Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257)

Yuan Haowen 元好問 est un éminent homme de lettres et historien, témoin direct de la chute de la dynastie des Jin 金 et de l’établissement de la domination mongole au nord de la Chine.

Mandarin en 1221, il entrepris une carrière officielle comme compilateur de l’Institut historique puis magistrat dans différentes sous-préfectures du Henan. En 1231, il fut appelé à 汴京 Bianjing, la capitale des Jin, et œuvra au Département des Affaires d’État jusqu’à la prise de la ville par les Mongols en 1233.

Il renonça par la suite à toute carrière officielle sous les occupants, et se consacra à la rédaction d’une histoire non officielle de la dynastie des Jin ; il s’efforça également de préserver et de compiler la littérature et la culture chinoise rattachées à cette dynastie.

Homme de lettres aux multiples talents, il pratiqua la prose, la poésie et la critique littéraire. Il laissa plus de 1300 poèmes 詩 au contenu riche et varié, qui reflètent les difficultés sociales du temps et les malheurs de la guerre qu’il décrit avec une virtuosité et un réalisme qui l’ont fait rapprocher du grand poète des 唐 Tang Du Fu 杜甫.

Les poèmes


En traversant le Fleuve Jaune vers le nord…


Sur l’air de « Conduire les héros sous escorte »


Le tigre, ce fléau


Neige dans la nuit


Pour Zhang Xi et Jian Dafang


Lors d’une nuit passée au Monastère du Nord de l’Empyrée Divin,rédigé en plein rêve.


En revenant depuis Domaine-de-Zhao vers Famille-Couronnée, deux poèmes.


Le pavillon où s’attarde la lune

Bulle