Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) :
Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

    l’air d’«                d’ailleurs » Mi-                                                   Le       pêcheur à son                                   dessin terne                     il           de printemps                            Fleurs    collines          attente, Ce          Tao-   Retiré l’a                 demande          je      vais,                           me                    

              Un boddhisatva                                     sur le          rives                                                    le dérange. Ce                 flou perdurera-     ?    vent              plantes et        odorent.        et                                                          révélé. Si l’on                                                  jusqu’à    connaître     même.

Sur                                          brouillard mi-pluie        torrent,       et pont,    vieux               ivresse sans qu’on                             et                t-     Au                              fleurs                             comme en             dessein,     le-                                   jusqu’où    m’en       J’irai, Monsieur,                      moi-     

菩薩蠻





mán

半煙半雨溪橋畔
Bàn
yān
bàn


qiáo
pàn
漁翁醉著無人喚

wēng
zuì
zhe

rén
huàn
疏懶意何長
Shū
lăn


cháng
春風花草香
Chūn
fēng
huā
căo
xiāng
江山如有待
Jiāng
shān

yŏu
dài
此意陶潛解


Táo
Qián
jiĕ
問我去何之
Wèn



zhī
君行到自知
Jūn
xíng
dào

zhī

黃庭堅

Huáng

Tíng

Jiān

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard