Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Yàn Shū (991 – 1055) :
Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

               Laver                                dans ce                                               banales,                    bouleversaient.          banquets,              sa voix            pas            souvent,            que                                        regrette en vain                                     tombées,      et pluie meurtrissent plus encore                        vaut       chérir           ceux               nos yeux  

Sur                                      » Toujours                                                    Si          les                                                   aux                     ne faut     soustraire                loin     s’aperçoivent                                                qui      loin. Les fleurs sont          vent                                                       il      mieux        à souhait                              

    l’air de «       le sable du torrent                    halo d’années où mon existence se confine,                 séparations me                 Lors des               chansons         il                                 Aussi                        montagnes et fleuves, on                  ceux     sont                                                                       le printemps. Comme                                     qui sont sous          !

浣溪沙

Huàn



shā

一向年光有限身

xiàng
nián
guāng
yŏu
xiàn
shēn
等閒離別易消魂
Dĕng
xián

bié

xiāo
hún
酒筵歌席莫辭頻
Jiŭ
yán




pín
滿目山河空念遠
Măn

shān

kōng
niàn
yuăn
落花風雨更傷春
Luò
huā
fēng

gèng
shāng
chūn
不如憐取眼前人


lián

yăn
qián
rén

晏殊

Yàn

Shū

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard