Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

La poésie chinoise de Yuan Haowen : les désastres d’un monde dévasté

Dynastie des Jin (1115 – 1234)

元好問   Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257)
En traversant le Fleuve Jaune vers le nord…
Sur l’air de « Conduire les héros sous escorte »
Le tigre, ce fléau
Neige dans la nuit
Pour Zhang Xi et Jian Dafang
Lors d’une nuit passée au Monastère du Nord de l’Empyrée Divin,rédigé en plein rêve.
En revenant depuis Domaine-de-Zhao vers Famille-Couronnée, deux poèmes.
Le pavillon où s’attarde la lune
Sur l’air de « Taquiner le poisson » ***NOUVEAU***
Sentiments d’automne ***NOUVEAU***
En rêvant d’y retourner ***NOUVEAU***
Quinze variations plaisantes en vers pour la Gloriette au parfum de neige ***NOUVEAU***
En août à Province-Réunie, des oies sauvages ***NOUVEAU***
De passage à l’ancienne cité de Soleil-de-Jin, pour écrire ce qu'il en advint. ***NOUVEAU***
Jeune-Famille, au sud de la Plaine ***NOUVEAU***
Au Jardin de l’ouest ***NOUVEAU***
Sur l’air de « Premier chant mélodique sur l’eau » ***NOUVEAU***


Note sur le poète

Yuan Haowen 元好問 est un éminent homme de lettres et historien, témoin direct de la chute de la dynastie des Jin 金 et de l’établissement de la domination mongole au nord de la Chine.

Mandarin en 1221, il entrepris une carrière officielle comme compilateur de l’Institut historique puis magistrat dans différentes sous-préfectures du Henan. En 1231, il fut appelé à 汴京 Bianjing, la capitale des Jin, et œuvra au Département des Affaires d’État jusqu’à la prise de la ville par les Mongols en 1233.

Il renonça par la suite à toute carrière officielle sous les occupants, et se consacra à la rédaction d’une histoire non officielle de la dynastie des Jin ; il s’efforça également de préserver et de compiler la littérature et la culture chinoise rattachées à cette dynastie.

Homme de lettres aux multiples talents, il pratiqua la prose, la poésie et la critique littéraire. Il laissa plus de 1300 poèmes 詩 au contenu riche et varié, qui reflètent les difficultés sociales du temps et les malheurs de la guerre qu’il décrit avec une virtuosité et un réalisme qui l’ont fait rapprocher du grand poète des 唐 Tang Du Fu 杜甫.

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
En traversant le Fleuve Jaune vers le nord…

L’année du Dixième             Sixième            Troisième         Cinquième mois,    traversant    Fleuve Jaune                                bord des        étendus                        captifs           Que               chariots bâchés       un      qui               femmes en                      chevaux                               pas           -elles           Aux                     les                  sculptés           pas             Les                                 de                            des          Sur ce qui   été enlevé                                                                                    remontent depuis la           Des    blancs              comme du chanvre                               les mûriers                chez nous    sont réduits                             semble                    Fleuve le                   Sous                               de                     pourtant              

                            du                 Le           jour                                  le                                  poèmes.             routes                 des troupes de                       dépassent                                       s’écoule.                        suivent les         ouïgours. –          à chaque     retournent-                    yeux des                         de                  valent     des bûches,               anciens    la musique         garnissent les allées                                      et           posez     de           :                                                                                          en                            enchevêtré,        des années             et                       se                 sable des                            qu’au      du                    disparu,                            montent    rares                        des familles.

                   tronc et            rameau,                   du                 En                            vers le nord, trois         Au                         inertes                        entravés,               les                 comme    flot               Des           pleurant                                 Pour qui                        -      la tête ?              garnisons,     Bouddhas    bois          ne                            carillons         de               Cour                           marchés.            a               pillé, ne       pas    questions   De grands navires, ras d’eau sous la charge,                     Capitale.     os           tous sens                              Depuis                           catalpas de                           en           frontières. Il        bien       nord              peuple a               les toits crevés d’où                  fumées vivent                       

癸巳五月三日北渡三首

Guĭ





yuè

sān



bĕi



sān

shŏu
道傍僵臥滿纍囚
Dào
páng
jiāng

măn
léi
qiú
過去旃車似水流
Guò

zhān
chē

shuĭ
liú
紅粉哭隨回鶻馬
Hóng
fĕn

suí
huí


為誰一步一回頭
Wèi
shuí



huí
tóu
隨營木佛賤於柴
Suí
yíng


jiàn

chái
大樂編鍾滿市排

yuè
biān
zhōng
măn
shì
pái
虜掠幾何君莫問

lüè


jūn

wèn
大船渾載汴京來

chuán
hún
zài
biàn
jīng
lái
白骨縱橫似亂麻
Bái

zòng
héng

luàn

幾年桑梓變龍沙

nián
sāng

biàn
lóng
shā
只知河朔生靈盡
Zhĭ
zhī

shuò
shēng
líng
jìn
破屋疏煙卻數家


shū
yān
què
shù
jiā
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : invasion débâcle

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Sur l’air de « Conduire les héros sous escorte »

                           du Col                          les                      suivent     ornières    roc,                      de                                     et les sabres des sentinelles. D’un camp   l’autre               chevauchées           un          poussière                  civils les                                                       qui,         ne sont déjà                  et                  vous                vous répugne                loups et les tigres,       donc à l’écart !           d’azur,                 de jade        de trente                                   sage      l’humeur                                   

Un témoignage sur la                               roulent     voitures         qui         les          du                 anciennes                        encore les arcs                                          à                                   soulèvent                       rouge,    habits            voyageurs sur les petits sentiers            Sur           tombés,              plus qu’insectes           cessez de                                  de croiser                                                 Une vertu                                 hautes           mille pieds N’appartiennent            dont                        collines orientales.

                     Passe        Pierreux Roulent                      bâchées                                  Aux passes              la frontière, voici                                                                    d’impétueuses                          voile de                  En                                                     s’élèvent.     ceux                                               sable,                lamenter, S’il                         les                      fuyez                                    une distinction                                                      qu’au                    s’accorde aux                     

押豪韻



háo

yùn
石嶺關書所見
Shí
lĭng
guān
shū
suŏ
jiàn
軋軋旃車轉石槽


zhān
chē
zhuăn
shí
cáo
故關猶復戍弓刀

guān
yóu

shù
gōng
dāo
連營突騎紅塵暗
Lián
yíng


hóng
chén
àn
微服行人細路高
Wēi

xíng
rén


gāo
已化蟲沙休自歎

huà
chóng
shā
xiū

tàn
厭逢豺虎欲安逃
Yàn
féng
chái


ān
táo
青雲玉立三千丈
Qīng
yún


sān
qiān
zhàng
原只東山意氣豪
Yuán
zhĭ
dōng
shān


háo
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : frontières guerre

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Le tigre, ce fléau

    la                 le tigre a sa tanière,        colline du                                    Ses yeux                             feule       le                       les étangs,        ou       sur                        jusqu’aux                           il s’est goinfré                                                   à       que lambeaux                      allées désertées a       l’écho des            Sur la      -      rien                 la            Grinçant               gueule dégoulinante             rugissant,    quitte     portes de    ville. Le            Terre n’auraient-         de bonté       génies                  -         de pouvoir                                             Appelant en               nuées d’automne vides.                                                       peuple, mort        le                monde                             Pei,                     préfet              

Sur            du nord                        Sur               sud le              les troupeaux.          brillent                 il       comme    tonnerre,                         bondit    rampe         collines,                    berges.                                         en         un os, De leurs habits ne restent                                       les                                     bûcherons.             -           ne                 poussière.          des dents,                                 En                      les           la           Ciel et la                 -ils plus                       du               -ils                 ?                               les épouses                  vers les                        Quelle           le gouverneur                     le                        peuple !             n’est pas reparu un général      À Pékin quel est           aujourd’hui  

       colline                                    la                   tigre chasse                                  comme l’éclair,                             Il parcourt                                 les           s’avance                   De cent personnes                  sans    laisser                                     terre              éparpillés. Dans                        cessé                              grand-route         soulève plus                                   la                     de bave,               il                                                              -                  ? Les           sol n’auraient-    plus              Pleurent pleurent au Mont Tai                         vain                                        pitié que               Feng Vivant néglige                 dévore             En ce                                                         le                    !

虎害



hài
北山虎有穴
Bĕi
shān

yŏu
xué
南山虎為群
Nán
shān

wéi
qún
目光如電聲如雷

guāng

léi
shēng

léi
倚蕩起伏山之垠

dàng


shān
zhī
yín
百人一飽不留骨
Băi
rén

băo

liú

敗衣墜絮徒紛紛
Bài

zhuì


fēn
fēn
空谷絕樵聲
Kōng

jué
qiāo
shēng
長路無行塵
Cháng


xíng
chén
呀呀垂涎口


chuí
xián
kŏu
眈眈闞城闉
Dān
dān
kàn/hăn
chéng
yīn
天地豈不仁
Tiān



rén
社公豈不神
Shè
gōng


shén
哀哀太山婦
Āi
āi
Tài
shān

叫斷秋空雲
Jiào
duàn
qiū
kōng
yún
可憐封使君

lián
fēng
shĭ
jūn
生不治民死食民
Shēng

zhì
mín

shí
mín
世上無復裴將軍
Shì
shàng


Péi
jiàng
jūn
北平太守今何人
Bĕi
píng
tài
shŏu
jīn

rén
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : corruption

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Neige dans la nuit

夜雪



xuĕ
三更殘醉未全醒
Sān
gēng
cán
zuì
wèi
quán
xĭng
夢裏嬌兒索乳聲
Mèng

jiāo
ér
suŏ

shēng
茅屋不知門外雪
Máo


zhī
mén
wài
xuĕ
黃紬衾暖紙窗明
Huáng
chóu
qīn
nuăn
zhĭ
chuāng
míng
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nuit hiver

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Pour Zhang Xi et Jian Dafang

      détruit, pays ruiné,                                 croupie      la         Liao                                                    Seigneur du             sa fureur, Dans                       humaine          mélancolie.                                                              -          le                   défait                        -                                monde,                           -                                    en gagnant      -    -l’Est  

                                    vie continue,                                              que passe l’automne.      la             le                  révèle                 la              chose                              Sur le plateau d’échec cette position             qui la dois-   ?         miroir, ce visage        n’est     dégoût de    -même. Mes                    du                                  -moi,      bavarder      à    guise,                 -vers-       

Foyer                      et cette               Continue         dans    cité de      tandis                      Dans    vieillesse,                Ciel                           crise, toute               verse en                                                   perdante, à            -je   Dans                                   que           moi-          vieux amis retirés           si j’allais les voir dites-     Pour          tout   ma                   Coule-    -      ?

送仲希兼簡大方

Sòng

Zhòng



jiān

Jiăn



Fāng
家亡國破此身留
Jiā
wáng
guó


shēn
liú
留滯聊城又過秋
Liú
zhì
Liáo
chéng
yòu
guò
qiū
老去天公真潰潰
Lăo

tiān
gōng
zhēn
kuì
kuì
亂來人事轉悠悠
Luàn
lái
rén
shì
zhuăn
yōu
yōu
棋中敗局從誰覆

zhōng
bài

cóng
shuí

鏡裡衰容只自羞
Jìng

shuāi
róng
zhĭ

xiū
方外故人如見問
Fāng
wài

rén

jiàn
wèn
為言乘興欲東流
Wèi
yán
chéng
xìng

dōng
liú
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : vieillesse retraite amitié

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Lors d’une nuit passée au Monastère du Nord de l’Empyrée Divin,rédigé en plein rêve.

宿神霄北庵夢中作



shén

xiāo

bĕi

ān

mèng

zhōng

zuò
素月流空散紫煙

yuè
liú
kōng
sàn

yān
座中人物半神仙
Zuò
zhōng
rén

bàn
shén
xiān
麗川往事渾如夢

chuān
wăng
shì
hún

mèng
信手題詩一泫然
Xìn
shŏu

shī

xuàn
rán
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : nuit tristesse

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
En revenant depuis Domaine-de-Zhao vers Famille-Couronnée, deux poèmes.

                        voguent en         la froideur    l’aube s’allège,            des                  les agite mi-blanches   -                                     abricotiers           remarquera le voyageur                                                    de           -       Le                                    rouge                                                        et                                 arrangent       filaments        Aux                 familles                 pleine campagne,                            hors des                          joie               

   printemps les                   vagues,             de                      herbes                 vent             -           -vertes.      par delà            des             en                               ? Les anciennes                       la                        -          jardin                 a                    s’est séparé    son manteau de            peupliers               en l’absence de                leurs           verts.          Froids                                               Les corneilles                                donnent   cœur      pour          

Au               fleurs                                                    Les            champs, les                  -         mi-        Qui,          l’enceinte                    fleurs                                        demeures avoisinèrent    gloriette    la Rivière-Jolie.           des abricotiers   laissé le       et              de                neige, Les              les saules                 vent                                      Mets        les          s’installent en                                 qui couvent          murs s’en         à                crailler.

自趙莊歸冠氏二首



zhào

zhuāng

guī

guān

shì

èr

shŏu
春華澹澹曉寒輕
Chūn
huá
dàn
dàn
xiăo
hán
qīng
野草搖風半白青

căo
yáo
fēng
bàn
bái
qīng
誰識杏花牆外客
Shuí
shí
xìng
huā
qiáng
wài

舊家曾近麗川亭
Jiù
jiā
céng
jìn

chuān
tíng
杏園紅過雪披離
Xìng
yuán
hóng
guò
xuĕ


楊柳無風綠線齊
Yáng
liŭ

fēng

xiàn

寒食人家在原野
Hán
shí
rén
jiā
zài
yuán

乳鴉牆外盡情啼


qiáng
wài
jìn
qíng

元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : paysage printemps

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Le pavillon où s’attarde la lune

     ma                                      - -                                   : plusieurs volumes.           bambous                                L’ombre                                              ma                  nul attelage, La pleine lune                      d’honneur.      fait                                                             encore le vin,                                         et mes           succèdent, La       du            du                       de la                                      sous les cloches        pierres                                    qui passe susurre. Entre                       m’accompagne, Lorsque sa       s’éteint       surgit mon                     génératrice pénètre                                 Terre         -                 natif de         du             doit-il           Quand              s’accumulent     centaines ?                           à               Assis                    sursautant,                                                  coq                chanté, À la                                

                large                  trouve-t-     Un      : unique ;                                 Fleurs                          tout   l’entour,                 répand     vapeurs            Devant    porte                                                                                   trois           pour               imprévue, Et s’y                                  Joie. Comme le                                                        crapaud et    lièvre        la                  La                       cache                  et les                  Dans le           le                               Ciel et Terre la                               lueur          alors            âme.                                               eux,                       seraient-    séparés ?                                        -   préférer,           discours                              Tant de bavardage m’amène                       je                                            mon turban.          de rire          n’a     encore              fenêtre vide se      la        

Dans    chambre       d’une toise, que       - -on ?    luth            des livres                             et         s’entremêlent      à                   profuse        des         parfumées.                 tranquille                              s’approche en invité            Cela            personnes      une rencontre                  rajoute                Maître de                Maître de Joie        chants se               valse                         change    face       lune.    tonalité d’automne se                                       sonores,         cannelier    vent                                           lune                                                               Leur puissance                     tout entre      Comment Ciel et               -ils           Le          l’année    lièvre, que     -                   les                       par                                         l’écœurement,          somnole, quand,             je fais tomber             J’éclate         : le         pas                                     lève    clarté.

留月軒

Liú

yuè

xuān
丈室何所有
Zhàng
shì

suŏ
yŏu
琴一書數冊
Qín

shū
shù

花竹結四鄰
Huā
zhú
jié

lín
繁陰散芳澤
Fán
yīn
sàn
fāng

閒門無車馬
Xián
mén

chē

明月即佳客
Míng
yuè

jiā

三人成邂逅
Sān
rén
chéng
xiè
hòu
又復得歡伯
Yòu


Huān

歡伯屬我歌
Huān

zhŭ


蟾兔為動色
Chán

wéi
dòng

商聲隱金石
Shāng
shēng
yĭn
jīn
shí
桂樹風索索
Guì
shù
fēng
suŏ
suŏ
乾坤月與我
Qián
kūn
yuè


光滅即生魄
Guāng
miè

shēng

元精貫當中
Yuán
jīng
guàn
dāng
zhōng
寧有天壤隔
Nìng
yŏu
tiān
răng

卯君尚奚待
Măo
jūn
shàng

dài
言論絫數百
Yán
lùn
lĕi
shŭ
băi
多談令人厭
Duō
tán
lìng
rén
yàn
坐睡驚墮幘
Zuò
shuì
jīng
duò

一笑雞未鳴

xiào

wèi
míng
虛窗自生白

chuāng

shēng
bái
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : portrait cabinet

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Sur l’air de « Taquiner le poisson »

                                                              suis rendu      un        à              chemin                                   attrapé des                   me       « Ce                 une           l’ai tuée.         qui         échappée                   sans pouvoir            ;                     qui                                                        Et              dessus                      Partagée,                 des              dresser un       que j’ai                     des                          qui                                                 alors    -     «                              À          -là,    l’avais        sans                 ; Aujourd’hui         remise    forme.         qu’est-   en    monde             ? C’est sans détour              pour    mort,                          Par delà                   et le                   couple de                   Leurs vieilles       tant de                                                                    amants                   séparation     cruelle, où                                                             bien dit     Dans                mille                          À                                neiges               ombre        pour qui           -elle ?              qui       la                                  tambours    les            années           Un                                 sur la                            du Rappel                                 - -il les            montagne,     pleurs                        perdent dans         et la          Oui,    Ciel s’irritera                    certain qu’avec            hirondelles,      soyez rendus            jaune. Pour                     la                                          retenir un moment,                et boisson,     poètes           auprès du                  

        du Deuxième       et    Deuxième        [1205],                  pour                       En        je rencontrai               avait             oies           Il    dit :                          oie    je            L’autre                               geignait              s’éloigner   pour finir    voilà     se       au     et se tue.   Alors                                               lit       Rivière           et j’ai entassé     pierres pour            cairn          appelé   Le             oies ».             ceux     m’accompagnaient                 poèmes, Je              -même         du                  ».   ce moment-                           support                                                Voyons,       -      ce       que l’amour                     pour la vie,                             à                   les cieux               terres du      ce           voyageurs en                     ailes         fois                                  l’été                    des                       La                            plus            firent    couple                      étiez          :        l’immensité de                       étagées,           mille montagnes et des        infinies, Une                                 -       Sur    route                                Se                      et                                    brouillard            retombera        campagne.     incantations           des               de fois       -t-                                                   errants                    vent              »      le                 Qu’il ne soit                                              vous                                           automnes         succession des âges,                                              chansons             Les        en visite           Tombeau des      

L’année             Tronc    du          Rameau         je me                    examen   Bingzhou.                         quelqu’un qui                        sauvages.                  matin j’ai pris         et                           s’était          du filet                                               la              jette    sol            »       je les ai achetées,    enterrées au        du     de la                                                                                     «    Tombeau             Beaucoup de                           composaient des            fis       moi-       L’ode    Tombeau des oies               -    je         écrite              musical               je l’ai        en                      -ce                                                               la       s’offrir l’un   l’autre.                    du nord                 sud,                           vol,                                   éprouvées par l’hiver glacial et       brûlant, À la joie            se complurent.               fut                  encore ils        un        passionné. Vous vous                  «                           lieues de nuées            travers                                                   seule,          voyagerait-           la           coupe    Rivière Partagée,    tairont les                 flûtes des        passées ;               de friches                            Les                            âmes, combien         faudra- -       gémir ? En           les        des esprits         se              le            pluie.                                         plus                 loriots et                                à la terre             mille          dans                         J’ai fait ceci pour                    Entre                                                                 oies.

摸魚兒





ér
乙丑歲赴試幷州

chŏu
suì

shì
Bìngzhōu
道逢捕雁者云
Dào
féng

yàn
zhĕ
yún

今旦獲一雁殺之矣
Jīn
dàn
huò

yàn
shā
zhī

其脫網者悲鳴不能去

tuō
wăng
zhĕ
bēi
míng

néng

竟自投於地而死
Jìng

tóu


ér

予因買得之

yīn
măi

zhī
葬之汾水之上
Zàng
zhī
fén
shuĭ
zhī
shàng
壘石爲識號曰雁丘
Lĕi
shí
wèi
shí
hào
yuē
Yàn
Qiū
同行者多爲賦詩
Tóng
xíng
zhĕ
duō
wéi

shī
予亦有雁丘詞


yŏu
Yàn
Qiū

舊所作無宮商
Jiù
suŏ
zuò

gōng
shāng
今改定之
Jīn
găi
dìng
zhī
問世間情是何物
Wèn
shì
jiān
qíng
shì


直教生死相許
Zhí
jiāo
shēng

xiāng

天南地北雙飛客
Tiān
nán

bĕi
shuāng
fēi

老翅幾回寒暑
Lăo
chì

huí
hán
shŭ
歡樂趣
Huān


離別苦就中更有癡兒女

bié

jiù
zhōng
gèng
yŏu
chī
ér

君應有語
Jūn
yīng
yŏu


渺萬里層雲
Miăo
wàn

céng
yún
千山萬雪
Qiān
shān
wàn
xuĕ
隻影向誰去
Zhī
yĭng
xiàng
shuí

橫汾路
Héng
Fén

寂寞當年簫鼓


dāng
nián
xiāo

荒煙依舊平楚
huāng
yān

jiù
píng
chŭ
招魂楚些何嗟及
Zhāo
hún
chŭ


jiē

山鬼暗啼風雨
Shān
guĭ
àn

fēng

天也妒
Tiān


未信與鶯兒燕子俱黃土
Wèi
xìn

yīng
ér
yàn


huáng

千秋萬古
Qiān
qiū
wàn

爲留待騷人
Wèi
liú
dài
sāo
rén
狂歌痛飲
Kuáng

tòng
yĭn
來訪雁丘處
Lái
făng
yàn
qiū
chù
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

騷人 est une allusion à Qu Yuan 屈原, auteur du Lisao 離騷 et désigne ici par antonomase plus généralement les poètes.

Je corrige le vers 千山暮雪 qui me paraît douteux (pourquoi des neiges du couchant ?) par 千山萬雪 plus vraisemblable et similaire à l’expression 千山萬水 signalée par le Ricci (vol I, page 1628) avec les sens « voyage long et pénible, semé d’embûches » et « immense, vaste, étendu (pays, région, etc.) », qui paraissent tous deux convenir au contexte de ce poème.

Incluse dans les Élégies de Chu 楚辭, le Rappel de l’âme 招魂 est un chant composé par Song Yu宋玉 (-290 – -223 av. J.C.) qui se caractérise par la finale incantatoire 些 (prononcée sò) au lieu de l’usuel 兮 ;l’expression 楚些 a fini par désigner l’ensemble des Élégies de Chu (voir Ricci, vol II, page 2529).

Mots-clefs : amour mort

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Sentiments d’automne

Composé sur    Pic                                      bruisse,          une                     Dans les                                un          givre             chrysanthèmes se         vent                                     avaient déjà      l’exilé lointain surgi.   gémir comme les          de                   se fait              rêver avec     pies           la nuit                              viendra                    la Passe du     Pierreux,         de                mes yeux à          vue,               de      moi surgiront distinctes  

                   du Centre     les feuilles fraîches,                       petite                                              siffle,          de       brille. Les                       au      d’ouest          Des                             chez                         À                                                       plus       À                                       se charge d’épouvante. Quand            moment où,                                au bout    la                                      les montagnes                                   

            le               Sur                                 bruisse,            pluie vient,          galeries vides, siffle            voile                                       sont                 ralliés,     cheveux blancs                                                             insectes    saison, l’automne              amer,              les      en hiver,                                              le            dans             Col                         route, Sous            perte de                       chez                          ?

秋懷

Qiū

huái
崧山中作
Sōng
shān
zhōng
zuò
涼葉蕭蕭散雨生
Liáng

xiāo
xiāo
sàn

shēng
虛堂淅淅掩霜清

táng


yăn
shuāng
qīng
黃華自與西風約
Huáng
huā



fēng
yuē
白髮先從遠客生
Bái

xiān
cóng
yuăn

shēng
吟似候蟲秋更苦
Yín

hòu
chóng
qiū
gèng

夢和寒鵲夜頻驚
Mèng

hán
què

pín
jīng
何時石嶺關頭路

shí
shí
lĭng
guān
tóu

一望家山眼暫明

wàng
jiā
shān
yăn
zàn
míng
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

崧山, aussi écrit 嵩山, en chinois le Mont Song, est situé au Henan 河南. Il semble difficile d’y localiser précisément ce que le poète désigne par 石嶺關.

Il existe des variantes de ce texte avec :
- au premier vers : 涼葉蕭蕭散雨聲 (au lieu de 生),
- au cinquième vers : 吟仰候蟲秋更苦 (仰 au lieu de 似, peu vraisemblable)
- au septième vers : 何時石嶺關山路 (山 au lieu de 頭).

Mots-clefs : automne exil nostalgie

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
En rêvant d’y retourner

             vide givrée du       nocturne,                                     prend               distingue vaguement                 sud                    pour                      des          de          Loin                                                  L’exilé                      bois mort. Passer        dans                   soi,                                                     Je        ma                œil                                                   de            Dans    durée       nuit    rêve déjà          sa                   son        me rend       

Dans                                            feuilles tombées             se                  Je                     à la fenêtre        la       Assis là,                  la           Collines    l’Ouest.         la Capitale,                    et                    se          comme du                   sa vie                   chez                           terre s’évite      des peines.    revois    chaumière                  L’espérance                                  l’automne.                  la      ce           touche              chagrin à     comble               

     la cour                froid           Des                  que le vent          à balayer.                                     au        lune,                avoir perdu    route                               de              ce havre de beauté    de charme,            dessèche                                        la joie d’un           Qui sait cultiver la               bien                                    d’un     tendre,             d’un retour baigne les herbes                    la       de                             à    fin, Le                              vieux.

夢歸

Mèng

guī
虛庭霜夜寒

tíng
shuāng

hán
落葉風自掃
Luò

fēng

săo
恍如南窗月
Huăng

nán
chuāng
yuè
坐失西山道
Zuò
shī

shān
dào
長安佳麗地
Cháng
Ān
jiā


遊子自枯槁
Yóu



găo
人生家居樂
Rén
shēng
jiā


學稼苦不早
Xué
jià


zăo
衡門眼中見
Héng
mén
yăn
zhōng
jiàn
歸意滿秋草
Guī

măn
qiū
căo
夜長夢已盡

cháng
mèng

jìn
愁絕令人老
Chóu
jué
lìng
rén
lăo
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : exil tristesse

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Quinze variations plaisantes en vers pour la Gloriette au parfum de neige

