Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) :
Sur l’air d’« Une table basse de lazurite »

    l’air         table                   » La                de    première      Le vent                    a               pétales                      même d’un                choir                   de la pluie.                   voitures ouvragées, les                                       phénix qui résonne            Le      de      qui                     Toute         poissons    dragons                     phalènes,                  jaunes                 Rires               à                un                                    foule            l’Autre         et cent            Tout           tourne la             personne,             la voici,            du feu                        

              Une                              quinzième nuit                                           nuit   éparpillé                 mille arbres,              souffle a            les étoiles                    Chevaux                                   effluves baignent    rue.    flûte                           anime,    vase                    les                la               et         dansent.                      saules    neige,                  d’or,                       profusion         effluve                    Dans la       je cherche         à mille                         à                   tête, Cette             surprise,                                        décline, là.

Sur       d’«           basse de lazurite                        la          lune         d’est dans la                  les         sur               Et                     fait                   comme                      précieux,                                           la      La       du                    les                   jade     brille     toupine,          nuit                              Coiffes de                  de               broderies             et bavardages             d’où            discret s’échappe.                                                  occasions,        coup je                                 ô                     Où l’éclat        des lampes             

青玉案

Qīng



àn

元夕
Yuán

東風夜放花千樹
Dōng
fēng

fàng
huā
qiān
shù
更吹落星如雨
Gèng
chuī
luò
xīng


寶馬雕車香滿路
Băo

diāo
chē
xiāng
măn

鳳簫聲動
Fèng
xiāo
shēng
dòng
玉壺光轉


guāng
zhuăn
一夜魚龍舞



lóng

蛾兒雪柳黃金縷
É
ér
xuĕ
liŭ
huáng
jīn

笑語盈盈暗香去
Xiào

yíng
yíng
àn
xiāng

眾裏尋他千百度
Zhòng

xún

qiān
băi

驀然回首

rán
huí
shŏu
那人卻在

rén
què
zài
燈火闌珊處
Dēng
huŏ
lán
shān
chù

辛棄疾

Xīn





Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard