Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Yè Shào Wēng (vers 1200) :
Une visite manquée au jardin

                             Sans       on a craint     mes pas    marquent                                  porte          longtemps,              s’ouvrît.           du                      le                rester                                                   murs.

Une                   jardin                                                la mousse verte, Je         à                                                                  printemps qui                     peut        enclose,                              échappé des      

    visite manquée au             doute             que         ne                              toquais   la       rustique            sans qu’elle           La beauté                  emplit    jardin ne                      Un rameau d’abricotier s’est                  

遊園不值

Yóu

yuán



zhí

應憐屐齒印蒼苔
Yīng
lián

chĭ
yìn
cāng
tái
小扣柴扉久不開
Xiăo
kòu
chái
fēi
jiŭ

kāi
春色滿園關不住
Chūn

măn
yuán
guān

zhù
一枝紅杏出牆來

zhī
hóng
xìng
chū
qiáng
lái

葉紹翁



Shào

Wēng

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard