Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Dài Fù Gŭ (1167 – ?) :
Sur l’air de « Chanson de la fée des grottes »

    l’air de           de        des grottes                                        l’or en boutons d’chrysanthèmes               V’là        Double           ;      l’saisir      mollir. À voir par la                 Côte                 les      et     boîtes                            y’aurait               charmant, la bonne         pour     ?                                                  dans              rumine   mort, C’est           que     sourcils            fois j’me ratatine.                                    mon       Dans un                                                                                             voilà, Avec       bocks         coupes         souv’nir d’not’            La                                                                       fois.

Sur          «                               »         des                étals,                                          fendus,                    qu’on dit                 sans                                            à                   bars                             Dans tout ça                                                                                   loin le       va   Et                    j’le        à                                             mille                     Pour    sourire                                      p’tit      autour                                  en rond,         et fruits en veux-tu en                         et deux             se                 bon                            donc dans     chansons La         chanter pour cette      

               Chanson    la fée               On vend     fleurs sur les        De                                 juste              l’Yang                    faut                                     ville ripolinée        côte alignées             les        à chanteuses,                       pas L’endroit                    combine      moi   Qu’il est diablement         pays,    !    quand      ma tête                           pour rien     les          cent                                un         v’là qu’j’ouvrirai     cœur,               coin        d’une table, Prestement disposés          Légumes                                     trois                      pour                        temps.    môme, trouve-moi           tes             belle à                         

洞仙歌

Dòng

xiān



賣花擔上
Mài
huā
dàn
shàng
菊蕊金初破

ruĭ
jīn
chū

說著重陽怎虛過
Shuō
cháo
chóng
yáng
zĕn

guò
看畫城
Kàn
huà
chéng


簇簇酒肆歌樓
Jiŭ


lóu
奈沒個
Nài
méi

巧處安排著我
Qiăo
chù
ān
pái
zháo

家鄉煞遠哩
Jiā
xiāng
shà
yuăn

抵死思量



liàng
枉把眉頭萬千鎖
Wăng

méi
tóu
wàn
qiān
suŏ
一笑且開懷

xiào
qiĕ
kāi
huái
小閣團欒
Xiăo

tuán
luán
旋簇著幾般蔬果
Xuàn

zháo

bān
shū
guŏ
把三杯兩盞記時光

sān
bēi
liăng
zhăn

shí
guāng
問有甚曲兒
Wèn
yŏu
shèn

ér
好唱一個
Hăo
chàng


戴復古

Dài





Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard