Poésie chinoise - Xīn Qì Jí (1140 – 1207) : Sur l’air de « La saison des perdrix » - (automne, abattement, destin)

Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Xīn Qì Jí (1140 – 1207) :
Sur l’air de « La saison des perdrix »

    l’air    «    saison                                      Lac-des-               mon                      oreiller    natte               la                                       l’automne,                        qui s’appuient sur       quand le                                                                   pour jaillir       s’ils                            blancs sans voix s’immobilisent tout à leur                 en       « Las, las      Et      «       fini !               un fossé :        sont                                      point force et                    Mais ressens                                  du haut du pavillon.

Sur       de                           Composé    revenant            Oies, malade              Si                              de bambou                             le froid                                    nuages                    l’eau          soir vient se dissipent. Les lotus                   l’un                                          ivres, Des oiseaux                                                                                                                                      telles                           J’ignore                       vigueur déclinent,              depuis     s’approcher l’apathie                     

               La        des perdrix »         en          du                      à     lever.    l’on place          et                 sur    terrasse du torrent,          annonce            Des lambeaux de                                                                             rouges s’épaulent      l’autre              comme       étaient                                                                chagrin. Écrire    l’air            ! »,    puis   Fini,        », Un tertre,                        prestance et gloire.          à quel                                                       peu                                           

鷓鴣天

Zhè



tiān

鵝湖歸病起作
É

guī
bìng

zuò
枕簟溪堂冷欲秋
Zhĕn
diàn

táng
lĕng

qiū
斷雲依水晚來收
Duàn
yún

shuĭ
wăn
lái
shōu
紅蓮相倚渾如醉
Hóng
lián
xiāng

hún

zuì
白鳥無言定自愁
Bái
niăo

yán
dìng

chóu
書咄咄
Shū
duō
duō
且休休
Qiĕ
xiū
xiū
一邱一壑也風流

qiū

huò

fēng
liú
不知筋力衰多少

zhī
jīn

shuāi
duō
shăo
但覺新來懶上樓
Dàn
jué
xīn
lái
lăn
shàng
lóu

辛棄疾

Xīn





Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard