Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) :
Sur l’air d’« Un bodhisattva d’ailleurs »

    l’air                                    vent est                         le                    l’aurore,                             première                est        Sortie            je sens            frais, Les        de prunier                                                le pays          Je l’ai oublié, sauf au      de l’ivresse. En ces                                                                           ne                

Sur       d’«                             Le          doux, le        étiolé,              encore à           En       et                                                           du sommeil         qu’il                                     mes tempes      flétries.    retrouverais-je         ancien ?                         fond                      vapeurs quand je                            L’encens se dissipe, l’alcool    se         pas.

              Un bodhisattva d’ailleurs »                      soleil            printemps                       veste    tunique pour la          fois, l’humeur     bonne.                                 fait            fleurs            à            sont           Où                                                                                                     m’allonge près du brûloir,                                     dissipe     

菩薩蠻





mán

風柔日薄春猶早
Fēng
róu


chūn
yóu
zăo
夾衫乍著心情好
Jiá
shān
zhà
zhuó
xīn
qíng
hăo
睡起覺微寒
Shuì

jué
wēi
hán
梅花鬢上殘
Méi
huā
bìn
shàng
cán
故鄉何處是

xiāng

chù
shì
忘了除非醉
Wàng
liăo
chú
fēi
zuì
沈水臥時燒
Chén
shuĭ

shí
shāo
香消酒未消
Xiāng
xiāo
jiŭ
wèi
xiāo

李清照



Qīng

Zhào

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard