Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Yán Ruĭ (vers 1182)

Yan Rui 嚴蕊 aurait été une courtisane particulièrement douée. Quand on lui apporta un rameau de pécher en fleurs, elle composa le poème qui suit, en référence au fameux texte de Tao Yuanming 陶淵明, La chronique de la source aux fleurs de pêchers 桃花源記. Faussement accusée de relations illicites avec un fonctionnaire à l’instigation de Zhu Xi 朱熹 et fouettée pour obtenir des aveux, elle protesta de son innocence avec vigueur et conviction ; la rumeur qui en résulta fut telle qu’elle arriva aux oreilles de l’empereur. Yan Rui fut finalement libérée et prit place par la suite parmi les concubines impériales.

Les poèmes


Sur l’air de « Comme en songe »

Bulle