Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Poèmes trouvés pour « fleuve »

Résultats de « fleuve »

Lĭ Yù (937 - 978) - Sur l’air de « La Belle de Yu »

Que ce que tout un fleuve charrie vers l’est d’eaux printanières ?

Wáng Yŭ Chēng (954 – 1001) - Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres »

Du Sud du fleuve, comme aux temps anciens, on célèbre les élégantes beautés.

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air d’« Une musique de minuit »

Mue d’allégresse qui s’éloigne des berges du fleuve,
Mots-clés : voyage paysage fleuve

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) - Sur l’air de « Dérobé sous un rideau de plumes »

Après la pluie, au fleuve et au ciel l’aurore.

Méi Yáo Chén (1002 – 1060) - En offrande pour le chat

Je le raccompagne au milieu du fleuve,

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

En rêve, je m’enfonçais au sud du Fleuve dans une allée d’eau vaporeuse,
Je marchais jusqu’au bout, au sud du Fleuve,

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Souvenir d’une gracieuse enfant »

Le grand fleuve vers l’est s’en va,
Ce fleuve, ces montagnes semblent une peinture,
Et n’y rend qu’un cratère consacré à la lune sur le fleuve.

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « L’enfant de la cité du fleuve »

Sur l’air de « L’enfant de la cité du fleuve »

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »
Appuyé sur un bâton, à l’écoute de la rumeur du fleuve,
Et au fleuve, à la mer, confier le reste de son existence !
Mots-clés : nuit méditation fleuve su-dongpo

Lĭ Zhī Yí (1038 - 1117) - Sur l’air d’« Un maître en divination »

Ma demeure au départ du Long Fleuve,
Votre demeure au terme du Long Fleuve,
Tous deux à boire l’eau du Long Fleuve.
Mots-clés : fleuve amour lointain

Shū Dăn (1041 – 1103) - Sur l’air de « La Belle de Yu »

Envoyez-moi du sud du fleuve ce charme d’un printemps, un rameau de prunier.

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) - Sur l’air de « Pour apaiser le vent et les vagues »

Auprès des Portes-des-Âmes, devant le Fleuve de Shu.

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) - Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

Aucun répand des versets à combler le midi du Fleuve.
Mots-clés : voyage fleuve nature

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Défait et attristé, le voyageur du sud du Fleuve si las

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Sur l’air d’« Au froid d’une fenêtre verrouillée »

Il semble qu’auprès du fleuve de Chu en sorgue je gîte.

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Sur l’air de « Les lotus loin des rives »

Me voici bien encore sur la rive sud du Fleuve.

Máo Páng (1067 – 1120) - Sur l'air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l'air de « Le génie des bords du fleuve »
Qui rencontrera au Sud du Fleuve le voyageur amaigri et triste

Yè Mèng Dé (1077 – 1148) - Sur l’air de « Félicitations au nouveau marié »

Au Sud du Fleuve mon rêve cesse au travers des îlots du fleuve,

Lĭ Gāng (1083 – 1140) - Sur l’air de « Six odes infimes »

Par le Long Fleuve sur cent lieues
Du fleuve une masse forestière aurait surgi.
Seul se dresse le vieux pêcheur sur un plein fleuve de neige.
Mots-clés : fleuve histoire résolution

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Inopportune et capricieuse »

De mon pavillon sur le fleuve, de ma résidence de Chu,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « La croissance d’un coing »

Je redoute de lire un courrier du Sud du Fleuve.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Les flots rincent le sable »

Sur tout un fleuve de flots printaniers, entre ivresse et lucidité,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Je m’étais appliquée à les planter, près du fleuve les pruniers embellissent,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »
et l’ai rendu en musique avec le classique « Génie au bord du fleuve ».

Lĭ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sans titre

Qui ne consentit pas à gagner l’Est du Fleuve.

Chén Yŭ Yì (1090 – 1138) - Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Sur l’air de « Le génie des bords du fleuve »

Liú Zĭ Huī (1101– 1147) - Sur le Fleuve

Sur le Fleuve
Sur le fleuve à marée haute les vagues s’étendent au ciel,
De l’autre côté du fleuve, dans les arbres glacés le soir, monte le brouillard.
Mots-clés : fleuve vent brouillard

Yuè Fēi (1103 – 1142) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Yuè Fēi (1103 – 1142) - Sur l'air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l'air de « Tout un fleuve de rouge »
D’un coup d’éperons droit à travers les eaux claires du Fleuve et de la Luo,

Fàn Chéng Dà (1126 – 1193) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Les pays du Fleuve sont très froids, les travaux des champs tardifs.
Mots-clés : croisière fleuve paysage

Zhū Xī (1130–1200) - Dans l’estuaire vogue le navire

Plein fleuve de vent et de vagues : à la nuit qu’y faire ?

