Poème calligraphié par l'empereur Huizong

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive : Vent du Soir

Poèmes chinois

Voir la notice biographique du poète et d'éventuelles notes sur le poème

Lù Yóu (1125 – 1210) :
Sur l’air de « Publier le fond d’un cœur »

                         d’ici                       d’honneur,          pour                                       Pont.         et          dans                   sont passés. La                                                                                        tempes sont déjà touchées     l’automne,                                De                                                           Monts Célestes,                                            

Autrefois                      je voulais                         cheval      garder la frontière                du       Défilés                  le      d’un rêve                 poussière   terni                   de martre. Les Barbares               balayés,                                              Mes                s’écoulent.    cette     qui          juger   Mon     est        sur les                     corps          dans la          d’Azur.

          à mille lieues                  me couvrir            À                                 de la Province                     rivières         bris                                     a       mon vieux manteau                         n’ont pas été          Mes                           par                larmes en vain                      vie     pourrait       ?     âme     restée                         Mon       vieillit         Province        

訴衷情



zhōng

qíng
當年萬里覓封侯
Dāng
nián
wàn


fēng
hóu
匹馬戍梁州


shù
liáng
zhōu
關河夢斷何處
Guān

mèng
duàn

chù
塵暗舊貂裘
Chén
àn
jiù
diāo
qiú
胡未滅

wèi
miè
鬢先秋
Bìn
xiān
qiū
淚空流
Lèi
kōng
liú
此生誰料

shēng
shuí
liào
心在天山
Xīn
zài
tiān
shān
身老滄洲
Shēn
lăo
cāng
zhōu
陸游



Yóu

Afficher le pinyin Masquer le pinyin