俳體雪香亭雜詠十五首

Pái



xuĕ

xiāng

tíng



yŏng

shí



shŏu
其一


滄海橫流萬國魚
Cāng
hăi
héng
liú
wàn
guó

茫茫神理竟何如
Máng
máng
shén

jìng


六經管得書生下
Liù
Jīng
guăn

shū
shēng
xià
闊劍長槍不信渠
Kuò
jiàn
cháng
qiāng

xìn

元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其二

èr
洛陽城闕變灰煙
Luò
Yáng
chéng
què
biàn
huī
yān
暮虢朝虞隻眼前

Guó
zhāo

zhī
yăn
qián
為向杏園雙燕道
Wèi
xiàng
xìng
yuán
shuāng
yàn
dào
營巢何處過明年
Yíng
cháo

chù
guò
míng
nián

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其三

sān
落日青山一片愁
Luò

qīng
shān

piàn
chóu
大河東注不還流


dōng
zhù

huán
liú
若為長得熙春在
Ruò
wèi
cháng
de

chūn
zài
時上高層望宋州
Shí
shàng
gāo
céng
wàng
Sòng
Zhōu

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其四


醇和旁近洞房環
Chún

páng
jìn
dòng
fáng
huán
碧瓦參差竹木閑


cēn

zhú

xián
批奏內人輪上直

zòu
nèi
rén
lún
shàng
zhí
去年名姓在窗間

nián
míng
xìng
zài
chuāng
jiān

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其五


天上三郎玉不如
Tiān
shàng
Sān
Láng



手中白雨趁花奴
Shŏu
zhōng
bái

Chèn
Huā

御屏零落宣和筆

píng
líng
luò
Xuān


留得華清按樂圖
Liú

huá
qīng
Àn
Yuè

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其六

liù
詩仙詩鬼不謾欺
Shī
Xiān
Shī
Guĭ

màn

時事先教夢裏知
Shí
shì
xiān
jiāo
mèng

zhī
禁苑又經人物散
Jìn
yuàn
yòu
jīng
rén

sàn
荒涼台榭水流遲
Huāng
liáng
tái
xiè
shuĭ
liú
chí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其七


金縷歌詞金曲卮
Jīn



jīn

zhī
百年人事鬢成絲
Băi
nián
rén
shì
bìn
chéng

重來未必春風在
Chóng
lái
wèi

chūn
fēng
zài
更為梨花住少時
Gèng
wèi

huā
zhù
shăo
shí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其八


楊柳隨風散綠絲
Yáng
liŭ
suí
fēng
sàn


桃花臨水弄妍姿
Táo
huā
lín
shuĭ
lòng
yán

無端種下青青竹

duān
zhòng
xià
qīng
qīng
zhú
恰到湘君淚盡時
Qià
dào
Xiāng
Jūn
lèi
jìn
shí

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其九

jiŭ
琵琶心事曲中論


xīn
shì

zhōng
lùn
曾笑明妃負漢恩
Céng
xiào
Míng
Fēi

Hàn
ēn
明日天山山下路
Míng

tiān
shān
shān
xià

不須回首望都門


huí
shŏu
wàng

mén

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十

shí
爐薰浥浥帶輕陰

xūn


dài
qīng
yīn
翠竹高梧水殿深
Cuì
zhú
gāo

shuĭ
diàn
shēn
去去氈車雪三尺


zhān
chē
xuĕ
sān
chĭ
畫羅休縷麝香金
Huà
luó
xiū

shè
xiāng
jīn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十一

shí

羅綺深宮二十年
Luó

shēn
gōng
èr
shí
nián
更持桃李向誰妍
Gèng
chí
táo

xiàng
shuí
yán
人生只合梁園死
Rén
shēng
zhĭ

liáng
yuán

金水河頭好墓田
Jīn
shuĭ

tóu
hăo

tián

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十二

shí
èr
苦才多思是春風

cái
duō

shì
chūn
fēng
偏近騷人悵望中
Piān
jìn
sāo
rén
chàng
wàng
zhōng
啼盡杜鵑枝上血

jìn

juān
zhī
shàng
xuè
海棠明日更應紅
Hăi
táng
míng

gēng
yīng
hóng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十三

shí
sān
暖日晴雲錦樹新
Nuăn

qíng
yún
jĭn
shù
xīn
風吹雨打旋成塵
Fēng
chuī


xuàn
chéng
chén
宮園深閉無人到
Gōng
yuán
shēn


rén
dào
自在流鶯哭暮春

zài
liú
yīng


chūn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十四

shí

萬戶千門盡有名
Wàn

qiān
mén
jìn
yŏu
míng
眼中歷歷記經行
Yăn
zhōng



jīng
xíng
賦家正有蕪城筆

jiā
zhèng
yŏu

chéng

一段傷心畫不成

duàn
shāng
xīn
huà

chéng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

其十五

shí

暮雲樓閣古今情

yún
lóu


jīn
qíng
地老天荒恨未平

lăo
tiān
huāng
hèn
wèi
píng
白髮纍臣幾人在
Bái

léi
chén

rén
zài
就中愁殺庾蘭成
Jiù
zhōng
chóu
shā

lán
chéng

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Les circonstances de la composition de cet ensemble de poèmes fort sombre nécessitent d’être détaillées.
Après la fuite de l’empereur哀宗 de la capitale Pienliang 汴京assiégée par les Mongol en janvier 1233, le général Cui Li崔立effectua la reddition de la ville en mars, et envoya les membres de la Cour à Jingcheng青城 (la Cité Verte) le 30 mai. Les hommes du clan royal y furent massacrés puis les femmes envoyées en captivité vers la Mongolie. Resté dans la capitale, Yuan Haowen est lui-même envoyé à Jingcheng le 8 juin ; il sera déporté en captivité dans le Shandong 山東.
C’est donc entre le 30 mai et le 8 juin 1233 qu’il composa ces œuvres en parcourant les palais et les jardins impériaux désertés.

(1)
俳體 désigne une composition littéraire humoristique en prose et vers ; ce titre est ici amèrement ironique.

Les Six Classiques 六經 désignent les traités suivants, en abrégé :
詩 : le Classique de la Poésie 詩經, les plus anciens poèmes de la Plaine Centrale
書 : le 尚書, les annales historiques les plus anciennes de Chine
禮 : les trois traités relatifs au rites, les 周禮, 儀禮, 禮記
樂 : le traité sur la Musique, partie du 禮記, perdu depuis les Han 漢
易 : le Zhou Yi 周易, c’est-à-dire le Livre des Mutations, le Yi Jing 易經
春秋 : le Classique des Printemps et Automnes 春秋經.

(2)
Luoyang (Soleil-sur-la-Luo) 洛陽 était l’ancienne capitale des Jin 金, qu’ils durent abandonner face à l’invasion mongole.

Le deuxième vers est une allusion à la politique des Song qui s’allièrent aux Mongols contre les Jin, et dont Yuan Haowen évoque ici avec lucidité la perte prochaine. Il se réfère aux 春秋左傳 (Annales des Printemps et des Automnes). Guo 虢 etYu 虞 désignent deux principautés de l’antiquité. Le duc de 虞, malgré l’avis de son ministre, laissa l’état de 虢 tomber au main du duc de Jin 晉, 僖公, et perdit à la suite le sien (c’est l’origine du célèbre 成語 : 脣亡齒寒 - sans lèvres, les dents ont froid).

(3)
Siège-des-Song 宋州 : il ne s’agit pas ici des provinces de l’empire des Song du Sud, mais de la ville de Songzhou où 哀宗 Aizong, l’empereur des 金, s’était replié en tentant vainement d’organiser une contre-attaque contre les Mongols, avant de se suicider. C’est parce que 趙匡胤 Zhao Kuangyin, fondateur de la dynastie des Song qui deviendra l’empereur 宋太祖 Song Taizu, était le gouverneur militaire basé dans cette ville qu’il adopta le nom de Song comme dénomination impériale.

(5)
三郎 est un surnom de l’empereur des Tang Xuanzong 唐玄宗, aussi appelé « l’ empereur lumineux »明皇 qui appréciait le tambour joué à sa cour par 李璡 Li Jin, roi de Ru Yang 汝陽. En 756, suite à la rébellion d’An Lushan 安祿山, l’empereur en déroute fut contraint par son armée de sacrifier sa favorite Yang Guifei 楊貴妃, dont le surnom était 玉環, « l’anneau de jade ».

宣和 est le nom de règne de Huizong 宋徽宗, le dernier empereur de la dynastie des Song du Nord. 按樂圖 est une célèbre peinture de Zhou Wenju 周文矩 datant de l’époque des Cinq Dynasties et conservé au Musée du Palais à Taïwan.

Le surnom du poète Li Bo 太白 était 詩仙, « l’immortel de la poésie », tandis que celui de Li He 李賀 était 詩鬼, « le démon de la poésie ».

(8)
La Dame Xiang 湘君 est la nymphe attachée à la rivière Xiang 湘江, dans le Hunan 湖南.

(9)
Wang Zhaojun 王昭君 (vers 51 av. J.C. – 15 av. J.C.) était une Dame du Palais impérial sous l’empereur 漢元帝 des Han de l’ouest 西漢. Sur la foi d’un mauvais portrait réalisé par un peintre corrompu qu’elle avait refusé de payer, elle fut choisie par l’empereur pour être offerte en épouse au Khan 單于 des Huns (Xiongnu 匈奴), et passa sa vie en exil. Elle y composa des poésies chantées, et est généralement représentée sur un cheval (indice distinctif de la vie nomade, en particulier à l’époque des 漢) portant son luth pipa 琵琶.

(12)
騷人 désigne le grand poète Qu Yuan 屈原, originaire du royaume de Chu 楚國 au sud de la Chine, qui composa le Lisao Douleurs d’Exil離騷, l’un des premiers grands poèmes de la littérature chinoise.

(14)
Après la défaite des armées chinoises face à une armée arabe à la bataille de la rivière Talas en 751, Du Huan 杜環 emmené en captivité fit un long périple de dix ans à travers l’Asie centrale et le monde musulman. De retour en Chine, il rédigea un Récit de voyage 經行記 dont il nous reste des fragments.

Le Récitatif de la Cité Ruinée 蕪城賦 fut composé, à propos de la cité de Guanling 廣陵 ruinée lors de l’invasion des Wei du nord 北魏 en janvier 451, par Bai Zhao 鮑照 (414-466) de la principauté de Song 宋 pendant la période des dynasties du Sud 南朝.

(15)
Yu Lancheng 庾蘭成 est le surnom de Yu Xin 庾信 (513-581), haut fonctionnaire du royaume des Liang 梁 puis des Zhou du Nord 北周 qui, envoyé en ambassade chez les Wei de l’ouest 西魏, fut retenu prisonnier à partir de 554 à Chang’an 長安 et finit sa vie en exil. Ceci bien sûr est encore une allusion au propre sort de 元好問 au moment où il compose ces pièces.
L’expression 天荒地老 semble avoir été forgée par le poète des Tang 唐 Li He 李賀 dans le poème 致酒行.


Référence sur ce poème : Stephen H. West, Chilly Seas and East Flowing Rivers : Yuan Hao-wen’s Poems of Death and Disorder, 1233-1235, Journal of American Oriental Society, Vol. 106, Iss. 1, Jan.- Mar. 1986).

Mots-clefs : destruction monde abandon

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
En août à Province-Réunie, des oies sauvages

                                             août   Province-        des oies          Dans           -                   reflet des      en                                     la                  Ce                   qui                      nuées                                      le                   sa       Hélas      se tracasse     l’oreiller   vous                   depuis                               Sans       puisse d’aucune            suivre.

                                  Cantons En                -                 sauvages                -        limpide le            vols            D’une note effarouchées par    flûte               sont points noirs     s’enfoncent dans les                       voilà anéanties                              tour.       ! Il                            à      entendre,                le          regagnez le nord,                                              

Composé lorsque j’étais aux Trois                 à         -Réunie,                        la Rivière-Divisée                               voyage.                                      vespérale,                                                     d’automne. Vous                 pour    spectateur depuis                                 sur                             Lorsque           sud vous                        qu’il                 façon vous        

八月并州雁



yuè

bīng

zhōu

yàn
三鄉時作
Sān
xiāng
shí
zuò
八月并州雁

yuè
bīng
zhōu
yàn
清汾照旅群
Qīng
fén
zhào

qún
一聲驚晚笛

shēng
jīng
wăn

數點入秋雲
Shù
diăn

qiū
yún
滅沒樓中見
Miè

lóu
zhōng
jiàn
哀勞枕畔聞
Āi
láo
zhĕn
pàn
wén
南來還北去
Nán
lái
huán
bĕi

無計得隨君



suí
jūn
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : oies exil

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
De passage à l’ancienne cité de Soleil-de-Jin, pour écrire ce qu'il en advint.

                                 -           les eaux    torrent                  les                   et les                                 qu’on                                                           forment                   Toutes                                                                 la Plaine Centrale,               -                  On                 les       fortifiées au                                     Mais                 les                                          du                  le                                 que des        de         ondulent sous    vent du            Ne      -vous pas        cime               -  -  -      -Amarrée,    corne    dragon                      Blanc      entier anéanti et              disparue sous                                                              ne           pas,                toits volèrent         sens comme                                                 Divisée par     brèche             dans     grandes           l’Été,                province a     déplacé           -       -  -                                                                  le                        sont        combien    crépuscules    vent                   la       de                                       de                    –           des            toits,            et             Sans parler                                             Les        et                        installés dans                                par les esprits                             richesses célestes          avoir                                                                                              pleurent         vers le Ciel,                  de                                                             fait volontiers       les esprits                                   Dix mille hommes de corvée                                  la chaîne                        impérial les               croix ont été               a perforé le          la                 pour             aussi.         de             -t-   attendre une        paix,      de                         bâtir       -  -Jin ?

Devant le           Bienveillance-                                      À travers                                     d’argent sont si                    le       Au        des eaux les           de l’ouest                  allongé,        resserrées et                     lieues.     Portes du                                cette      -forte                           voir                                           et                     lorsque observe     lointains                           prés           pour                    passé,    n’y                                                le                       voyez-             la      de            -de-la-Barque-                                                       tout                      citadelle               les eaux ?       le roi            pour    rendre,    peuple       rendit          tuiles des                en tous                pointes de          Les       de la Rivière             une                         les         portes de           siège                  été            Village-       -  -Bassin. Ainsi        que le grand                 sa                                    Luo                                            et                   porte    l’est,                          tigre    jade, Moineau d’or                 arêtes                nuages    les pluies.             des             et des           officiels,               les          s’étaient                plus de                                        durant des              ces                                   ordonné          brasier,                       en terre            Depuis lors, les Anciens          tournés                  souffrance       dépit d’avoir été          au Sud du         L’homme    Sud                 prier             et les               son                                          pelles et pioches                     de montagne,                        carrefours en               supprimés, On                    de             Réunie         détruire                               - -il              ère de       Pour                 l’Empereur             -  -     

          temple de              -Lointaine,          du         de Jin               feuilles de jaspe        fleurs                  claires       voit    fond.    dessus              montagnes                    un écran                               bleutées sur trente         Aux           Nord de                     de       place-      stratégique    espérerait          tours               milieu des nuages    du brouillard.                                    au dessus de la gloriette         fleuve      unir    présent au        Il     a plus         vagues    blé qui                          printemps.         -         ! à            la Montagne-  -  -      -         la       du        est brisée, Le Stupa                              la                                    Quand        Xue sortit      se         le           se             Les                                              des            flèches.     flots                                      ont pénétré                                   Le       de la                        au        -Éclairé-du-              depuis              bastion a perdu    majesté, Sur    Fleuve Jaune et la          passés         de             de         brouillard ! À                    dragon d’azur, à l’ouest                               au dessus            des        les                                       habitations        bâtiments                génies        bouddhas                                  cent lieux. Accumulées                            millénaires,                        Pourquoi               qu’en un          elles soient réduites          calcinée ?                                                         De            et                      déportés           Fleuve.         du                                              sorciers pour     bonheur,                            avec                   ont rompu                        Par ordre                                                                     canal       Province             le                 Combien    temps faudra- -                                     nouveau voir                  Soleil-de-     

過晉陽故城書事

Guò

Jìn

Yáng



chéng

shū

shì
惠遠祠前晉溪水
Huì
Yuăn

qián
jìn

shuĭ
翠葉銀花清見底
Cuì

yín
huā
qīng
jiàn

水上西山如臥屏
Shuĭ
shàng

shān


píng
鬱鬱蒼蒼三百里


cāng
cāng
sān
băi

中原北門形勢雄
Zhōng
Yuán
Bĕi
Mén
xíng
shì
xióng
想見城闕雲煙中
Xiăng
jiàn
chéng
què
yún
yān
zhōng
望川亭上閱今古
Wàng
chuān
tíng
shàng
yuè
jīn

但有麥浪搖春風
Dàn
yŏu
mài
làng
yáo
chūn
fēng
君不見繫舟山頭龍角禿
Jūn

jiàn

Zhōu
Shān
tóu
lóng
jiăo

白塔一摧城覆沒
Bái


cuī
chéng


薛王出降民不降
Xuē
wáng
chū
xiáng
mín

xiáng
屋瓦亂飛如箭鏃


luàn
fēi

jiàn

汾流決入大夏門
Fén
liú
jué


Xià
mén
府治移著唐明村

zhì

zhe
Táng
Míng
Cūn
只從巨屏失光彩
Zhĭ
cóng

píng
shī
guāng
căi
河洛幾度風煙昏

Luò


fēng
yān
hūn
東闕蒼龍西玉虎
Dōng
què
cāng
lóng



金雀觚稜上雲雨
Jīn
què

léng
shàng
yún

不論民居與官府

lùn
mín


guān

仙佛所廬餘百所
Xiān

suŏ


băi
suŏ
鬼役天財千萬古
Guĭ

tiān
cái
qiān
wàn

爭教一炬成焦土
Zhēng
jiāo


chéng
jiāo

至今父老哭向天
Zhì
jīn

lăo

xiàng
tiān
死恨河南往來苦

hèn

nán
wăng
lái

南人鬼巫好禨祥
Nán
rén
guĭ

hào

xiáng
萬夫畚鍤開連崗
Wàn

bĕn
chā
kāi
lián
gāng
官街十字改丁字
Guān
jiē
shí

găi
dīng

釘破并州渠亦亡
Dìng

Bīng
Zhōu


wáng
幾時卻到承平了

shí
què
dào
chéng
píng
liăo
重看官家築晉陽
Chóng
kàn
guān
jiā
zhù
Jìn
Yáng
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Ce texte évoque l’histoire de la ville de Jinyang 晉陽, aussi appelée Bingzhou 并州. Située dans le Shanxi 山西 au point où la rivière Fen 汾 (la Rivière-Divisée) sort des montagnes et descend dans la plaine vers le sud, elle fut la première capitale du royaume de Zhao 趙 de - 403 à – 386, pendant la période des Royaumes Combattants 戰國. Sa position stratégique pour le contrôle des frontières nord-ouest en fit non seulement une place-forte importante, mais aussi un centre politique, économique et culturel pendant une bonne partie de l’histoire de la Chine ; elle porta notamment le titre de Capitale du Nord sous les Tang 唐 et durant la période des Cinq Dynasties et des dix Royaumes 五代十國. Lors de la constitution de l’empire des Song, elle fut conquise en 979 par l’empereur Taizong 宋太宗 qui en ordonna la destruction complète : la ville fut brûlée avant d’être inondée par la 汾, et les habitants déportés à Luoyang 洛陽.

河洛幾度風煙昏 : ce vers est une allusion aux multiples incursions dans la Plaine Centrale que la destruction du verrou protecteur de 晉陽 entraîna.

君不見繫舟山頭龍角禿
萬夫畚鍤開連崗
官街十字改丁字

繫舟山la Montagne-de-la-Barque-Amarrée doit son nom à la légende selon laquelle Yu le Grand 大禹, ordonnateur des eaux, aurait attaché sa barque au sommet.

Dans la géomancie chinoise du fengshui 風水 , le concept de 龍脈 (« veines du dragon ») se fonde sur l’apparence des crêtes et des sillons des montagnes avec le corps d’un dragon ; ainsi certains lieux se trouvent favorables et d’autres néfastes selon la position attribuée au dragon. C’est pour achever la destruction de la ville selon cette symbolique (encore amplifiée par le surnom qu’on lui donnait de 龍城 « La citadelle du dragon »), que l’on rogna une partie de montagne qui était sensée correspondre aux cornes du dragon. De même, dans les villes qui furent ensuite construites aux alentours, les carrefours furent établis en forme de T au lieu du très classique schéma en croix des villes chinoises, afin de «clouer » les veines du dragon.

南人 « L’homme du Sud » désigne ici Taizong.

