Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Notes et commentaires sur les textes et les auteurs

Biographies sur les écrivains et quelques notes sur les oeuvres

李煜   Lĭ Yù (937 - 978)
王禹偁   Wáng Yŭ Chēng (954 – 1001)
寇準   Kòu Zhŭn (961 – 1023)
林逋   Lín Bū (967-1028)
夏竦   Xià Sŏng (985–1051)
柳永   Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?)
范仲淹   Fàn Zhòng Yān (989 – 1052)
晏殊   Yàn Shū (991 – 1055)
宋祁   Sòng Qí (998 – 1061)
歐陽修   Oū Yáng Xiū (1007 – 1072)
蘇舜欽   Sū Shùn Qīn (1008 – 1048)
李覯   Lĭ Gòu (1009 – 1059)
文同   Wén Tóng (1018–1079)
晏幾道   Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106)
蘇軾   Sū Shì (1037 – 1101)
黃庭堅   Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105)
秦觀   Qín Guān (1049 – 1100)
賀鑄   Hè Zhù (1052 - 1125)
周邦彥   Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121)
時彥   Shí Yàn (vers 1065 – 1107)
毛滂   Máo Páng (1067 – 1120)
朱敦儒   Zhū Dūn Rú (1081 – 1159)
宋徽宗 - 趙佶   Sòng Huī Zōng – Zhào Jí (1082 – 1135)
李綱   Lĭ Gāng (1083 – 1140)
李清照   Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149)
蔡伸   Cāi Shēn (1088 - 1156)
張元幹   Zhāng Yuán Gàn (1091 – vers 1170)
劉子翬   Liú Zĭ Huī (1101– 1147)
岳飛   Yuè Fēi (1103 – 1142)
陸游   Lù Yóu (1125 – 1210)
范成大   Fàn Chéng Dà (1126 – 1193)
楊萬里   Yáng Wàn Lĭ (1127– 1206)
朱熹   Zhū Xī (1130–1200)
朱淑真   Zhū Shū Zhēn (vers 1131)
張孝祥   Zhāng Xiào Xiáng (1132 – 1169)
辛棄疾   Xīn Qì Jí (1140 – 1207)
姜夔   Jiāng Kuí (1152 – 1220)
劉過   Liú Guò (1154–1206 )
戴復古   Dài Fù Gŭ (1167 – ?)
嚴蕊   Yán Ruĭ (vers 1182)
劉克莊   Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269)
元好問   Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257)
葉紹翁   Yè Shào Wēng (vers 1200)
白樸   Bái Pŭ (1226 – après 1306)
文天祥   Wén Tiān Xiáng (1236 – 1283)
張炎   Zhāng Yán (1248 —1320)
馬致遠   Mă Zhì Yuăn (1250 – 1324)
王和卿   Wáng Hé Qīng (vers 1260)
王清惠   Wáng Qīng Huì (~1265 – ~1294)
張養浩  Zhāng Yăng Hào (1270 – 1329)
張可久  Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348)
喬吉   Qiáo Jí (1280 ? -1345)
袁宏道   Yuán Hóng Dào (1568 – 1610)
袁枚   Yuán Méi (1716 – 1798)
林則徐   Lín Zé Xú (1785 – 1850)

La place de la poésie dans la littérature et la civilisation chinoise

Il faut souligner que la poésie a été une composante majeure de la littérature chinoise tout au long de son histoire, et c’est particulièrement le cas des odes 詞 d’époque Song. Par la suite, si d’autres genres littéraires occupèrent le devant de la scène tandis que la poésie chinoise se rapprochait elle-même de la peinture par le truchement du poème paysager, l’activité créatrice des poètes, devenue plus personnelle, ne se ralentit nullement.

C’est pourquoi les textes du recueil peuvent être également être lus du point de vue de l’histoire littéraire pour obtenir un aperçu des œuvres lyriques des périodes tardives, moins connues que celle des textes poétiques des époques antérieures, mais non moins dignes d’intérêt : l’histoire de la poésie dans la littérature chinoise ne s’arrête pas avec les poèmes Tang.

Il va de soi que ces œuvres poétiques sont aussi le reflet des conditions géographiques et climatiques du sous-continent chinois, des conditions historiques et politiques de l’empire et des évènements qui s’y sont déroulés, des conceptions philosophiques et religieuses de l’univers et de la société typiques de la civilisation chinoise ; et, d’une façon générale, de tout ce qui a trait à la culture et aux traditions chinoises.