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

Sur la terrasse de Solitude Mélancolique, les flots du fleuve limpide,
Le soir du fleuve, voici qu’il vient me désoler,
Mots-clés : invasion fleuve tristesse

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - « Sur un air limpide et tranquille »

Toute ma vie du Nord des Passes au Sud du Fleuve,

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air d’« Un fils du Midi »

Inépuisables dans le Long Fleuve à grands flots s’écoulent.

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

Mots-clés : voyage fleuve printemps

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Sur l’air d’« Une plainte depuis la galerie » (lento)

Aujourd’hui je les vois ballotés jusqu’à tomber, froide tristesse, dans la profondeur du fleuve.
Mots-clés : fleuve soir séparation

Jiāng Kuí (1152—1220) - Sur l’air d’« En souvenir d’un petit-fils de roi »

Flétries et dispersées au Sud du Fleuve contre leur gré.

Jiāng Kuí (1152—1220) - « Yangzhou lento »

Depuis qu’on épia les chevaux tartares qui passaient sur le fleuve,

Liú Chén Wēng (1232 – 1297) - Sur l’air de « Joie perpétuelle de la rencontre »

Au sud du Fleuve nulle issue,

Wén Tiān Xiáng (1236 – 1283) - Sur l'air de « Libation pour la lune sur le fleuve »

Sur l'air de « Libation pour la lune sur le fleuve »

Chén Fú (1240 – 1303) - Décor de neige sur le fleuve

Décor de neige sur le fleuve
Mots-clés : fleuve neige pêcheur

Jiăng Jié (1245 ? – 1301 ?) - Sur l'air de « La Belle de Yu »

Le fleuve immense et les nuages bas espaçaient les oies sauvages qui vitupéraient le vent d’ouest.

Zhāng Yán (1248 —1320) - Sur l’air de « Délivrer des chaînes »

Sur l’espace du fleuve de Chu le soir,

Liú Yīn (1249 – 1293) - Ballade des oies blanches

Le vent du Nord s’est levé une deuxième fois : il a mis le fleuve à sec.

Liú Yīn (1249 – 1293) - Soir lunaire dans la montagne

Dans l’alcool répandu le reflet du fleuve d’étoiles vacille.

Liú Yīn (1249 – 1293) - À la vue d’un prunier une pensée m’est venue

Mais je crains qu’au Sud du fleuve l’espoir d’un printemps ne s’éteigne,

Zhào Mèng Fŭ (1254 – 1322) - Chronique d’un voyage ancien

C’était en mars ; au sud du fleuve les volées de loriots s’égaillent,
Mots-clés : voyage fleuve crépuscule

Fàn Hēng (1272 – 1330) - En quittant Les-Peupleraies

Sur le fleuve tout en brumes, la pluie fait pencher les bannières des estaminets.
Mots-clés : voyage fleuve pluie

Yú Jí (1272 – 1348) - Assis seul dans la cour

Dans les montagnes, sur le fleuve, je serai toujours amoureux.

Jiē Xī Sī (1274 – 1344) - Une barque s’en retourne

Mots-clés : retour solitude fleuve

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - La Dame de pierre

Comme en suspens, solitude dressée vers le rivage du fleuve,

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - Mélodie des lotus

Sur le fleuve d’automne loin, loin, flotte des lotus l’effluence,
Sur le fleuve d’automne pour la jeune fille un cœur va se briser.
Mots-clés : fleuve lotus amour

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Liú Jī (1311 – 1375) - Inscrit sur le relais de poste de la Rivières-des-Sables

Au soleil du soir un plein fleuve de feuilles rouges resplendit.

Yuán Kăi (1316 – … ?) - Assis en une nuit d’exil

Des feuilles qui tombent sifflements tristes le long des flots du fleuve,
Mots-clés : nuit exil fleuve

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - À la recherche du Seigneur de Hu Yin

Dans le vent du printemps sur ce fleuve cheminant

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Pruniers en fleurs

Quel est celui qui au sud du fleuve partout vous implanta ?

