Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Sū Shì (1037 – 1101) :
Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

                                  du                 de nuit à Bord-    Marais Une      de                     du                                               revint au          on     dit        noire. Le       domestique                     gronde    tonnerre,                          ne                  sur un bâton, à          de           du         Longuement             que cette                                                        de                         la                                 les               s’aplanissent.     une                tout      laisser derrière                      la                          son            

Sur l’air de   Le génie des bords    fleuve                                        nuit    beuverie, le           coteau oriental,         dans            S’en                       eût                      jeune                          comme        le                 il frappa             répondit. Appuyé                             la                              je m’irrite                                 ;            un jour me                bourdonnement ? Dans    nuit tardive, le      s’apaise,     plis du crêpe                Sur     petite                                    soi, Et            à                    reste de               !

             «                              » Retour                des-                                Lettré                     retombé      l’ivresse,                bercail,            à nuit                            ronflait déjà                           Quand           personne                                     l’écoute       rumeur    fleuve,                                  vie n’est plus mienne   Pourrai-je            détacher    ce                                          vent                                                           barque,      ceci                          au fleuve,      mer, confier le              existence  

臨江仙

Lín

jiāng

xiān

夜歸臨皐

guī
Lín
Gāo
夜飲東坡醒復醉

yĭn
dōng

xĭng

zuì
歸來彷彿三更
Guī
lái
făng

sān
gēng
家童鼻息已雷鳴
Jiā
tóng



léi
míng
敲門都不應
Qiāo
mén
dōu

yìng
倚杖聽江聲

zhàng
tīng
jiāng
shēng
長恨此身非我有
Cháng
hèn

shēn
fēi

yŏu
何時忘卻營營

shí
wàng
què
yíng
yíng
夜闌風靜縠紋平

lán
fēng
jìng

wèn
píng
小舟從此逝
Xiăo
zhōu
cóng

shì
江海寄餘生
Jiāng
hăi


shēng

蘇軾



Shì

Ce poème figure dans le recueil Quinze poèmes chinois pour les enfants disponible sous format pdf.

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard