Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Mèng Hào Rán (689 – 740) :
Aube de printemps

     de                           printanière        pas saisi l’aube. De            s’entendent                                                     et de                                saurait les          

        printemps Dans la torpeur             on n’a                                             chanter les oiseaux.          nuit ce       de vent       pluie…             tombés,                          

Aube                                                                      tous côtés                                  Toute la         bruit                      Les pétales         qui             compter ?

春曉

Chūn

xiăo

春眠不覺曉
Chūn
mián

jué
xiăo
處處聞啼鳥
Chù
chù
wén

niăo
夜來風雨聲

lái
fēng

shēng
花落知多少
Huā
luò
zhī
duō
shăo

孟浩然

Mèng

Hào

Rán

Ce poème figure dans le recueil Quinze poèmes chinois pour les enfants disponible sous format pdf.

A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard