Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Qiáo Jí (1280 ? -1345) - Notes sur l'auteur et les poèmes

L'auteur

Qiao Ji 喬吉 qui se fixa à Hangzhou 杭州 fut l'un des plus actifs auteurs dramatiques et poètes de son temps. Il composa notamment les opéras sur des thèmes sentimentaux. On connaît peu de chose sur sa vie ; son œuvre aborde les thèmes du voyage, de l'exil, et de sa propre vie de bohème.


En Do majeur – Sur l’air de « Du vert un peu partout »

Ce poème autobiographique est l'un des plus connus de l'auteur. On appelait précisément 龍頭 « tête de dragon » le premier candidat reçu aux concours impériaux. On trouve de même aussi l'expression 占鰲頭(占鼇頭) « s'emparer de la tête de la grande tortue marine », pour désigner le meilleur lauréat aux examens les plus prestigieux ; j'ai adopté une formule évocatrice équivalente pour la traduction.

En Do majeur – Sur l’air d’« Ivres dans une ère de paix »

Il apparaît dans ces deux pièces de Gao Ji un procédé nouveau à l'époque des Yuan qui tend à identifier la situation décrite par le poème avec une représentation picturale. C'est le cas pour Sur l’air d’« Ivres dans une ère de paix », où le dernier vers semble replacer abruptement une scène d'un parfait réalisme apparent dans la fiction d'une peinture.

Tirer l’oie

C'est encore plus vrai pour « Tirer l'oie » où l'auteur multiplie au fil des vers les notations sur les couleurs et les formes, et introduit même des allusions à l'élaboration d'une peinture – préparation et usage des pigments et présence du papier –, cultivant jusqu'au bout la même ambiguïté, ou la même confusion volontaire, entre réalité et représentation.


Bulle
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard