          des cigales           Deux amis                                            ont                                  rencontrés    terre                 vent sans pluie,                                   qui           au                                             flots                                                              ses adieux au pont sur le        

折桂令

Zhé

guì

lìng
湖上飲別

shàng
yĭn
bié
傍垂楊畫舫徜徉
Páng
chuí
yáng
huà
făng
cháng
yáng
一片秋懷

piàn
qiū
huái
萬頃晴光
Wàn
qĭng
qíng
guāng
細草閒鷗

căo
xián
ōu
長雲小雁
Cháng
yún
xiăo
yàn
亂葦寒螿
Luàn
wĕi
hán
jiāng
難兄難弟俱白髮
Nán
xiōng
nán


bái

相逢異鄉
Xiāng
féng

xiāng
無風無雨未黃花

fēng


wèi
huáng
huā
不似重陽


chóng
yáng
歌罷滄浪


cāng
làng
更引壺觴
Gèng
yĭn

shāng
送別河梁
Sòng
bié

liáng
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : adieux vieux amis

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
« Odelette du village fortifié »

                      d’«             du                                                    mon                   De la       de                                      le          au           fleuve.     récifs                           Les               aux                     Dans     eaux vaporeuses                loin,              -ils,      des              des              Sept          ? Les        ont      balayé             et    charme           âges           Sur la           Sui            les               Dans le     des Han reste la               -   -Oies.                                                       posés              

Composé     les rimes        souvenir    passé » J’écris                             ravive     tourment présent.                jade la fraîcheur pure dégrise, dans                dessus du         Les        rocheux           jaunes,     îlots sableux     aigrettes blanches,                          se                   loin.    sont-                        et              des                     vagues     tout        de             du                       antiques.                      subsistent                           sol                  grande Rivière-   -      Assez              d’aller et            aux goélands       sur le       

        sur               En                             sur les voyages d’alors, Je                                    flûte                                            pavillon                                         aux grues                                                        les                    rejoignent,             Où     -     ceux     printemps        automnes          Royaumes                                 l’esprit              des mille                       digue des                    saules verts,                                            -des-            ! J’ai honte            venir face                           sable.

寨兒令

Zhài

ér

lìng
次韻懷古

yùn
huái

寫舊遊
Xiĕ
jiù
yóu
換新愁
Huàn
xīn
chóu
玉簫寒酒醒江上樓

xiāo
hán
jiŭ
xĭng
jiāng
shàng
lóu
黃鶴磯頭
Huáng


tóu
白鷺汀洲
Bái

tīng
zhōu
煙水共悠悠
Yān
shuĭ
gòng
yōu
yōu
人何在七國春秋
Rén

zài

guó
chūn
qiū
浪淘盡千古風流
Làng
táo
jìn
qiān

fēng
liú
隋堤猶翠柳
Suí

yóu
cuì
liŭ
漢土自鴻溝
Hàn


hóng
gōu
休來往愧沙鷗
Xiū
Lái
wăng
kuì
shā
ōu
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : passé disparu

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

     de                         exil    ciel      terre,          le                           vertu et          sombrer      l’ivresse ou en         D’aujourd’hui      les       anciens,                          froid de l’épée              Assis                       le     du                          ailleurs     chez moi.      l’aube                        l’alcool          De                   prends                      orange    cette lumière. Sur             du            vent              les                                  du                    des         

Fête    l’équinoxe           en                                      regard ou l’élever, Entre                                                                               temps                                Au                                    dans    nuit à braver                 Vraiment c’est ici                        Dans                    l’équinoxe                                                         la couleur                                                     Le              dans     arbres, Soufflant     les           vieillard le           favoris.

                   d’automne         Du      à la        abaisser                                       sottise,         dans                 sortir,               vers                    prospérer ou dépérir.                    étincelante,            la                  mal    pays,                             que                       radieuse de                     embaume,    toute l’année, je        plaisir à                   de                    la montagne    dragon,         bruisse                            sur     tempes                 givre             

滿庭芳

Măn

tíng

fāng
客中九日

zhōng
jiŭ

乾坤俯仰
Qián
kūn

yăng
賢愚醉醒
Xián

zuì
xĭng
今古興亡
Jīn

xīng
wáng
劍花寒
Jiàn
huā
hán
夜坐歸心壯

zuò
guī
xīn
zhuàng
又是他鄉
Yòu
shì

xiāng
九日明朝酒香
Jiŭ

míng
zhāo
jiŭ
xiāng
一年好景橙黃

nián
hào
jĭng
chéng
huáng
龍山上
Lóng
shān
shàng
西風樹響

fēng
shù
xiăng
吹老鬢毛霜
Chuī
lăo
bìn
máo
shuāng
張可久

Zhāng



Jiŭ

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : exil lumière

Bulle