Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) :
Sur l’air d’« Un chant du Sud »

              Un       du          phénix                              d’or,           ciselé                   jade,    est venu sous              elle     tient           et sourit,      savoir                       sourcils                 dans       du temps. Longuement    pinceau,                               commence                       pour s’exercer,                                                                                          s’aimaient                  »

Sur l’air        chant    Sud » Un        pour chignon avec     rubans                        sur                     Il               sa         :                les mains                                       de                         bien      l’air                      au                  tout contre lui, Elle          par copier                                 souci de                       arrêté,                                 Deux                    d’amour tendre ?  

          d’«                                               des              Un dragon            son peigne de                           fenêtre        lui                            Veut        si l’épaisseur    ses          peints est                                                  blottie                                           des fleurs                 Sans          l’ouvrage de broderie         Souriant : « Comment écrit-on :      canards                              

南歌子

Nán





鳳髻金泥帶
Fèng

jīn

dài
龍紋玉掌梳
Lóng
wèn

zhăng
shū
走來窗下笑相扶
Zŏu
lái
chuāng
xià
xiào
xiāng

愛道畫眉深淺入時無

dào
huà
méi
shēn
qiăn

shí

弄筆偎人久
Nòng

wēi
rén
jiŭ
描花試手初
Miáo
huā
shì
shŏu
chū
等閒妨了繡功夫
Dĕng
xián
fáng
liăo
xiù
gōng

笑問雙鴛鴦字怎生書
Xiào
wèn
shuāng
yuān
yāng

zĕn
shēng
shū

歐陽修



Yáng

Xiū

Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard