content-type: text/html Les poèmes chinois trouvés dns l'anthologie Vent du Soir pour larmes
Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

60 poèmes chinois trouvés dans l'anthologie pour « larmes »

Chén Zǐ Áng (661 – 702) - Complainte du haut du promontoire du Pays Perdu

Seul, sisi navré queque mes larmes coulent. (...)

Xià Sŏng (985–1051) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Je retiensretiens dans mesmes yeux noyésnoyés des larmes queque je n’osen’ose laisser couler. (...)

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air de « Tintements d’une pluie sans fin »

On sese serre lesles mains, onon se regarderegarde les larmes auxaux yeux, (...)

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air d’« Une musique de minuit »

Je fixe,fixe, les larmes auxaux yeux, tanttant incertaine lala route dede la CapitaleCapitale sacrée, (...)

Fàn Zhòng Yān (989 – 1052) - Sur l’air d’« En marche sur la Voie Impériale »

Qu’il s’ests’est déjà changéchangé en larmes. (...)

Fàn Zhòng Yān (989 – 1052) - Sur l’air de « L’éveil derrière le rideau »

Se changechange en cesces larmes queque versent lesles amants. (...)

Fàn Zhòng Yān (989 – 1052) - Sur l’air de « L’orgueil d’un pêcheur »

Pour lele général auxaux cheveux blanchis,blanchis, pour lele soldat exiléexilé en larmes. (...)

Yàn Shū (991 – 1055) - Sur l’air de « Les saules du belvédère »

À cetcet air-là auxaux banquets coulaientcoulaient ces larmes (...)

Sòng Qí (998 – 1061) - Ci-gisent les fleurs

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Les larmes auxaux yeux, j’interpellej’interpelle les fleurs,fleurs, les fleursfleurs ne répondentrépondent pas, (...)

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »

Tant dede larmes sursur mon fard, (...)

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Les larmes auxaux yeux àà l’étage dudu pavillon tanttant de foisfois pour parlerparler tout seul, (...)

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Dans lele froid nocturnenocturne en vainvain pour moimoi laisse tombertomber des larmes. (...)

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

N’allons paspas sur dudu papier fleurifleuri répandre desdes traînées dede larmes. (...)

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « Pensée pour quelqu’un au loin »

Mes larmes toquenttoquent sans finfin contre lala fenêtre, dégouttent (...)

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « L’enfant de la cité du fleuve »

Ne restentrestent plus iciici que centcent coulées dede larmes. (...)

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Complainte du dragon des eaux »

Gouttes àà gouttes cece sont bienbien les larmes dede la délaissée. (...)

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Félicitations au nouveau marié »

Ensemble fardfard et larmes enen deux couléescoulées susurrent. (...)

Qín Guān (1049 – 1100) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Des larmes nouvellesnouvelles les tracestraces se glissentglissent entre lesles larmes anciennes. (...)

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Sur l’air de « Le prince de la colline aux orchidées »

Comme sisi c’était unun rêve où mes larmes enen secret couleraient.couleraient. (...)

Shí Yàn ( vers 1065 – 1107) - Sur l’air de « Boire aux portes d’azur »

La glaceglace vient congelercongeler les larmes dede la bougie,bougie, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Une fleur de magnolia » (version courte)

Trempé dede larmes délicatementdélicatement parsemées, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Les larmes mouillentmouillent ma roberobe de soiesoie fine sursur la poudrepoudre du fardfard répandue, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un bodhisattva d’ailleurs »

Mes larmes ontont taché dede fard lala mousseline dede ma robe, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « La croissance d’un coing »

Les larmes déverséesdéversées au creuxcreux de monmon chagrin sese tarissent. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Les flots rincent le sable »

Que subsistentsubsistent sur lesles pans dede ma roberobe de soiesoie des larmes d’avant-hier, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - « Sur un air paisible et tranquille »

J’en obtenaisobtenais répandues sursur mes vêtementsvêtements des larmes limpides. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « De nombreuses beautés »

Telles desdes larmes répandues,répandues, cet éventailéventail de soiesoie où s’inscrivents’inscrivent des vers. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un chant du Sud »

Le froidfroid naît sursur la nattenatte et l’oreillerl’oreiller que lesles coulées dede mes larmes ontont baignés, (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) -

Entraînent encoreencore la chutechute de millemille filets dede larmes. (...)
Mots-clés :: li-qingzhao solitudesolitude larmes

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Les larmes ontont fait coulercouler le restereste de monmon fard, lala fleur d’ord’or qui parepare mes tempestempes pèse. (...)

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le printemps aux Tombeaux-des-Braves »

Je voudraisvoudrais parler, maismais les larmes coulentcoulent en premier. (...)

Liú Yī Zhĭ (1094 – 1160) - Sur l’air de « Dans la joie le loriot a déplacé son nid »

Des tracestraces de larmes fontfont un rubanruban de givregivre à peinepeine solidifié, (...)