Mots-clefs : ruines cité histoire

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Jeune-Famille, au sud de la Plaine

                         semble inhabité,                                                 à                                    font chanter les                       soleil      fait         les                                                                         Le                              -bas       ici. Entre                     les            les                         croirait      les           

L’endroit est reculé,                     Au                                    bavardent          cris.              limpides                            rochers,                     croître     pousses des sarments.    vert            les        de         au                ravit sur            là-                     les                             et     chiens,                                   Immortels.

                      il                     tréfonds des collines, les oiseaux             grands       Les torrents                           dents des          Un        doux                                        Le      éclate sur     arbres    la cime    pied,    rouge           les fleurs   -    comme                bosquets, voici     poulets                Vraiment, on se          chez               

少室南原

Shăo

Shì

nán

yuán
地僻人煙斷


rén
yān
duàn
山深鳥語譁
Shān
shēn
niăo

huá
清溪鳴石齒
Qīng

míng
shí
chĭ
暖日長籐芽
Nuăn

zhăng
téng

綠映高低樹

yìng
gāo

shù
紅迷遠近花
Hóng

yuăn
jìn
huā
林間見雞犬
Lín
jiān
jiàn

quăn
直擬是仙家
Zhí

shì
xiān
jiā
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Remarquer, conformément aux règles des huitains réguliers, le parallélisme des vers 3 et 4 et celui, particulièrement rigoureux, des vers 5 et 6 : 綠綠映高低樹 / 紅迷遠近花, selon le schéma : couleur / verbe lié à une sensation visuelle / expression locative à deux caractères antagonistes / végétal.

雞犬 :“les poulets et les chiens » est une allusion au texte célèbre de Tao Yuanming 陶淵明 intitulé « La chronique de la source aux fleurs de pêchers » 桃花源記, qui sous la forme d’un mythe décrit une société utopique complètement isolée de l’extérieur : d’où le vers final. La phrase 雞犬相聞 que l’on y trouve est elle-même une allusion au texte classique intitulé « le Laozi » 老子, et bien connu sous le nom de Dao De Jing 道德經, (le Classique de la Voie et de la Vertu), dont la pensée extrêmement conservatrice fait l’apologie d’un état idéal et d’une société repliés sur eux-mêmes, et qui énonce au chapitre 80 cette prescription :
鄰國相望,雞犬之聲相聞,民至老死,不相往來。
« Même si les pays voisins sont à portée de vue, et si les cris des poulets et des chiens en sont à portée d’oreille, les gens toute leur vie et jusqu’à la mort ne devront pas circuler d’un pays à l’autre. »

Mots-clefs : village campagne

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Au Jardin de l’ouest

西園



Yuán
百草千花雨氣新
Băi
căo
qiān
huā


xīn
今朝陌上有游塵
Jīn
zhāo

shàng
yŏu
yóu
chén
皇州春色濃於酒
Huáng
zhōu
chūn

nóng

jiŭ
醉殺西園歌舞人
Zuì
shā

yuán


rén
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

Mots-clefs : printemps fête

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) :
Sur l’air de « Premier chant mélodique sur l’eau »

             le                   Portes    Fleuve       vers          Cieux s’élève,                            d’en haut               des            grand      furieux enroule de hautes                    d’eau rafraîchissent            soleil.                les                      l’Épine                   comme                                au                         tout       rincer    poussière           Toutes        s’intègrent au                fleuve,                      revient             entre                    -                                        Mystère               Pour      autres                 bon cet obstacle,           nuit                   dévoiler                                                            de                                                                   traits vigoureux    Tsu le Voltigeur,    aurait          force                              vagues.        le chevalier                      la                                               traverser     collines           

Composé                                  Le        Jaune          Neuf                                 observent                             gorges. Un       vent                                                                           du                  comme     deux       mètres de         Dorsale,                le mascaret           d’Argent    mois d’août, Il descend      droit                     du                                                                                         tout entier           cimes.       là-haut ce nid        Deux cygnes                                     nous                                          Depuis la                on               la         et                  besoin             la corne               pour           les                n’assure                              de                   On                       pour          à    furie des         Hélons                     qui                                                       pour           les          argentées.

        dans    Passage des Trois                             les                     Hommes et démons                     la succession                                                     vagues, Des gerbes                      l’éclat            Imposant                mille                            Puissant                   du Bassin                                                       la              monde.        choses                débordement du         Qui comme auparavant                           les        Voyez   -            juché,             passent,         inaccessible.                  humains, à quoi                                  des temps    sait             ferveur    la perfidie. Nul        d’enflammer             rhinocéros      découvrir     tréfonds, Rien          qu’avec les                                                 assez de            résister   la                                       errant     chevauche    baleine, Qu’il vienne frapper du tambour                                       

水調歌頭

Shuĭ

diào



tóu
賦三門津

Sān
Mén
jīn
黃河九天上
Huáng

jiŭ
tiān
shàng
人鬼瞰重關
Rén
guĭ
kàn
chóng
guān
長風怒捲高浪
Cháng
fēng

juăn
gāo
làng
飛灑日光寒
Fēi


guāng
hán
峻似呂梁千仞
Jùn


liáng
qiān
rèn
壯似錢塘八月
Zhuàng

qián
táng

yuè
直下洗塵寰
Zhí
xià

chén
huán
萬象入橫潰
Wàn
xiàng

héng
kuì
依舊一峯閒

jiù

fēng
jiàn
仰危巢
Yăng
wēi
cháo
雙鵠過
Shuāng

guò
杳難攀
Yăo
nán
pān
人間此險何用
Rén
jiān

xiăn

yòng
萬古袐神奸
Wàn


shén
jiān
不用燃犀下照

yòng
rán

xià
zhào
未必佽飛強射
Wèi


fēi
qiáng
shè
有力障狂瀾
Yŏu

zhàng
kuáng
lán
喚取騎鯨客
Huàn


jīng

撾鼓過銀山
Zhuā

guò
yín
shān
元好問

Yuán

Hăo

Wèn

Afficher le pinyin Masquer le pinyin

三門津 : Le Passage des trois portes, situé dans le Henan 河南 actuel, était un endroit particulièrement dangereux pour la navigation fluviale du Fleuve Jaune, où le courant contenu par des gorges étroites était séparé par d’énormes récifs rocheux en trois bras, les trois « portes » 門, respectivement nommées du nord au sud la porte des hommes 人門, la portes des esprits 神門, la porte des diables 鬼門 ; seule la première, comme son nom l’indique, permettait le passage des embarcations.

Montagnes de Lüliang 呂梁山 : il s’agit d’une importante chaîne de montagnes située au Shanxi 山西 entre le Fleuve Jaune 黃河 et la rivière Fen 汾河, affluent du précédent.

L’embouchure du fleuve Qiantang 錢塘江 est le siège d’un spectaculaire mascaret en aval d’Hangzhou 杭州 dans la province du Zhejiang 浙江.

祕神奸 est une allusion à un passage des Commentaires de Zuo 春秋左傳, important ouvrage historique de l’époque des Printemps et des Automnes

燃犀下照 fait référence à personnage de l’époque de la dynastie des Jin 晉 (265-420) appelé Wen Jiao 溫嶠, qui selon les chroniques aurait utiliser une corne de rhinocéros enflammée pour éclairer la profondeur des eaux et y découvrir d’étranges créatures.

佽飛 : héros du royaume de Chu 楚 à l’époque des Printemps et des Automnes 春秋. Il terrassa à coups d’épée un dragon des eaux malfaisant.

騎鯨客 : « le chevalier errant qui chevauche la baleine » évoque une personne d’une grande hardiesse, et fait souvent allusion au poète Li Bo 李白.

Mots-clefs : fleuve gorges rapides

Bulle