Poésie chinoise - Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) : Sur l’air de « L’allégresse du retour aux champs » - (printemps, fleurs, attente)

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) :
Sur l’air de « L’allégresse du retour aux champs »

               L’allégresse               champs »            fois ai-je pu                                      l’humeur                          ainsi     fleurs             surgir,           tant                                                                                               redoute l’envol            et la fuite du                  les fleurs            je ne                                 si, année après                     pourra             inspiré ?                                 de                        les fleurs           je                              fleurs je me          encore, Là                    autrefois, Devant                              pleureurs, le                                  

             «              du        aux                  de               espérer les         Si     s’éprouve          du              regarder                     pruniers         Je désire      que les fleurs    tombent          le printemps vienne s’établir pour longtemps !                                                                                   s’ouvrent,       sais encore que      ; Qui sait                 année,    printemps             encore              lèvres            et cheveux    jais,     à peu                   raréfiées    retrouve    parole. Face aux              rappelle               je                                les        autour des saules               duvet    tourbillonne            

Sur l’air de                   retour              Combien                              fleurs,    tôt                       printemps. À                les        de                                                ne         pas, Que                                                Pourtant je                 des fleurs                printemps. Quand                                             dire                                   le                  être                  En        cramoisies                     Peu       devant                                  la                                                   où    me promenais                       portes                                       ne              pas encore.

歸田樂

Guī

tián



試把花期數
Shì

huā

shŭ
便早有感春情緒
Biàn
zăo
yŏu
găn
chūn
qíng

看即梅花吐
Kàn

méi
huā

願花更不謝
Yuàn
huā
gèng

xiè
春且長住
Chūn
qiĕ
cháng
zhù
只恐花飛又春去
Zhĭ
kŏng
huā
fēi
yòu
chūn

花開還不語
Huā
kāi
hái


問此意年年春還會否
Wèn


nián
nián
chūn
hái
huì
fŏu
絳唇青鬢
Jiàng
chún
qīng
bìn
漸少花前語
Jiàn
shăo
huā
qián

對花又記得
Duì
huā
yòu


舊曾遊處
Jiù
céng
yóu
chù
門外垂楊未飄絮
Mén
wài
chuí
yáng
wèi
piāo

晏幾道

Yàn



Dào

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard