Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

59 poèmes chinois trouvés dans l'anthologie pour « rouge »

Wáng Yŭ Chēng (954 – 1001) - Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres »

Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres » (...)

Wáng Yŭ Chēng (954 – 1001) - À travers la campagne

Les feuilles de poiriers sauvages tombent, couleur de fard rouge, (...)

Zhāng Xiān (990 – 1078) - Sur l’air d’« Une immortelle céleste »

Demain les fleurs fanées auront couvert de rouge le chemin. (...)

Yàn Shū (991 – 1055) - « Sur un air limpide et tranquille »

Sur un billet rouge en petits caractères, (...)

Yàn Shū (991 – 1055) - Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »

Sur le petit sentier le rouge épars, (...)

Sòng Qí (998 – 1061) - Ci-gisent les fleurs

Blancheur qui tombe, rouge qui voltige, chacun s’afflige. (...)

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

En confusion rouge elles volent au-delà des balançoires et s’enfuient. (...)

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air de « Cueillir des mûres »

Charnier de rouge fané, (...)

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « Pensée pour quelqu’un au loin »

Que du papier rouge il effacera la couleur. (...)

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Aux manches parfumées observer le rouge éploré. (...)

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Souvenir d’une gracieuse enfant »

Sur la Falaise Rouge pour évoquer le passé (...)
On dit que c’est là, la Falaise Rouge du Seigneur Zhou des Trois Royaumes. (...)
Mots-clés : falaise rouge histoire su-dongpo

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Complainte du dragon des eaux »

Au rouge fané rien ne succèdera. (...)

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Félicitations au nouveau marié »

Les grenadiers se sont mis à cracher en cliffes d’étoffe rouge, (...)

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) - Sur l’air de « Premier chant mélodique sur l’eau »

La rosée rouge ne trempe mes vêtements ! (...)

Zhào Lìng Zhì (1051 – 1134) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Jour après jour le rouge déploie son avance. (...)

Yè Mèng Dé (1077 – 1148) - Sur l’air de « Félicitations au nouveau marié »

Quelle confusion de rouge innombrable ! (...)

Sòng Huī Zōng - Zhào Jí (1082 – 1135) - Sur l’air de « Le pavillon du Mont des Hirondelles »

Une légère touche de fard rouge appliquée, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Comme en songe »

Il faudra bien que le vert se soit épaissi, le rouge émacié. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres »

Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres » (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Cueillir des mûres »

Sous la broderie de soie rouge, la chair de glace a l’éclat du jade poli, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Le jade s’amincit, l’ocre rouge pâlit en remords infini, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un ciel de perdrix »

Peu leur chaut de s’attifer en jaspe tendre et rouge profond, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - « Poésie en musique »

En crachin de pétales pleut le rouge fané, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Haïr le rejeton d’un prince »

L’automne déjà se termine, le rouge des fleurs se raréfie, les parfums se dissipent. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Haïr le rejeton d’un prince »

Autour des portes, qui a balayé le rouge fané ? (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Évocation du joueur de flûte sur la terrasse du Phénix »

La couverture renversée en vague rouge, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres »

Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres » (...)

Yuè Fēi (1103 – 1142) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge » (...)

Yuè Fēi (1103 – 1142) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge » (...)

Yáng Wàn Lĭ (1127– 1206) - Collines d’automne

Par accident son savon gris de fer devint rouge écarlate. (...)

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air de « Taquiner le poisson »

Ce sera pire encore lorsque le rouge pleuvra infiniment ! (...)

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air d’« Un fils du Midi »

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Au milieu des rêves rien du rouge et du vert des tableaux n’apparaît, (...)

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Complainte du pavillon aux martins-pêcheurs

Voyez : la balustrade courbe l’enlace de rouge, (...)

Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269) - Sur l’air d’« Un maître en divination »

Taches en touches fines de rouge sang, (...)

Yáng Guŏ (1195 - 1269) - Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Le rouge d’un petit pêcher »

Sur la tonalité de Yué – Sur l’air de « Le rouge d’un petit pêcher » (...)

Hăo Jīng (1223 – 1275) - Fleur tombée

Sous les nuages chatoyants, la pluie rouge des fleurs de pêchers occulte les grandes portes : (...)

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) - Sur l’air de « Conduire les héros sous escorte »

D’un camp à l’autre d’impétueuses chevauchées soulèvent un voile de poussière rouge, (...)

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) - En revenant depuis Domaine-de-Zhao vers Famille-Couronnée, deux poèmes.

Le jardin des abricotiers a laissé le rouge et s’est séparé de son manteau de neige, (...)

Wáng Yùn (1227 -1304) - Sur la tonalité de Yué – Sur les airs de « Le rouge d’un petit pêcher »

Sur la tonalité de Yué – Sur les airs de « Le rouge d’un petit pêcher » (...)

Zhōu Mì (1232 – 1298) - Sur l’air de « L’automne dans la capitale de jade »

Aux habits le parfum rouge des fleurs aboli : (...)

Jiăng Jié (1245 ? – 1301 ?) - Sur l’air de « La Belle de Yu »

La lueur rouge de la bougie crépusculait la moustiquaire. (...)

Liú Yīn (1249 – 1293) - Ballade des oies blanches

Un souffle glacial sans cesse érode la montagne de la falaise rouge. (...)

Wáng Qīng Huì (~1265 – ~1294) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) - Sur l’air de « Des chaussures brodées de rouge »

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) - Sur l’air de « Ballade sur le fleuve limpide »

Du siècle de poussière rouge les querelles ne m’atteignent pas, (...)

Lĭ Zhì Yuăn (? – ?) - Note médiane - Sur l’air de « Bienvenue au génie, notre hôte »

Il souffle et disperse le rouge, (...)

Rén Yù (? – ?) - Sur l’air de « Des souliers brodés de rouge »

Guàn Yún Shí (1286 – 1324) - La Roche aux fleurs de pêchers

Ses vieux arbres affligés se plaignent en exhalaison rouge. (...)
Voici la Belle au ciel qui chevauche la grue rouge. (...)

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge » (...)
Dans les ruines du puits du Fard Rouge les cigales du froid sanglotent ; (...)

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Deux nénuphars au froid des vagues de jade

Du ciel de Wu la rosée qui tombe fane l’humidité rouge, (...)

Shĕn Zhōu (1427 – 1509) - La Belle aux fleurs cassées

Douleur violette, tourment rouge en mille ou dix mille variétés, (...)

Yuán Hóng Dào (1568 – 1610) - Fleurs de pêchers sous la pluie

Jaspe pâle et rouge profond plus qu’à moitié défaits, (...)
Leur fard rouge lessivé, elles ne se laissent pas regarder. (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air d’ « Une touche de rouge aux lèvres »

Sur l’air d’ « Une touche de rouge aux lèvres » (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge » (...)
Cette teinture rouge sur les collines (...)
Dans la lettre rouge faute de mieux se posent des mots écrits à contrecœur, (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Les chroniques du fleuve »

Une amertume rouge (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air d’« Une coupe de feuilles de lotus »

Qui se tient dans la petite gloriette rouge ? (...)

Yuán Méi (1716 – 1798) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge » (...)

Cáo Xuĕ Qín (1716 ? – 1763 ?) - Complaintes des fèves rouges

(Extrait de « Rêve au Pavillon Rouge » chapitre XXVIII) (...)