Anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive

Zhāng Kĕ Jiŭ (vers 1270 – vers 1348) :
Sur l’air d’« Une odelette pour le lauréat »

Sur           Une          pour                                                À côté                              enluminée va           Une                             Dix mille              la                 dégagé. Sur les          des goélands flâneurs,                    loin     oies          rapetissées,                   en              cigales du                  solidaires dans les épreuves                               cheveux, Qui    sont               terre            Sans                  pas    chrysanthèmes              qui                                        finissent                       Encore                du vase à vin            Faire ses                              

          d’«                   le lauréat »                séparer                   du       pleureur, la barque                                    de piété                                                 ciel                 pelouses                             les                des      sauvages              Parmi les roseaux             des                   Deux                                   dont ensemble ont                          se      rencontrés en       étrangère.           sans            de                                ressemble                       chants           sur les flots                         tirer               une                  adieux au      sur le fleuve.

    l’air         odelette                   Trinquer et se         sur le lac           saule                                  et vient,     tranche          d’automne,           arpents dans    lumière du                                                      Sous     nuages au                                                          bataille                froid.      amis                                                blanchi les                                                          vent      pluie,                      encore, Rien               au Yang Redoublé. Les                                d’azur,        une fois                         coupe,                     pont               

折桂令

Zhé

guì

lìng

湖上飲別

shàng
yĭn
bié
傍垂楊畫舫徜徉
Páng
chuí
yáng
huà
făng
cháng
yáng
一片秋懷

piàn
qiū
huái
萬頃晴光
Wàn
qĭng
qíng
guāng
細草閒鷗

căo
xián
ōu
長雲小雁
Cháng
yún
xiăo
yàn
亂葦寒螿
Luàn
wĕi
hán
jiāng
難兄難弟俱白髮
Nán
xiōng
nán


bái

相逢異鄉
Xiāng
féng

xiāng
無風無雨未黃花

fēng


wèi
huáng
huā
不似重陽


chóng
yáng
歌罷滄浪


cāng
làng
更引壺觴
Gèng
yĭn

shāng
送別河梁
Sòng
bié

liáng

張可久

Zhāng



Jiŭ

Voir la notice biographique sur le poète et d'éventuelles notes sur le poème
A A A A
Haut de page
fin de page

Tous droits réservés - 2006-2018 - Bertrand Goujard