Lù Yóu (1125 – 1210) - La lune aux Monts des Passes

En tanttant d’endroits cettecette veillée aa laissé lala trace desdes larmes versées.versées. (...)

Lù Yóu (1125 – 1210) - Le jardin Shen (Deux poèmes)

Ne laissantlaissant pour vestigevestige qu’une couléecoulée de larmes. (...)

Lù Yóu (1125 – 1210) - Sur l’air de « Publier le fond d’un cœur »

Mes larmes enen vain s’écoulent. (...)

Zhāng Xiào Xiáng (1132 – 1169) - « Ballade chantée des Six Provinces »

En larmes sese déverse commecomme torrents. (...)

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

Parmi lesquelslesquels combien dede passants aurontauront mêlé leursleurs larmes ! (...)

Yuán Hăo Wèn (1190 – 1257) - Lors d’une nuit passée au Monastère du Nord de l’Empyrée Divin,

Je laisselaisse ma mainmain inscrire desdes vers d’uned’une seule couléecoulée de larmes. (...)

Bái Pŭ (1226 – après 1306) - Double ton – Sur l’air de « L’écoute du cheval arrêté »

Les larmes ontont noyé lala pupille, (...)

Liú Chén Wēng (1232 – 1297) - Sur l’air de « Joie perpétuelle de la rencontre »

les larmes m’enm’en coulèrent. (...)

Wáng Yí Sūn (1240 ? – 1289 ?) - Sur l’air de « Une musique à la hauteur du ciel »

Des géniesgénies de cuivrecuivre comme baignésbaignés de larmes dede plomb (...)

Zhāng Yán (1248 —1320) - Sur l’air de « Flûte traversière sous la lune »

Il restereste que lele chagrin redoubléredoublé de lala Région d’Ouestd’Ouest me faitfait verser desdes larmes, (...)

Wáng Qīng Huì (~1265 – ~1294) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Tant dede larmes sursur le sangsang de mama robe. (...)

Guàn Yún Shí (1286 – 1324) - Douleur des adieux

Les arbresarbres de jadejade droits dressésdressés se teintentteintent de larmes rouges. (...)
La BelleBelle en larmes auau pavillon renonçarenonça au héros, (...)

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Sur l’air de « Complainte du dragon des eaux »

Dont lesles larmes toquenttoquent un peupeu partout, (...)

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Au mont sud est un oiseau

Je vousvous offrirai cesces perles brillantes,brillantes, le flotflot de mesmes larmes (...)

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Deux nénuphars au froid des vagues de jade

Le visagevisage en larmes onon quitte l’automnel’automne à l’intensel’intense violet sanguin. (...)

Xiè Zhēn (1495 – 1575) - Pensée pour mon frère cadet un jour d’automne

Nostalgie dudu jardin ancienancien si loin,loin, j’essuie enen pleurs mesmes larmes, (...)

Yuán Hóng Dào (1568 – 1610) - Aux convives rassemblés au Temple des Prodiges Révélés

De «« fleurs desdes champs »» ils sese couvrent lesles yeux, leurleur alcool estest trempé dede larmes, (...)
Le cœurcœur déchiré auxaux larmes d’und’un jeune hommehomme de l’Adret-sur-la-Luo. (...)

Chén Zĭ Lóng (1608 – 1647) - Cette nuit d’octobre

Mes larmes dudu fleuve WuWu grossissent lele cours d’automned’automne tombées auau fond. (...)
Mots-clés :: tristesse larmes solitude

Qū Dà Jūn (1630 – 1696) - Devant les fleurs

Déjà sontsont venues lesles larmes, brillantesbrillantes comme lala rosée blancheblanche : (...)
Mots-clés :: tristesse larmes lune

Qū Dà Jūn (1630 – 1696) - Composé en Pure Clarté,

Les pétalespétales tombés portentportent les larmes queque la tempêtetempête causa, (...)

Xià Wán Chún (1631 – 1647) - En quittant le pays des nuages

Infini desdes fleuves etet des monts,monts, libre courscours à mesmes larmes, (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - « Sur un air limpide et tranquille »

Pour nene pas laisserlaisser les larmes coulercouler aux héros. (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Les larmes dede notre amour. (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Les chroniques du fleuve »

Sans parolesparoles sous lele ciel voilévoilé dégoutteront desdes larmes rouges (...)

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

Combien dede larmes vontvont couler ! (...)

Zhèng Xiè (1693 –1765) - « En souvenir d’une charmante suivante »

Devant lele verre lesles larmes dede la séparation. (...)

Cáo Xuĕ Qín (1716 ? – 1763 ?) - Complaintes des fèves rouges

S’épancher sanssans tarir :: ce sontsont d’un amouramour mutuel lesles larmes dede sang quiqui jaillissent enen fèves rougesrouges ; (...)