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Une chanson des Han pour harpe

Vous voici traverser le fleuve, mais qu’y faire ?
Vous voici traverser le fleuve des enfers !
Mots-clés : traversée fleuve humour

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Un jour de printemps, souvenir sur le fleuve

Un jour de printemps, souvenir sur le fleuve

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Retour en soirée sur le fleuve

Retour en soirée sur le fleuve
Tout un fleuve de couleurs d’automne resplendit de l’éclat des nuées rouges.
Mots-clés : automne fleuve

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Nuit fraîche

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - J’entends les oies sauvages

Au froid du fleuve par une nuit sans lune,

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Deux nénuphars au froid des vagues de jade

Un plein fleuve de jade brouillasseux verse un parfum ancien,

Lĭ Dōng Yáng (1447 – 1516) - Randonnée au temple du pied du Pic Sacré

Des cimes escarpées, la vue d’en haut domine le fleuve de Chu à sec,

Wén Zhēng Míng (1470 – 1559) - Le lac de pierre

Comme avant, la lune d’automne s’abîme dans les rides du fleuve,

Lĭ Mèng Yáng (1473 – 1530) - Vision d’automne

Les ondes du Fleuve Jaune ceinturent les murs des palais des Han,
Au dessus du fleuve dans la brise d’automne, les oies sauvages passent et repassent.

Hé Jĭng Míng (1483 – 1521) - Ode sur le fleuve d’automne

Ode sur le fleuve d’automne
La Belle dressée au milieu du fleuve passe comme l’onde.
Le crépuscule trempe de pluie voiles et mats de la jonque sur le fleuve,
Le soir enveloppe de lumière rideaux et croisées du manoir sur le fleuve.
Comme si l’on avait teinté en blanc le fleuve et lessivé la lune,
Mots-clés : fleuve automne soir

Tāng Xiăn Zŭ (1550 – 1616) - Nuitée sur le fleuve

Nuitée sur le fleuve
Calme prolongé du fleuve d’automne où les feux des pêcheurs s’éparpillent,
Mots-clés : nuit calme fleuve

Yuán Hóng Dào (1568 – 1610) - Ballade chantée à la rame

Au mois d’octobre, quand le Fleuve Bleu rince ses eaux,
Allez au fond du fleuve attraper le poisson !
Passant le fleuve pour revenir aux lacs.
Mots-clés : chanson femme fleuve

Chén Zĭ Lóng (1608 – 1647) - Cette nuit d’octobre

Mes larmes du fleuve Wu grossissent le cours d’automne tombées au fond.

Gù Yán Wŭ (1619 – 1682) - Chanson sous les passes

Longtemps inspirent du Pays au Sud du Fleuve le rêveur.

Zhū Yí Zūn (1629 – 1709) - Sous le palais d’osmanthe en automne

En songeant au passé, on traverse le fleuve.

Chá Shèn Xíng (1650 – 1727) - Par une nuit glaciale, une halte au mont Pan Min – Sur la rime initiale

Qui sait en octobre d’où monte le froid sur le fleuve ?
En un rêve où je rentre chez moi, je contourne lacs et fleuve immenses,

Chá Shèn Xíng (1650 – 1727) - Sur une barque de nuit pour décrire ce qu’on voit

Le disperse pour faire naître un plein fleuve d’étoiles.
Mots-clés : tableau nocturne fleuve

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Comme en songe »

Revenu du rêve, loin du Fleuve des Loups,
Pourtant par le bruit du fleuve agité broyé.
Mots-clés : nuit fleuve frontières

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Les chroniques du fleuve »

Sur l’air de « Les chroniques du fleuve »

Zhèng Xiè (1693 –1765) - Sur l’air d’« En souvenir d’une charmante suivante »

Tout un fleuve de brouillard et de pluie,
Le fleuve coule impétueux et rapide,
Mots-clés : fleuve histoire solitude

Zhèng Xiè (1693 –1765) - « En souvenir d’une charmante suivante »

Sur le fleuve les voiles du voyage,

Yuán Méi (1716 – 1798) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Yuán Méi (1716 – 1798) - Aux Canaux des Sables

Confus et flou le Fleuve Jaune surgit au milieu des arbres.

Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard