Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Jiăng Shì Quán (1725 – 1785) :
Écrit sur une peinture

                                          montagnes                                   sous                   qu’on vient embuer                                         mirer son chignon           En                                                            Le                      les nuages comme                                       et       

Écrit         peinture                                  temps                              la           même                    d’haleine la limpidité du miroir pour                                     monde,                                         au flou,         comme                            véhicule, conviennent bien pour aller    venir.

      sur une          Ne pas peindre les           par       clair, mais les peindre         pluie, De                                                               y                   vaporeux.    ce        les dix mille apparences s’assortissent             vent       coursier,                                                                 

題畫



huà

不寫晴山寫雨山

xiĕ
qíng
shān
xiĕ

shān
似呵明鏡照煙鬟


míng
jìng
zhào
yān
huán
人間萬象模糊好
Rén
jiān
wàn
xiàng


hăo
風馬雲車便往還
Fēng

yún
chē
biàn
wăng
huán

蔣士銓

Jiăng

Shì

Quán

Apprendre les caractères de ce poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2017 - Bertrand Goujard