Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

          de «                                           de                 aux fenêtres    printemps         profond,                                                      l’étage    pavillon             je pince la                    Des vallées lointaines                                   un                   Le      avec         s’amuse            la pluie    vaporeuse obscurité,                       vont                     saurait les             

Sur                     sable du torrent        l’espace    la        cour,              le           se                   doubles             déroulés, cloître d’ombre, À                                                                                                  les         qui hâtent          crépuscule,                                souffler          en                      Les fleurs du poirier           quitter,                   en          

    l’air      Laver le                  » Dans                petite                                    fait          Les         stores sont                                      du          sans parler             précieuse cithare.                        surgissent     sommets               terne                vent      finesse         à                                                                      nous          on ne                empêcher.

浣溪沙

Huàn



shā

小院閒窗春己深
Xiăo
yuàn
jiàn
chuāng
chūn

shēn
重簾未捲影沈沈
Chóng
lián
wèi
juăn
yĭng
tán
tán
倚樓無語理瑤琴

lóu



yáo
qín
遠岫出山催薄暮
Yuăn
xiù
chū
shān
cuī
báo

細風吹雨弄輕陰

fēng
chuī

nòng
qīng
yīn
梨花欲謝恐難禁

huā

xiè
kŏng
nán
jìn

李清照



Qīng

Zhào

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard