Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lĭ Yù (937 – 978) :
Sur l’air d’« Au bonheur d’être ensemble »

                                           Sans                             au             l’ouest,              comme                        solitude     les               sterculiers,                            le clair               trouvé             qu’aucune      ne peut         Ce              peut                                                                     n’inflige                        au              

Sur l’air d’«                                   un            je suis                               La      pend       un crochet.         et          sur     ombrelles des              dans l’intimité de    cour          automne                       Ce                                                            le                 la            d’être                                             d’aigreur         du cœur.

              Au bonheur d’être ensemble »         mot, seul,         monté    pavillon de             lune                        Silence                                                                   la                       s’est        cloîtré.              lame         rompre,    dont rien ne      régler    désordre, C’est    souffrance        séparé. Rien d’autre           cette pointe              fond         

相見歡

Xiāng

jiàn

huān

無言獨上西樓

yán

shàng

lóu
月如鉤
Yuè

gōu
寂寞梧桐深院鎖清秋



tóng
shēn
yuàn
suŏ
qīng
qiū
剪不斷
Jiăn

duàn
理還亂

hái
luàn
是離愁
Shì

chóu
別是一番滋味在心頭
Bié
shì

fān

wèi
zài
xīn
tóu

李煜





Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard