Poésie chinoise - Yuán Méi (1716 – 1798) : Quand j’ai poussé la fenêtre - (matin, montagne, tempête)

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Yuán Méi (1716 – 1798) :
Quand j’ai poussé la fenêtre

           poussé                        le      et          se                         On                la banne ni              montagne       éprise,            est                         la          me souffler    visage.

                  la fenêtre                                    sont succédés, féroces,                               la porte. La          comme         impatiente           Quand j’ai poussé    fenêtre,                       

Quand j’ai                   Cette nuit,    vent    la pluie                               n’a entrouvert                                                                venue                                           au        

推窗

Tuī

chuāng

連宵風雨惡
Lián
xiāo
fēng

è
篷戶不輕開
Péng


qīng
kāi
山似相思久
Shān

xiāng

jiŭ
推窗撲面來
Tuī
chuāng

miàn
lái

袁枚

Yuán

Méi

Ce poème figure dans le recueil Quinze poèmes chinois pour les enfants disponible sous format pdf.

Apprendre les caractères de ce poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard