Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Comme en songe »

Sur       de         en         La nuit dernière sous pluie           vent                                     dissipé ce reste d’ivresse.                        à la personne qui                                          que    pommier            est       comme              sais-tu         sais-tu                                                        émacié.

             « Comme    songe                               éparse         violent               plomb n’a                                                                          roule     rideaux,               affirme                à              resté       avant.                 Qu’en         ? Il             que le vert    soit épaissi,    rouge        

    l’air                     »                                    et              Un sommeil de           pas                             Je risque une question                         les          Pourtant elle             le           bouquets                        Qu’en         ?                    faudra bien             se               le              

如夢令



mèng

lìng

昨夜雨疏風驟
Zuó


shū
fēng
zhòu
濃睡不消殘酒
Nóng
shuì

xiāo
cán
jiŭ
試問捲簾人
Shì
wèn
juăn
lián
rén
卻道海棠依舊
Què
dào
hăi
táng

jiù
知否知否
Zhī
fŏu
Zhī
fŏu
應是綠肥紅瘦
Yīng
shì

féi
hóng
shòu

李清照



Qīng

Zhào

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard