Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Poèmes trouvés pour « automne »

Résultats de « automne »

Lĭ Yù (937 – 978) - Sur l’air d’« Au bonheur d’être ensemble »

dans l’intimité de la cour le clair automne s’est trouvé cloîtré.

Lĭ Yù (937 - 978) - Sur l’air de « La Belle de Yu »

Floraisons de printemps et lunaisons d’automne, quand finiront-elles ?

Lín Bū (967-1028) - Une nuit au Palais des Grottes Célestes

D’automne les collines qu’on ne peut épuiser,
D’automne les rêveries aussi qui n’en finissent pas.
Mots-clés : nuit automne rêverie

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air de « Tintements d’une pluie sans fin »

Liŭ Yŏng (987 ? – 1053 ?) - Sur l’air d’« Un voyage de jeunesse »

Vent d’automne par dessus la plaine,

Fàn Zhòng Yān (989 – 1052) - Sur l’air de « L’éveil derrière le rideau »

En couleurs d’automne succèdent les vagues,
Mots-clés : automne soir nostalgie

Fàn Zhòng Yān (989 – 1052) - Sur l’air de « L’orgueil d’un pêcheur »

Sous les passes, l’automne venu, le paysage s’est transformé,

Yàn Shū (991 – 1055) - « Sur un air limpide et tranquille »

Mots-clés : saison automne

Oū Yáng Xiū (1007 – 1072) - Sur l’air d’« Une fleur de magnolia »

Dans la profondeur de la nuit, vent et bambous scandent l’automne,
Mots-clés : tristesse éloignement automne

Yàn Jĭ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Rêves de printemps nuages d’automne,

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Année après année sur la chaussée poussent les herbes d’automne,

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air de « Pensée pour quelqu’un au loin »

Feuilles rouges, fleurs jaunes, d’une atmosphère d’automne les derniers moments,
Mots-clés : automne séparation lettre

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« Une pleine cour de parfums »

Je m’appuie à la balustrade pour un songe d’automne.
Mots-clés : souvenir nostalgie automne

Yàn Jǐ Dào (1030 – 1106) - Sur l’air d’« En marche sur la Voie Impériale »

Une fin d’automne le cheval virevoltant piétinait la mousse verte,

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air de « Premier chant mélodique sur l’eau »

Sū Shì (1037 – 1101) - Sur l’air d’« En souvenir d’une gracieuse enfant »

Le froid imprègne tout un ciel d’automne jaspé.

Huáng Tíng Jiān (1045 – 1105) - Sur l’air d’« En souvenir d’une charmante esclave »

L’espace d’automne épuré,

Cháo Yuán Lǐ (1046 – 1113) - Sur l’air d’« Un canard à tête verte »

La rosée d’automne commence à perler,

Qín Guān (1049 – 1100) - Sur l’air de « Laver le sable du torrent »

L’aube obscure est sans force, comme en un automne épuisé,

Zhào Lìng Zhì (1051 – 1134) - Sur l’air d’« Un papillon épris d’une fleur »

Contrarié, troublé, je scrute la fissure au travers de mon automne,
Mots-clés : printemps automne attente

Shí Yàn ( vers 1065 – 1107) - Sur l’air de « Boire aux portes d’azur »

Dans l’ivresse l’onde d’automne, en rêve la pluie du matin,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un ciel de perdrix »

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Haïr le rejeton d’un prince »

L’automne déjà se termine, le rouge des fleurs se raréfie, les parfums se dissipent.

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - « Poésie en musique »

Soudaine la pluie a tressailli ce soir d’automne,
Cette année le vent d’automne est plus précoce,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Un ciel de perdrix »

L’automne déjà se termine,
Mots-clés : li-qingzhao automne chrysanthèmes

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air d’« Évocation du joueur de flûte sur la terrasse du Phénix »

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « De nombreuses beautés »

Peu à peu l’automne s’achève,

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Coupée d’un prunier »

Les effluves des rhizomes rouges s’effacent, la natte de jade est d’automne.
Mots-clés : li-qingzhao automne tourment

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Qu’elles étaient belles, les femmes de Qin ! »

Reviennent encore les couleurs d’automne,
Mots-clés : li-qingzhao brouillard automne

Lǐ Qīng Zhào (1084 – après 1149) - Sur l’air de « Porteur d’encens »

Le ciel dispense une lumière d’automne,
Mots-clés : li-qingzhao automne nuit

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - Sur l’air de « La saison des perdrix »

Si l’on place oreiller et natte de bambou sur la terrasse du torrent, le froid annonce l’automne,
Mots-clés : automne abattement destin

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) - « Sur un air limpide et tranquille »

Enveloppé du voile des ténèbres d’automne, je sors d’un rêve :

Jiāng Kuí (1152—1220) - Sur l’air d’« En souvenir d’un petit-fils de roi »

Automne où rougies par le froid feuille après feuille qui tombent sur les berges
Mots-clés : automne errance séparation

Liú Guò (1154–1206) - Sur l’air de « Le printemps au parc de la Rivière-Cœur »

Revue d’automne des troupes par le Gouverneur militaire Zhang
Voici la plaine d’automne comme la paume de la main,

Wú Wén Yīng (1207 ? - 1269 ?) - Sur l’air d’« En vain tant de décrets »

C’est, de qui s’éloigna, le cœur placé sur l’automne.

Zhōu Mì (1232 – 1298) - Sur l’air de « L’automne dans la capitale de jade »

Sur l’air de « L’automne dans la capitale de jade »
les érables vermillon qui mélancoliquement forment l’automne,
Je cueille des fleurs froides, et par moment compose en neige d’automne.
Le voyageur médite, fredonne sur le ré d’automne,

Wáng Yí Sūn (1240 ? – 1289 ?) - Sur l’air de « Une musique à la hauteur du ciel »

Les ailes épuisées que l’automne affole,
Tant solitaire à étreindre le violon d’automne,
Mots-clés : cigales automne fragilité

Wáng Yí Sūn (1240 ? – 1289 ?) - Sur l’air de « Des sourcils à ravir »

À la précieuse coiffeuse suspendu, par les frimas d’automne.

Liú Yīn (1249 – 1293) - Soir lunaire dans la montagne

Les alentours escarpés se teintent du beau givre d’automne,
Mots-clés : montagne automne soir

Jiē Xī Sī (1274 – 1344) - Conviction de nuit sur la lune de Soleil-du-Sud

Le tapage d’automne entre eux et l’embrasure s’interpose.

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - Mélodie des lotus

Sur le fleuve d’automne loin, loin, flotte des lotus l’effluence,
Sur le fleuve d’automne pour la jeune fille un cœur va se briser.

Sà Dū Cì (vers 1300 ? – vers 1355 ? mandarin en 1327) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

Du chant de l’Arbre de jade ne reste qu’une rosée d’automne qui transit,

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Retour en soirée sur le fleuve

Tout un fleuve de couleurs d’automne resplendit de l’éclat des nuées rouges.
Mots-clés : automne fleuve

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Sous le couvert

Les arbres aux monts froids sentent venir l’automne,
Mots-clés : automne lumière solitude

Gāo Qĭ (1336 – 1374) - Deux nénuphars au froid des vagues de jade

Le visage en larmes on quitte l’automne à l’intense violet sanguin.

Táng Yín (1470 – 1523) - Chanson d’une année

Printemps été automne hiver – chacun quatre vingt-dix.
Printemps en mars, automne en septembre, on les dit tièdes et doux ;

Wén Zhēng Míng (1470 – 1559) - Le lac de pierre

Comme avant, la lune d’automne s’abîme dans les rides du fleuve,

Lĭ Mèng Yáng (1473 – 1530) - Vision d’automne

Vision d’automne
Au dessus du fleuve dans la brise d’automne, les oies sauvages passent et repassent.

Biān Gòng (1476 – 1532) - Un don encore au visiteur du royaume de Wu

Mille lieues de vent d’automne – limbe de feuille, vie d’une époque.

Hé Jĭng Míng (1483 – 1521) - Ode sur le fleuve d’automne

Ode sur le fleuve d’automne
Les pétales des lotus chutent dans cette eau d’automne.
Mots-clés : fleuve automne soir

Xiè Zhēn (1495 – 1575) - Pensée pour mon frère cadet un jour d’automne

Pensée pour mon frère cadet un jour d’automne
En cette saison d’automne le bois qui tombe, jusqu’où te tourmente-t-il?

Tāng Xiăn Zŭ (1550 – 1616) - Nuitée sur le fleuve

Calme prolongé du fleuve d’automne où les feux des pêcheurs s’éparpillent,

Yuán Hóng Dào (1568 – 1610) - La terrasse du Bouddha de Sagesse

L’automne de sa fenêtre aurait aspergé le sol de lambeaux de nuées rouges.

Chén Zĭ Lóng (1608 – 1647) - Cette nuit d’octobre

Mes larmes du fleuve Wu grossissent le cours d’automne tombées au fond.

Jīn Shì Dàn Guī (1614 – 1680) - Sur l’air de « Petite chaîne de montagnes »

D’autrefois je préserve comme peinte une pleine journée d’automne.

Zhū Yí Zūn (1629 – 1709) - Sous le palais d’osmanthe en automne

Sous le palais d’osmanthe en automne
Ensemble assoupis dans la même embarcation, on entend la pluie d’automne.
Mots-clés : lune automne voyage

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Tout un fleuve de rouge »

C’est affliction, hélas ! et froideur d’automne.

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air de « Les divinités des rivières et des fleuves »

Du traversin au paravent s’échelonnent les collines d’automne.

Nà Lán Xìng Dé (1655 – 1685) - Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

Ce n’était que l’automne de l’an passé ;

Zhèng Xiè (1693 –1765) - Sur l’air d’« En souvenir d’une charmante suivante »

Voici aujourd’hui le printemps parti, l’automne arrivé,

Zhèng Xiè (1693 –1765) - Sur l’air de « Le printemps au Parc de la Ch’in »

À regarder dans la masure les herbes d’automne pousser,

Yuán Méi (1716 – 1798) - Derniers mots

Avec mes claquettes face au vent j’ai chanté les derniers jours d’automne.

Huáng Jĭng Rén (1749 – 1783) - Soir d’automne

Soir d’automne
Pour une seule pousse de pensées d’automne, deux parcelles de connivence.

Huáng Jĭng Rén (1749 – 1783) - Pour étreindre un reflet – L’enceinte intérieure de la capitale

Dans un palais vide, la nuit dernière, la couverture d’automne s’est défaite,
Mots-clés : séparation tristesse automne

Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard