Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Lĭ Yù (937 - 978) :
Sur l’air d’« Un boddhisatva d’ailleurs »

              Un boddhisatva            »                                   la lune            enveloppée          légère, C’est                             rejoindre,     Seigneur,             retirées pour                    parfumées, Tenant                                      Du          de              peintures      voici   Là,                 vous blottie                      Votre servante                                     S’il vous plait,                   aller      tendresse. »

Sur l’air                    d’ailleurs                                 par         assombrie,               brume               là une                 vous            mon                                            les                                     mes                                sud       salle aux           vous       ;     une fois contre                    tremblante : «                            du     pour s’échapper,                  laissez-vous bien       à                

          d’«                             Sous des étincelles d’astres,                                   de                            belle nuit pour                               Chaussettes               gravir     marches                   à la main     escarpins cousus d’or.    côté        la                                                                   toute                               s’est donné    mal                                                             la             

菩薩蠻





mán

花明月黯籠輕霧
Huā
míng
yuè
àn
lŏng
qīng

今宵好向郎邊去
Jīn
xiāo
hăo
xiàng
láng
biān

剷襪步香階
Chăn


xiāng
jiē
手提金縷鞋
Shŏu

jīn

xié
畫堂南畔見
Huà
táng
nán
pàn
jiàn
一向偎人顫

xiàng
wēi
rén
chàn
zhàn
奴為出來難

wèi
chū
lái
nán
教君恣意憐
Jiāo
jūn


lián

李煜





Voir les notes et commentaires du traducteur sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2016 - Bertrand Goujard