Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air d’« Un chant du Sud »

          d’«          du Sud »    plein         rivière d’astres tournoie, Chez     humains                     tombe                                      l’oreiller que                    larmes ont baignés, Levée,          ma chemise de       je            demander :               cette        Marquetés         les                   s’amoindrissent, Incrustées d’or     feuilles des           se                      d’autrefois     habits              Mais ces                                plus        qui peuplaient          d’autrefois  

Sur           Un                En       ciel                                                l’écran des rideaux       droit. Le froid          la                             coulées    mes                            dénouant               soie,                          qu’est-ce           nuit             de jade                 lotus                                                   nénuphars    raréfient.                                  d’autrefois,          pensées-là                          celles                le foyer              

    l’air        chant                        la                                 les                                                   naît sur    natte et                les         de                                                                reste à me                      que            ?                       capsules de                                        les                                      En saison             les                                         en mon cœur ne sont                                                 !

南歌子

Nán





天上星河轉
Tiān
shàng
xīng

zhuăn
人間簾幕垂
Rén
jiān
lián

chuí
涼生枕簟淚痕滋
Liáng
shēng
zhĕn
diàn
lèi
hén

起解羅衣聊問夜何其

jiĕ
luó

liáo
wèn



翠貼蓮蓬小
Cuì
tiē
lián
péng
xiăo
金銷藕葉稀
Jīn
xiāo
ŏu


舊時天氣舊時衣
Jiù
shí
tiān

jiù
shí

只有情懷不似舊家時
Zhĭ
yŏu
qíng
huái


jiù
jiā
shí

李清照



Qīng

Zhào

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard