Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Poèmes trouvés pour « chagrin »

Résultats de « chagrin »

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air de « Les flots baignent le sable » (lento)

Tout à coup se commue en chagrin et affliction.

Zhāng Xiān (990 – 1078) - Sur l’air d’« Une immortelle céleste »

De l’ivresse du midi je suis sorti, du chagrin je ne suis pas sorti.

Zhāng Xiān (990 – 1078) - Sur l’air d’« Une gerbe de fleurs »

Le chagrin d’être séparé, le voici qu’il chahute par milliers les filaments des saules,

Yàn Shū (991 – 1055) - Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »

Il y eut ce chagrin dans mes rêves, l’ivresse, et au réveil

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Mots-clés : ville printemps chagrin

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Confusion d’un chagrin printanier soulevé comme les chatons des saules,
Mots-clés : départ séparation chagrin

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Complainte du dragon des eaux »

Mots-clés : chagrin voyage eloignement

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) - Sur l’air de « Marcher sur un tapis de souchets »

Qín Guān (1049 – 1100) - Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

Sans termes les filets d’une pluie fine telle mon chagrin,
Mots-clés : aube pluie chagrin

Zhōu Bāng Yàn (1056 – 1121) - Sur l’air de « Le prince de la colline aux orchidées »

Ce chagrin est flèche acérée qui transperce,

Máo Páng (1067 – 1120) - Sur l'air de « Le génie des bords du fleuve »

En extrême chagrin qui erre atone dans la poussière parfumée ?

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Haïr le rejeton d’un prince »

Le chagrin étouffe, l’alcool contrarie,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « La croissance d’un coing »

Les larmes déversées au creux de mon chagrin se tarissent.
Mots-clés : li-qingzhao attente chagrin

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le printemps au pavillon de jade »

Sa mélancolie a délabré la balustrade et son chagrin ne peut plus s’y appuyer.
Mots-clés : li-qingzhao floraison chagrin

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Une touche de rouge aux lèvres »

Un pouce de cœur tendre pour mille fibrilles de chagrin.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « De nombreuses beautés »

Tel du chagrin coagulé, cet amas d’étoiles laissé en gage,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Coupée d’un prunier »

Entre deux lieux distincts s’interpose notre chagrin.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Porteur d’encens »

Chez les humains et dans le ciel, c’est le même chagrin qui s’intensifie.
Mots-clés : li-qingzhao chagrin séparation

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Porteur d’encens »

Au sortir de l’ivresse, tout ce passé me noue le ventre de chagrin.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Seule, étreignant le chagrin qui m’offusque, sans beaux rêves,
Mots-clés : li-qingzhao printemps chagrin

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Le printemps aux Tombeaux-des-Braves »

Ne puisse emporter autant de chagrin.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Cueillir des mûres » (version longue)

Le chagrin meurtrit la femme du Nord,

Zhāng Yuán Gàn (1091 – vers 1170) - Sur l’air de « La contrée des roches » (lento)

La voici revenue, la saison du chagrin.
Mots-clés : paysage chagrin attente

Yuè Fēi (1103 – 1142) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Qu’en vain le chagrin nous ait mutilés.

Lù Yóu (1125 – 1210) - Sur l’air d’« Un maître en divination »

Voici déjà le crépuscule, et seul à son chagrin

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air de « Le printemps au palais des Han »

Si distinct ce chagrin ininterrompu,
Mots-clés : vieillesse chagrin invasion

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Des oiseaux blancs sans voix s’immobilisent tout à leur chagrin.

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Sur l’air d’« Une plainte depuis la galerie » (lento)

Pour, à grand peine, trancher du chagrin de la séparation les mille brins.

Jiāng Kuí (1152 – 1220) - Complainte du pavillon aux martins-pêcheurs

À brandir mon verre pour conjurer et dépurer le chagrin,

Liú Kè Zhuāng (1187 – 1269) - Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

Soupirant, le cœur gros, je me laisse aller au chagrin.

Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?) - Sur l’air de « Le vent s’engouffre dans les pins »

Le chagrin a couvert d’herbes folles l’épitaphe des fleurs.

Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?) - Sur l’air d’« En vain tant de décrets »

D’où composa-t-on « chagrin » ?
Mots-clés : chagrin soirée absence

Liú Chén Wēng (1232 – 1297) - Sur l’air de « Joie perpétuelle de la rencontre »

il le dépasse par l’âpreté du chagrin.
La ville qu’emplissent vent et pluie comme du chagrin ?

Jiăng Jié (1245 ? – 1301 ?) - Sur l'air de « La Belle de Yu »

À chagrin et joie, séparation ou union, je n’attache plus d’émoi ;

Zhāng Yán (1248 —1320) - Sur l’air de « Flûte traversière sous la lune »

Il reste que le chagrin redoublé de la Région d’Ouest me fait verser des larmes,

Zhāng Yán (1248 —1320) - Sur l’air de « La terrasse du Haut Soleil »

On m’a parlé d’un nouveau chagrin
Mots-clés : printemps voyage chagrin

Liú Jī (1311 – 1375) - Ce qu’inspire le voyage (I)

Quand le chagrin survient, manque l’harmonie aux tons,

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Au mont sud est un oiseau

Enfin serrant mon noir chagrin je trouve refuge au versant des monts.
Mots-clés : chagrin amour chanson

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Les divinités des rivières et des fleuves »

Mots-clés : nuit séparation chagrin

Yuán Méi (1716 – 1798) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Mots-clés : chagrin d'amour

Cáo Xuĕ Qín (1716 ? – 1763 ?) - Complaintes des fèves rouges

Oublier sans pouvoir oublier : c’est le chagrin nouveau qui s’ajoute au chagrin ancien ;
Mots-clés : amour chagrin mélancolie

Huáng Jĭng Rén (1749 – 1783) - La vingtième nuit

Cet alcool fade et clair comme l’eau à mon chagrin n’oppose nulle résistance,
Mots-clés : nuit voyage chagrin

Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard